Jérôme Mesnager

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mesnager.
Jérôme Mesnager en 1995.

Jérôme Mesnager, né le 30 janvier 1961[1], à Colmar (Haut-Rhin), est un peintre français.

Père de « l’Homme en blanc », il est l’un des premiers peintres de rue parisiens. En trente ans, son art est devenu un courant artistique communément appelé « art urbain » (street art) ou « graffiti ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un ingénieur, Jérôme Mesnager entre à l'école Boulle en 1974 où il suit une formation d’ébéniste et où il enseignera par la suite. En 1979, il suit les cours de bande dessinée d’Yves Got et de Georges Pichard, professeurs à l’École supérieure des arts appliqués Duperré.

Il est l’un des fondateurs, en 1982, de Zig-Zag, un groupe d’une dizaine de très jeunes artistes en « zig-zag dans la jungle des villes » qui décident d’occuper la rue en dessinant des graffitis et, aussi, d’occuper brièvement, le temps d’une performance artistique, des usines désaffectées.

Le 16 janvier 1983, il invente l’Homme en blanc, « un symbole de lumière, de force et de paix ». Cette silhouette blanche aussi appelée « Corps blanc » ou « l'Homme blanc », Jérôme Mesnager l'a reproduite à travers le monde entier, des murs de Paris à la muraille de Chine.

En 1990, Jérôme Mesnager quitte la maison de son enfance, lieu de ses rencontres avec Jean-Pierre Le Boul'ch, siège de ses associations, atelier de ses premiers travaux, etc., pour emménager dans le XXe arrondissement de Paris. Il exposera une série de palissades sur le thème des combats à la galerie Loft, qui édite un catalogue.

En 1995, il réalise une grande peinture murale rue de Ménilmontant, dans le XXe, C’est nous les gars de Ménilmontant[2] (rue de Ménilmontant et rue Sorbier).

Jérôme Mesnager réalisant une fresque, rue Oberkampf à Paris, en 2011.

Jérôme Mesnager s’associe souvent avec Némo, dont le personnage fétiche est la silhouette noire d'un homme en imperméable coiffé d'un chapeau. À ce titre, il a accompagné le mouvement d'art urbain parisien (Blek le rat, Miss.Tic, Jef Aérosol, Némo, etc.) et la Figuration Libre au début des années 1980.

Parallèlement, il participe à des projets connexes tels que des pochettes d’album pour La Rue Kétanou.

En 2006, Jérôme réalise une série de toiles inspirées par l’art nouveau et l’art déco. La même année, il s'attaque à l'hôtel des Académies et des Arts à Paris et envahit l'espace avec ses Corps blancs. Les personnages de Jérôme Mesnager sont peints sur les murs tendus de papier peints effet toile brute. Un géant blanc est logé également sur le mur de la cour intérieure peint en rouge vif et se dévoile du rez-de-chaussée au 5e étage.

Mesnager a peint dans les catacombes de Paris. Il participe au M.U.R en janvier 2011.

Citations[modifier | modifier le code]

« Je fais des tableaux et la toile c’est le monde. »

Jerôme Mesnager est touché par la volonté d'un art accessible à tous :

« Je me suis dit : je serais libre de tout circuit marchand, dans la rue, on peut faire de l'art pour les gens de notre époque, pour les passants comme pour les clochards ! »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

. 2012 : Mesnager par Mesnager, Doux murs murs, Collection Opus Délits chez Critères Éditions. Auteur Véronique Mesnager. Préface : Artiste Ouvrier.(ISBN 978-2-917829-55-4).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice BnF no FRBNF12190289m
  2. « C'est nous les gars de Menilmontant », sur https://www.urbacolors.com,‎ 13 septembre 2011