Jack the Ripper : The Final Solution

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jack l'Éventreur (homonymie).
Jack the Ripper : The Final Solution
Auteur Stephen Knight
Genre Essai
Version originale
Langue originale anglais
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Version française
Date de parution 1976

Jack the Ripper : The Final Solution est un livre en anglais de l'écrivain britannique Stephen Knight publié en 1976. Il propose une explication pour cinq des meurtres attribués au tueur en série connu sous le nom de « Jack l'Éventreur ».

Trame[modifier | modifier le code]

Ce livre suggère que ces meurtres sont le résultat d'un complot impliquant la famille royale britannique, la franc-maçonnerie et le peintre Walter Sickert. Il conclut que les victimes ont été assassinées afin de couvrir un mariage secret entre l'héritier du trône, le prince Albert Victor de Galles, duc de Clarence et Avondale, et Annie Elizabeth Crook, une prostituée issue de la classe ouvrière à qui il a fait un enfant. Le premier Ministre britannique aurait chargé son ami le médecin William Gull d'éloigner la mère et l'enfant. Ce dernier aurait interné la mère dans un asile et placer l'enfant dans une institution mais les prostituées, futures victimes, ayant découvert cette injustice, auraient fait chanter la Couronne britannique, ce qui poussa William Gull (il possède le matériel et le savoir-faire pour éventrer les personnes) à les éliminer. Il existe beaucoup de faits qui contredisent la théorie de Knight, et sa principale source, Joseph Gorman (également connu sous le nom Joseph Sickert), s'est ensuite rétracté et a avoué à la presse qu'il s'agissait d'un canular. La plupart des études considèrent cette théorie comme fantaisiste, et la conclusion du livre est désormais largement discréditée.

Néanmoins, il fut un livre à succès paru à une époque où le prestige de la monarchie britannique est écorné, publié sous 20 éditions différentes.

Thèses[modifier | modifier le code]

Pour Knight, l'assassinat le 30 septembre 1888 à de Catherine Eddowes à Mitre Square révèle une symbologie maçonnique: les deux V tracés au couteau sur les joues de Catherine donnent le "M" de "maçon", de plus le nom de la rue, Mitre (la mitre) et square (l'équerre) sont tous deux des symboles maçonniques. Par ailleurs, Sir Charles Warren, le préfet de police ayant découvert l'inscription Juwes à Ghoulston street, qui fera effacer immédiatement l'inscription, était franc-maçon.

Postérité[modifier | modifier le code]

Ce livre inspira des œuvres de fictions dont le film Meurtre par décret de Bob Clark en 1978 et la bande dessinée From Hell d'Alan Moore. Il influença des écrivains tels que Patricia Cornwell et Anne Perry.