Jack Granatstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jack Granatstein (1939 -) est un historien canadien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Toronto dans une famille juive[réf. nécessaire], il reçoit son baccalauréat au Collège militaire royal du Canada en 1961, sa maîtrise à l'Université de Toronto en 1962 et son doctorat à l'Université Duke en 1966.

Il est membre des Forces armées canadiennes de 1956 à 1966 et il enseigne à l'Université York de Toronto de 1966 à 1996 où il occupe les fonctions de professeur émérite distingué en histoire.

De 1998 à 2001, il dirige le Musée canadien de la guerre. Partisan d'une politique étrangère pro-américaine et sceptique face au multiculturalisme, il a décrié la décision du gouvernement Chrétien de ne pas participer à la guerre d'Irak, rédigeant un ouvrage sur le sujet en 2007. Il a critiqué le mouvement souverainiste du Québec, associant le Parti québécois au nazisme et agitant la menace d'une guerre civile dans l'éventualité de la sécession du Québec[1]. Il a publié plus de soixante ouvrages historiques.

En 2004, il anime la commémoration du jour J sur Radio-Canada. En 2005, il aide l'animateur Peter Mansbridge lors des célébrations du jour de la victoire en Europe.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Who Killed Canadian History?, 1998
  • Yankee Go Home?
  • Victory 1945
  • Whose War Is It?, 2007

Honneurs[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]