Jürgen Neukirch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jürgen Neukirch

Description de cette image, également commentée ci-après

Jürgen Neukirch en 1976

Naissance 24 juillet 1937
Dortmund (Allemagne)
Décès 5 février 1997 (à 59 ans)
Ratisbonne (Allemagne)
Champs Mathématiques

Jürgen Neukirch (24 juillet 1937 à Dortmund - 5 février 1997 à Ratisbonne) est un mathématicien allemand spécialiste de théorie algébrique des nombres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Neukirch a fait ses études à l'université de Bonn, où il a obtenu son diplôme en 1964. Pour son mémoire de thèse de 1965 (dirigé par Wolfgang Krull)[1], il a reçu le prix Felix Hausdorff. Il a passé son habilitation l'année suivante. De 1967 à 1969, il a été professeur invité à l'université Queen's de Kingston (Ontario) et au MIT à Cambridge. À partir de 1971, il a été professeur à l'université de Ratisbonne.

Neukirch a travaillé sur le problème de plongement (en) pour les corps de nombres (une généralisation du problème de Galois inverse dans laquelle on cherche un plongement d'une extension de corps donnée dans une extension dont le groupe de Galois est prescrit), les valeurs spéciales (en) de fonctions L et des théorèmes (avec Iwasawa, Ikeda, Uchida) qui font aujourd'hui partie de la géométrie anabélienne (en) de Grothendieck (l'étude de la façon dont le type d'isomorphisme d'un corps de nombres dépend de son groupe de Galois absolu). Neukirch a écrit en 1992, en allemand, un ouvrage de référence moderne sur la théorie algébrique des nombres, qui a été traduit en anglais.

Neukirch jouait aussi en amateur dans des pièces de théâtre qu'il écrivait ; il chantait, et dirigeait un chœur de chambre. C'est aussi de lui que vient, à l'université de Ratisbonne, une collection de modèles mathématiques[2].

Il a dirigé entre autres les thèses de Pilar Bayer Isant (ca), Peter Schneider (de), Uwe Jannsen (de), Robert Perlis, Volker Diekert et Michael Spieß[1] et l'habilitation de Christopher Deninger (de), qui a été son assistant à Ratisbonne de 1983 à 1989.

Sélection de publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Jürgen Neukirch » (voir la liste des auteurs)

  1. a et b (en) Jürgen Neukirch sur le site du Mathematics Genealogy Project
  2. (de) Eva-Maria Strobel, « Die Modelle der Universität Regensburg – Jürgen Neukirch als Handwerker », Mitteilungen DMV, no 4,‎ 1997

Liens externes[modifier | modifier le code]