Jérémie Drexel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Drexel.
Portrait de Jérémie Drexel

Jérémie Drexel, en latin Drexelius (né à Augsbourg en 1581, mort à Munich en 1638) est un jésuite et écrivain allemand.

Ce professeur de littérature ascétique, d'humanité et de rhétorique était aussi un grand prédicateur, à la voix forte et sûre, aux expressions baroques et aux effets dramatiques. Son intérêt pour l'image se manifestait par un attrait particulier pour l'iconologie symbolique, parfois ésotérique, dont Drexel n'hésitait pas à faire usage dans son enseignement. Ses ouvrages imprimés contiennent souvent des illustrations allégoriques ou "à clefs".

La grande réputation qu'il acquit comme orateur de la chaire lui valut d'être nommé prédicateur de l'électeur de Bavière Maximilien. Drexel composa des ouvrages ascétiques qui ont longtemps été estimés, réimprimés jusqu'au milieu du XIXe siècle et traduits en diverses langues. « On y trouve de l'onction, de la chaleur, une forme parfois heureuse, mais peu de profondeur », lit-on sous « Jérémie Drexel », dans Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, 15 vol., 1863-1890 [détail de l’édition].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

non exhaustive
  • Aeternitatis prodromus, mortis nuntius, quem sanis, aegrotis, moribundis sistit Hieremias Drexelius, 1628, traduit en 1869 sous Considérations sur l'éternité, par le Père Colomme et dans lequel on trouve une définition sur l'éternité qui fera date.
  • Aloe amari sed salubris succi jejunium, quod... latine scripsit Hieremias Drexelius, 1638.
  • Antigrapheus, sive Conscientia hominis, 1655.
  • Aurifodina artium et scientiarum omnium, excerpendi solertia, 1641.
  • Caelum, beatorum civitas aeternitatis, pars III, 1636.
  • Cultus tutelaris angeli, ex horologio, 1624.
  • Infernus damnatorum carcer et rogus, 1623, ouvrage dans lequel Drexel fait une description effrayante de l'enfer.
  • Nicetas, seu Triumphata incontinentia, 1631, un éloquent tableau des misères et des maux engendrés par les vices.
  • Orbis Phaëthon, hoc est de Universis vitiis linguae, 1631, livre d'emblèmes sur les vices universels du langage, à classer dans la catégorie des emblèmes philologiques[1].
  • Trismegistus christianus, seu Triplex cultus conscientiae, caelitum, corporis, 1631.
  • Zodiacus christianus, locupletatus, seu Signa XII divinae praedestinationis, 1632, curieux livre d'emblèmes avec des planches à caractère ésotérique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roger Paultre, Les Images du livre, Paris, Hermann, 1991, p.185.