Jérôme Guedj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guedj.
Jérôme Guedj
Jérôme Guedj, en juin 2010.
Jérôme Guedj, en juin 2010.
Fonctions
Député de la 6e circonscription de l'Essonne
22 juillet 20122 mai 2014
Prédécesseur François Lamy
Successeur François Lamy
Président du conseil général de l'Essonne
En fonction depuis le 31 mars 2011
Prédécesseur Michel Berson
Conseiller général du canton de Massy-Est
En fonction depuis le 22 mars 1998
Biographie
Date de naissance 23 janvier 1972 (42 ans)
Lieu de naissance Pantin
Nationalité Française
Parti politique PS
Diplômé de Sciences Po Paris
ENA
Profession Inspecteur des affaires sociales

Jérôme Guedj, né le 23 janvier 1972 à Pantin, est un homme politique français. Suppléant de François Lamy, à la suite des élections législatives de 2012, il est devenu député de la Sixième circonscription de l'Essonne à la suite de la rentrée de celui-ci au gouvernement jusqu'en mai 2014. Membre du Parti socialiste, il est actuellement président du conseil général de l'Essonne, conseiller général du canton de Massy-Est.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et formation[modifier | modifier le code]

Issu d’un milieu modeste de sépharades pieds-noirs[1], Jérôme Guedj est titulaire d'un baccalauréat C, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (promotion 1992)[2] et élève de l'École nationale d'administration (promotion Victor Schœlcher, 1996)[3].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

En 1996, à sa sortie de l'ENA, il entre à l'Inspection générale des affaires sociales[3].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Jérôme Guedj adhère au Parti socialiste en 1993, proche du courant de la Gauche socialiste fondé par Jean-Luc Mélenchon et Julien Dray. Cette adhésion est la continuation de ses premières années d'engagement politique (1986-1988) au sein de SOS Racisme et d'opposition au projet de loi Devaquet à l'automne 1986. Lors des élections législatives françaises de 1997, il est désigné suppléant du candidat socialiste dans la sixième circonscription de l'Essonne, François Lamy, élu avec 53,12 % des suffrages[4]. Lors des élections cantonales françaises de 1998, il est candidat dans le canton de Massy-Est et remporte le siège avec 55,89 % des suffrages[5]. Il devient vice-président du conseil général de l'Essonne, passé à gauche, chargé des affaires sociales[3]. Lors des élections municipales françaises de 2001, il conduit la liste d'Union de la gauche à Massy mais ne récolte que 40,67 % des suffrages[6]. Lors des élections cantonales françaises de 2004 il est réélu conseiller général dans le canton de Massy-Est avec 56,96 % des suffrages[7]. En 2008, il se présente aux suffrages de la fédération départementale du Parti socialiste pour briguer la présidence du Parti socialiste mais est battu par le président sortant Michel Berson[3]. Il est désigné le 4 décembre 2010 par les socialistes essonniens comme candidat à la présidence du conseil général[8]. Lors des élections cantonales françaises de 2011, il est réélu dans le canton de Massy-Est avec 54,44 % des voix[9]. Le 31 mars 2011, il est élu président du conseil général de l'Essonne[10]. Désigné suppléant de François Lamy réélu avec 57,77 % des suffrages lors élections législatives de 2012 dans la sixième circonscription de l'Essonne[11], il devient député à la suite de la nomination du titulaire dans le second gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Dans un entretien avec le journal en ligne d'information locale Essonneinfo.fr il annonce son intention de cumuler les fonctions de député et président de conseil général[12]. En vue du congrès de Toulouse 2012, il est signataire de la motion « Maintenant la gauche »[13] et de la contribution « Le Temps de la Gauche » avec l’ancien député de l’Essonne Marie-Noëlle Lienemann[14]. En février 2013, il crée dans le cadre du conseil général de l'Essonne le « prix Ilan Halimi contre l’antisémitisme » afin de lutter contre les stéréotypes antisémites[15].

Les élections municipales de mars 2014 ayant pour conséquence un large remaniement gouvernemental, François Lamy n'est pas reconduit dans ses fonctions ministérielles. Alors que, selon un article du journal Le Parisien, son nom a circulé dans l'optique d'une éventuelle entrée au gouvernement, contre toute attente, le 9 avril 2014, Jérôme Guedj refuse d'accorder sa confiance au gouvernement Valls et s'abstient comme 10 de ses camarades socialistes. La liste des secrétaires d'État, annoncée le 10 avril 2014 met fin à tout espoir d'entrée de ce dernier au gouvernement. Jérôme Guedj redevient donc simple suppléant de François Lamy.

