J'aurais voulu…

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

J'aurais voulu…

Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Punk rock
Années actives Depuis 1999[1]
Site officiel http://jauraisvoulu.free.fr/
Composition du groupe
Membres Jeremya (guitare)
Ludo (chant et basses)
Riwan (batterie, depuis 2005)
Arnaud (batterie, depuis 2007 ou 2008)
Anciens membres Greg (batterie)
Riton (harmonica et chœurs)
Logo

J'aurais voulu… est un groupe français de punk rock formé en janvier 1999. Ils ont écrit les parôles de "Ma Famille Mon Crew" du Groupe Bolchoï.

Histoire du groupe[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Partir sans dire adieu, l'album qui devait être posthume[modifier | modifier le code]

Quatrième et dernier album auto-produit du groupe, la composition de Partir sans dire adieu a débuté en 2002 avant d'être laissée de côté, après une période de démotivation. En 2004, les maquettes de quelques titres sont transformées en morceaux, leur redonnant l'envie d'en composer d'autres.

La pochette est rose et noir, et comporte des photographies d'enfants au dos du livret et des tatouages sur la pochette. Les dix-huit titres de cet album sont enregistrés et mixés dans leur studio personnel[1].

Le groupe connait à ce moment quelques difficultés et cet opus devait être le dernier, enregistré en duo, sa sortie étant même prévue après la dissolution du groupe[2].

Le renouveau[modifier | modifier le code]

Les réactions des fans lors des concerts — en France, en Allemagne, en Suisse et en Belgique[3] — ainsi que l'arrivée d'un troisième membre, Riwan, à la batterie redynamise le groupe, qui décide de poursuivre l'aventure et de produire un cinquième album, le feu sacré[2].

Le son se rapproche de Charge 69 ou de Bad Lieutenants[4] tandis que le sens se rapproche de celui de Bérurier Noir[3]. Il recueille également des inspirations des groupes de street punk américain[5].

Le feu sacré est enregistré au studio parisien Le Frigo[2]. Les textes sont composés par Jeremya, le guitariste du groupe[3]. Loin de l'autoproduction des premiers albums, J'aurais voulu… bénéficie de collaborations externes. Lors de l'enregistrement, ils seront rejoints par les musiciens des groupes Bérurier Noir et Salvation, pour les chœurs[2]. Spirou, le guitariste de Molodoï a incorporé lors du mixage de l'album du piano, de l'orgue ou encore des sifflements[3].

Spécificités du groupe[modifier | modifier le code]

Les textes[modifier | modifier le code]

Leurs textes, souvent noirs, dressent le portrait de la société actuelle, avec une note d'espoir[6].

Les relations au punk[modifier | modifier le code]

J'aurais voulu… considère le punk non comme une mode mais comme un état d'esprit, toujours présent à l'heure actuelle, si recevant moins de visibilité[3].

Les tatouages[modifier | modifier le code]

Les membres du groupe arborent de nombreux tatouages. Dans une interview[5], Jeremya et Riwan expliquent que ces tatouages sont autant de morceaux de leur vie. Ce dernier indique ainsi :

« Les tatous, c'est le roman-photo de ta vie. Les coups durs encaissés, les potes (les vrais seulement), ta façon de vivre. J'ai « J'aurai voulu » sur les bras et je l'assume totalement. Les tatouages sont des cicatrices et quand tu les mates, ça te rappelle que tu es en vie[5]. »

Discographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b F Bucky, « Punk rock attitude », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ 22 juillet 2004 (lire en ligne)
  2. a, b, c et d Thierry Martel, « « J'aurais voulu… » a toujours le feu sacré », L'Alsace,‎ 28 février 2008, p. 23 (lire en ligne)
  3. a, b, c, d et e C Schneider, « Toujours Punk », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ 31 mai 2008, Colmar 6 (lire en ligne)
  4. F F, « J'aurais voulu… - le feu sacré », Punk Rawk,‎ mars - avril - mai 2008 (lire en ligne)
  5. a, b et c F F, « J'aurais voulu… - l'âme des guerriers », Punk Rawk,‎ Juillet - Août - Septembre 2008, p. 68 (lire en ligne)
  6. C Schneider, « Punky Family », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ 3 juin 2008, Colmar 6 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]