Jörg Asmussen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jörg Asmussen en 2012.

Jörg Asmussen (né en 1966 à Flensburg) est un économiste allemand, membre du SPD et depuis le 1er juillet 2008 secrétaire d'État au ministère des Finances[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Après un baccalauréat à la Goethe-Schule de Flensburg, Asmussen a étudié l'économie politique (Volkswirtschaft) à Bonn, avec notamment comme professeur en économie internationale Axel Weber, et obtient également un diplôme à la faculté d'économie de l'Université Bocconi á Milan ("Università Commerciale Luigi Bocconi").

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1996 débute sa carrière en tant que référent pour les questions de politique monétaire et financière internationale au Ministère des Finances sous le Ministre de l'époque Theo Waigel. Lors du changement de gouvernement de 1998 avec Oskar Lafontaine en tant au Ministre des Finances, Il fut le référent personnel du nouveau secrétaire d'État Heiner Flassbeck. Les compétences de Asmussen ont été qualifiées par Flassbeck comme moyennes et pas recommandé pour des postes à responsabilité[2]. Après la démission de Oskar Lafontaine, il devint directeur du bureau du nouveau Ministre Hans Eichel. Après un court passage à la sous-direction des affaires européennes, Asmussen a été nommé le 1er mars 2003 à la direction du bureau (Ministerialdirektor) de la politique du marché nationale et internationale en matière monétaire et financière à 37 ans.

En avril 2004 Asmussen réussi à convaincre Eichel de nommer son ancien "Maitre" Axel Weber à la présidence de la Bundesbank comme successeur de Ernst Welteke. Deux ans auparavant Asmussen avait déjà fait entrer Weber dans le cercle des cinq conseillers économique (Wirtschaftsweise) du gouvernement allemand[2]. Lors de la Grande Coalition de 2005 (CDU-SPD) Asmussen s'est prononcé pour la limitation des règlementations superflues („überflüssige[r] Regulierungen“) et le développement du marché des actions („Ausbau des Verbriefungsmarktes“)[3].

Alors qu'il était directeur de bureau (Ministerialdirektor) Asmussen a siégé en tant que représentant de l'État fédéral au Conseil de surveillance de la IKB Deutsche Industriebank, qui en été 2007 a subi de plein fouet la crise des subprimes, devant ainsi bénéficier de l'aide de la KfW. Il semblerait qu'Asmussen ait au préalable conseillé de positionner la banque sur ce type de produits[4].

Responsabilités actuelles[modifier | modifier le code]

En étant nommé Secrétaire d'État le 1er juillet 2008, il devient le plus jeune secrétaire d'État du Gouvernement prenant la place de Thomas Mirow. Asmussen est nommé par le ministre des finances Wolfgang Schäuble (CDU) qui lui attribue entre autres le dossier de la Grèce au cours de la crise financière[5].

Jörg Asmussen siège au Comité directeur de la SoFFin (fonds de sauvegarde des banques), au Conseil de la Bafin (autorité de surveillance financière) et du „Wirtschaftsfonds Deutschland“ (Fonds économique allemand), qui attribue des garanties aux entreprises, sans contrôle parlementaire. Il est également l'un des six membres du groupe des experts „Neue Finanzmarktarchitektur“[6]. Ce Gremium doit proposer de nouvelles règles au Marché en vue d'augmenter sa transparence.

Le 9 septembre 2011, la BCE annonce qu'il remplacera Juergen Stark au conseil de la BCE (Banque centrale européenne).

Membre des Conseils de surveillance[modifier | modifier le code]

  • Deutsche Postbank AG
  • Deutsche Telekom
  • Deutsche Bahn AG

Alors qu'il était Responsable du département „Geld und Kredit“ de la BMF, Asmussen était membre des Conseils de surveillance suivant (dont il a dû démissionner suite à sa nomination du 1er juillet 2008) :

  • Euler Hermes Kreditversicherungs AG
  • IKB Deutsche Industriebank AG
  • Deutsche Postbank AG

Vie privée[modifier | modifier le code]

La compagne de Asmussen est Henriette Peucker, qui dirigea de janvier 2003 à mars 2010 la représentation à Berlin de la Deutschen Börse (bourse de Francfort). Depuis avril elle conseillère en communication[7]. En raison de cette relation des soupcons de conflit d'intérêt et de partialité ont plané sur lui[8]. Asmussen est père de deux filles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Abteilungsleiter Asmussen wird neuer Finanz-Staatssekretär », Reuters,‎ 2008-05-20 (consulté le 2009-10-28)
  2. a et b (en) Jens Berger, « Schattenmann unter Beschuss - Staatssekretär Jörg Asmussen muss vor dem HRE-Untersuchungsausschuss unbequeme Fragen beantworten », heise.de,‎ 2009-06-29 (consulté le 2009-10-28)
  3. (en) Christoph Schwennicke, « Staatssekretär Asmussen - Ikarus in Not », Spiegel Online,‎ 2009-06-15 (consulté le 2009-10-28)
  4. Bleiben die Geldinstitute nach wie vor ungeschoren? , Plusminus, 18. Mai 2010
  5. "Jörg Asmussen: Der Mann hinter den Griechen-Hilfen", Abgeordneten-Check.de 27. April, 2010
  6. (en) Matthias Sobolewski, Andreas Möser, « Regierung beruft Expertengruppe zur Finanzmarktreform », Reuters,‎ 2008-10-28 (consulté le 2009-10-28)
  7. (en) « Peucker wechselt zu Hering Schuppener », Sprecherszene,‎ 2010-03-26 (consulté le 2010-05-05)
  8. (en) « Asmussen bei Finanzaufsicht befangen », Financial Times Deutschland,‎ 2009-06-13 (consulté le 2009-10-28)