Izenzaren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Izenzaren Iggout

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Iggut Abdelhadi en concert

Informations générales
Surnom Iznzarn Iggout (Abdelhadi)
Pays d'origine Drapeau du Maroc Maroc
Genre musical soussi amazigh (Tazenzart)
Années actives depuis 1972

Izenzaren Iggout est un groupe musical marocain fondé en 1972. À travers leurs chansons, les membres du groupe se veulent porte-parole de la culture amazighe. En 1976, le groupe se produit pour la première fois à la télévision marocaine, s'ensuit une tournée qui le mènera à Paris sur la scène de l'Olympia un an plus tard et une participation au premier festival de la chanson maghrébine en 1978. Aujourd'hui, Izenzaren continue d'animer des festivals et rencontres culturels au Maroc et à l'étranger.

L'un de ses piliers et fondateurs, le percussionniste Hassan Bofertal, décède le 12 juin 2011.

La réussite du groupe est due à son style musical insolite et à la poésie de ses chants qui présentaient déjà à la fin des années soixante-dix les germes d'une révolution dans le champ de la création poétique berbère moderne.

Après une mésentente, le groupe a connu une scission. Deux groupes se disputent le nom : Izenzarn Iggout Abdelhadi et Izenzarn Chamekh. Mais, c'est le premier qui a pu s'imposer grâce à l'image emblématique de son chanteur principal, Igout Abdelhadi, initiateur d'un courant musical nouveau dans le domaine amazigh appelé "tazenzart" en référence au groupe Izenzaren. Leader d'un mouvement musical qui se veut universel, Abdelhadi est admiré pour son jeu particulier au point d'être considéré comme le roi du banjo au Maroc aux dires de différentes personnalités du champ musical marocain tels qu'Omar Sayed et Allal, membres du fameux groupe Nass El Ghiwane et de Haj Youness, l’un des plus grands ténors du luth des temps modernes, et beaucoup d'autres...

Histoire du groupe[modifier | modifier le code]

Dans le champ musical amazigh (berbère), l'expérience du groupe Izenzarn présente des particularités. L'émergence de ce groupe se situe dans le contexte général des mutations sociales au Maroc post-protectoral. L'émigration (exode rural dans la terminologie sociologique marocaine) est devenue un phénomène irréversible. La société rurale s'installe dans le milieu citadin et se confronte à la fois aux processus violents d'intégration et d'assimilation et aux problèmes sociaux résultant de la gestion arbitraire des biens communs par la mafia makhzénienne. Cette situation nécessite l'invention de formes nouvelles d'expressions poético-musicales (ou l'adaptation des formes anciennes) pour exprimer à la fois la nostalgie des origines et la colère vis-à-vis de politiques abusives. Aussi, à cette époque, les groupes musicaux anglo-saxons (tels les Beatles) mais aussi marocains (Nass El Ghiwane, Jil Jilala, etc.) imposent leurs rythmes et influencent le développement de groupes de musique dite populaire. Mêlant instruments modernes et traditionnels, ces groupes interprètent des chants, inspirés de la tradition ancestrale ou exprimant les sensibilités actuelles d'une génération issue de la première vague des émigrants ruraux.

Fondé à la fin des années soixante par un groupe de jeunes issus des familles installées en ville, Izenzarn fait partie des premiers groupes amazighs à moderniser et à radicaliser la chanson amazighe. Après des tribulations sous différents noms, l'année 1974 consacre l'enregistrement de la première cassette. Ainsi s'entame la saison printanière du groupe, caractérisé par des chansons d'amour telles : Wad ittmuddun (voyageur), Wa zzin (Oh ! beauté), etc., de nostalgie et des valeurs traditionnelles : Immi Hnna (Ma gracieuse mère)... avant d'embrasser les thèmes contestataires : ttuzzalt (poignard), ttâbla (plateau), tikhira (la fin du monde), tammurghi (sauterelles)... et ceci au début des années 1980.

La contestation chez Izenzarn se caractérise par la mise en cause des discours dominants :

Iggut lbriH idrus ma isllan igh islH…
Les discours abondent, et pourtant personne n'écoute la raison

et la mise à nu de réalités difficiles :

Nttghwi zund ttghwi tmmurghi gh ignwan ikk d lhif akal…
Nous sommes comme des sauterelles prises entre les cieux et les terres asséchées,

Après 22 ans d'absence, Izenzaren vient de sortir en 2012 un nouvel album intitulé AKAL 'terre'.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]