Il est membre du conseil d'administration de la Fondation Marc-Bloch[16]. Il a également été membre du bureau national de l'association Pour la République sociale avant la dissolution de celle-ci dans le PG[réf. nécessaire]. Il est membre du Bureau national du Parti socialiste[réf. nécessaire].

Synthèse des fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Mandats nationaux[modifier | modifier le code]

Député de la sixième circonscription de l'Essonne[modifier | modifier le code]

À la suite de la nomination de François Lamy dans le second gouvernement de Jean-Marc Ayrault, Jérôme Guedj devient député de la sixième circonscription de l'Essonne. Il est membre de la commission des Affaires sociales[17].

Le 15 octobre 2013, il s'abstient lors du vote de la réforme des retraites présentée par le gouvernement Ayrault, se déclarant avec plusieurs autres élus de l'aile gauche du parti « très réservés sur l'allongement de la durée de cotisation »[18].

Les élections municipales de mars 2014 ayant pour conséquence un large remaniement gouvernemental, François Lamy n'est pas reconduit dans ses fonctions ministérielles. Jérôme Guedj est donc appelé à redevenir simple suppléant.

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Président du conseil général de l’Essonne[modifier | modifier le code]

Jérôme Guedj est élu président du conseil général de l'Essonne le 31 mars 2011[19]. À ce titre il est membre de droit du conseil du syndicat des transports d'Île-de-France où il préside la commission de la qualité de service[20].

Conseiller général du canton de Massy-Est[modifier | modifier le code]

Jérôme Guedj est élu conseiller général du canton de Massy-Est depuis le 22 mars 1998.

Conseiller municipal de Massy[modifier | modifier le code]

Jérôme Guedj fut conseiller municipal d'opposition de Massy du 18 mars 2001[21] jusqu'à sa démission en juillet 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Jérôme Guedj, cible d’un corbeau antisémite, Luc Rosenzweig, causeur.fr, 4 septembre 2013
  2. Annuaire des anciens de Sciences Po Paris sur le site officiel de l'association des Alumnis. Consulté le 27/02/2012.
  3. a, b, c et d Présentation de Jérôme Guedj sur son site officiel. Consulté le 27/02/2012.
  4. Résultats de l'élection législative 1997 sur le site de l'Institut d'études politiques de Paris. Consulté le 27/02/2012.
  5. Résultats de l’élection cantonale 1998 sur le site du Figaro. Consulté le 27/02/2012.
  6. Résultats de l’élection municipale 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/02/2012.
  7. Résultats de l’élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/02/2012.
  8. Interview de Jérôme Guedj sur Télessonne au lendemain des « primaires » départementales du 4 décembre 2010. Consulté le 27/02/2012.
  9. Résultats de l’élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 27/02/2012.
  10. Communiqué sur l'élection de Jérôme Guedj à la présidence du Conseil général de l'Essonne sur le site officiel de l'institution. Consulté le 27/02/2012.
  11. Résultats de l'élection législative 2012 dans la sixième circonscription de l'Essonne sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 21/06/2012.
  12. Article Jérôme Guedj assumera la députation plus la présidence du département paru le 5 juin 2012 sur le site d'information en ligne EssonneInfo.fr. Consulté le 21/06/2012.
  13. Présentation de la motion Maintenant la gauche sur le site officiel du Parti socialiste. Consulté le 03/10/2012.
  14. Présentation de la contribution Le Temps de la Gauche sur le site officiel du Parti socialiste. Consulté le 03/10/2012.
  15. Le Conseil Général de l’ Essonne crée le prix Ilan Halimi, Jérôme Guedj, tribunejuive.info, 14 février 2013
  16. Présentation de la Fondation du 2 Mars sur son blog officiel. Consulté le 27/02/2012.
  17. Fiche de Jérôme Guedj sur le site de l'Assemblée nationale. Consulté le 26/09/2012.
  18. Sophie Huet, « La gauche vote sans enthousiasme la réforme des retraites », in Le Figaro, mercredi 16 octobre 2013, page 4.
  19. Fiche de Jérôme Guedj sur le site officiel du conseil général de l'Essonne. Consulté le 27/02/2012.
  20. Présentation de la commission de la qualité de service du STIF sur le site officiel de l'organisation. Consulté le 26/07/2012.
  21. Tribunes des élus municipaux sur le site officiel de la commune de Massy. Consulté le 27/02/2012.