Jérôme Aléandre l'Ancien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jérôme Aléandre
Image illustrative de l'article Jérôme Aléandre l'Ancien
Le cardinal Aleandre
fervent opposant à la Réforme
Biographie
Naissance 13 février 1480
Motta, près de Venise
Décès 1er février 1542
Rome
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
in pectore le 22 décembre 1536
par la Paul III
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Ciriaco alla Terme
Cardinal-prêtre de S. Crisogono
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 1523 par le
pape Clément VII
Fonctions épiscopales Archevêque de Brindisi et d’Oria

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jérôme Aléandre ou Girolamo Aleandro, en latin Hieronymus Aleander (né à Motta di Livenza, près de Venise le 13 février 1480, et mort à Rome le 1er février 1542), adversaire acharné de Luther, fut nonce apostolique puis cardinal, le premier nommé in pectore. Il est parfois surnommé « l'Ancien », pour le distinguer de son petit-neveu homonyme, Jérôme Aléandre le Jeune (1574-1629).

Le nonce papal[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Il fit ses études à Venise, où il fit la connaissance d’Érasme et d'Alde Manuce, et très jeune s’acquit la réputation d’un grand érudit. En 1508 il alla à Paris à l’invitation de Louis XII comme professeur de belles lettres, et pour un temps tint le poste de recteur de l’université. Entré au service d’Érard de La Marck, prince-évêque de Liège, il fut envoyé en mission par ce prélat à Rome, où le pape Léon X s’attacha à son tour ses services, lui confiant (1519) la charge de bibliothécaire du Vatican. L’année suivante, Aléandre voyagea en Allemagne en tant que nonce du pape pour assister au sacre de Charles Quint. Il assista également à la diète de Worms, où il prit la tête de l’opposition à Luther, requérant les mesures les plus sévères pour réprimer les doctrines du moine réformateur. Si sa diatribe fit mouche dans la dénonciation des affirmations de Luther, elle déplut généralement aux chrétiens modérés, en particulier à Érasme. L’édit contre la Réforme, finalement ratifié par l’empereur et la diète, fut rédigé et présenté par Aléandre.

À la clôture de la Diète impériale, le nonce du pape prit le chemin des Pays Bas, où il poussa les feux de la persécution : à son instigation, deux moines d’Anvers, les premiers martyrs de la Réforme, furent brûlés vifs à Bruxelles. En 1523 le pape Clément VII, l’ayant nommé archevêque de Brindisi et d’Oria, l’envoya en tant que nonce à la cour de François Ier. Il fut capturé en compagnie de ce monarque à l’issue de la bataille de Pavie (1525), et ne fut libéré qu’en payant une forte rançon. Par la suite, il effectua différentes missions pour le pape, particulièrement en Allemagne, mais ne parvint ni à s’opposer à une paix entre les princes allemands et les protestants, ni à circonscrire davantage les progrès de la foi réformée. Il fut créé cardinal in pectore le 22 décembre 1536 par le pape Paul III (en même temps que Reginald Pole) et fut présenté (c'est-à-dire proclamé cardinal en public) le 13 mars 1538.

Il renonça à l’évêché de Brindisi en faveur de son petit-fils, François Aléandre, et se retira à Rome. Nommé membre de la commission pour la réforme de la Curie romaine, en préparation du Concile de Trente, il n’eut guère le temps de s’y impliquer et mourut peu après. On l’enterra d’abord en la basilique Saint-Chrysogone, mais par la suite il fut ré-inhumé dans sa ville natale de Motta di Livenza.

Il légua sa bibliothèque aux chanoines de l’Église Santa Maria dell'Orto.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Aléandre compila un Lexicon Græco-Latinum (Paris, 1512), et ses poésies latines, estimées en leur temps, furent publiées dans le recueil de Joannes Matthaeus Toscanus intitulé Carmina Illustrium Poetarum Italicorum. La bibliothèque du Vatican possède un volume de lettres manuscrites et d'autres documents écrits de sa main ayant trait à ses diverses missions contre Luther. Pallavicino en fit usage pour son Istoria del Concilio Tridentino (i. 23‑28), un récit très partial de la Diète de Worms.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Aléandre est le héros d’une autobiographie fictive : Yvon Toussaint, Le manuscrit de la Giudecca, Fayard,‎ 2001, 434 p. (ISBN 2-213-60719-2).
  • Il apparaît également dans un film de Eric Till intitulé Luther (2003).

Source[modifier | modifier le code]