J. Peverell Marley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

J. Peverell Marley

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

De g. à d. : Margo, J. Peverell Marley et Burgess Meredith
- Sous les ponts de New York (1936), photo promotionnelle -

Nom de naissance John Peverell Marley
Naissance 14 août 1899
San José
Californie, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 2 février 1964 (à 64 ans)
Santa Barbara
Californie, États-Unis
Profession Directeur de la photographie
Films notables Les Dix Commandements (1923)
Fantômas (1932)
Mon père et nous (1947)
Le Gaucher (1958)

John Peverell Marley, A.S.C., né le 14 août 1899[1] à San José (Californie), mort d'une crise cardiaque le 2 février 1964 à Santa Barbara (Californie), est un directeur de la photographie américain.

Il est généralement crédité J. Peverell Marley ou Peverell Marley.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au cinéma, J. Peverell Marley débute comme chef opérateur sur Les Dix Commandements (première version, sortie en 1923, avec Theodore Roberts et Charles de Rochefort) de Cecil B. DeMille, qu'il retrouvera sur dix autres films, notamment Le Roi des rois (1927, avec H. B. Warner), Dynamite (1929, avec Kay Johnson et Conrad Nagel), Sous le plus grand chapiteau du monde (1952, avec Charlton Heston et Betty Hutton) et, enfin, la seconde version des Dix Commandements (même titre, 1956, avec Charlton Heston et Yul Brynner), pour des prises de vues additionnelles.

En tout, il contribue à 121 films (majoritairement américains, dont une vingtaine muets), y compris des westerns, comme L'Aigle solitaire de Delmer Daves (1954, avec Alan Ladd), ou Le Gaucher d'Arthur Penn (1958, avec Paul Newman). Ses deux derniers films sortent en 1961, année où il se retire.

Fait particulier, il travaille en Europe avec le réalisateur américain d'origine hongroise Paul Fejos (né Pál Fejös) sur quatre films, Révolte dans la prison (film franco-américain, 1931, avec Charles Boyer et Mona Goya), Fantômas (film français, 1932, avec Thomy Bourdelle et Jean Galland), Marie, légende hongroise (film franco-hongrois, 1932, avec Annabella), et Tempêtes (film austro-hongrois, 1933), y compris des versions linguistiques alternatives (voir filmographie sélective ci-après). S'ajoute Repülö arany (film hongrois, 1932) de Steve Sekely, lui-aussi américain d'origine hongroise, né István Székely.

J. Peverell Marley assiste également, entre autres, les réalisateurs David Butler (ex. : Richard Cœur de Lion en 1954, avec George Sanders et Virginia Mayo), Michael Curtiz (ex. : Mon père et nous en 1947, avec William Powell et Irene Dunne), Henry King (ex. : L'Incendie de Chicago en 1937, avec Tyrone Power et Alice Faye), Walter Lang (ex. : Soirs de Miami en 1941, avec Don Ameche et Betty Grable), Gregory Ratoff (ex. : La Famille Stoddard en 1941, avec Ingrid Bergman), ou encore Billy Wilder (L'Odyssée de Charles Lindbergh en 1957, avec James Stewart).

Observons ici[style à revoir] qu'il est directeur de la photographie sur Hôtel pour femmes (1939), Dîner d'affaires (1939) et Star Dust (1940), les trois premiers films de l'actrice Linda Darnell, qu'il épouse en troisièmes noces en 1944, avant de divorcer en 1952.

À la télévision, il est chef opérateur sur sept séries, entre 1956 et 1961, dont un épisode (réalisé par Sam Peckinpah et diffusé en 1958) de la série-western L'Homme à la carabine.

Au cours de sa carrière, J. Peverell Marley obtient deux nominations à l'Oscar de la meilleure photographie en 1939 et 1948, reçoit un prix à la Mostra de Venise en 1937, et gagne un Golden Globe en 1953 (voir détails ci-dessous).

En outre, pour sa contribution au cinéma, une étoile lui est dédiée sur le Walk of Fame d'Hollywood Boulevard, honneur qu'il partage avec seulement cinq autres (à ce jour) de ses confrères, Conrad L. Hall, Hal Mohr, Ray Rennahan, Leon Shamroy et Haskell Wexler.

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Films américains, sauf mention contraire ou complémentaire
Prise de vue pour La Folle Parade (1938) :
Tyrone Power et Alice Faye

À la télévision (séries)[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Note et référence[modifier | modifier le code]

  1. D'après sa fiche d'état-civil (+ éléments de biographie) sur Find a Grave. Certaines sources (y compris l'IMDb ci-dessus) mentionnent 1901 comme année de naissance.