Izenayane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Igzenayen
Image illustrative de l'article Izenayane
Géographie
Altitude 1 700 m, Adrar Nador
Massif Rif
Coordonnées 34° 44′ 00″ N 3° 57′ 00″ O / 34.733333, -3.9534° 44′ 00″ Nord 3° 57′ 00″ Ouest / 34.733333, -3.95  
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région L'Oriental Taza-Al Hoceïma-Taounate
Subdivision Province de Taza, Province de Nador

Izenayen (Igzenayen) est un ensemble montagneux du nord-est du Maroc appartenant au Rif centro-oriental. Il abrite la confédération rifaine des Igzenayen (parfois appelée « Gzenaya »). Le territoire se situe majoritairement dans les provinces de Taza ainsi qu'une partie dans la province de Driouch (anciennement Nador). Il s'agit d'une grande tribu guerrière, connue pour son art de la guerre, lors de la Guerre du Rif notamment.

Les Igzenayen sont entourés des Ayt Ouryaghal au nord-ouest, des Ayt Touzine au nord, des Ayt Ammart à l'ouest et des Ibdarsen à l'est et au sud-est.

Les principales villes et villages des Igzenayen sont: Aknoul (capitale), Ajdir, Kassita, Tizi Ouasli, Azeroualene, Aghbal, Bouyakchour, Tala Tazegwaght, Dcharana, Boured, Inahnahane, Ghammart, Tizroutine, Tasliouine, etc.

Les Igzenayen sont divisés en 7 fractions :

  • Ait Azim (Ajdir, Azeroualen, Aghbal)
  • Ait Mhend (Boujettou, Ahfir)
  • Ait Aissa (Dchar Sidi Aissa)
  • Ait Younes (Kassita, Tizi Ousri)
  • Ichawiyen (Aknoul)
  • Jbarna (Tizroutine)
  • Imzdourar (Tainest)

Langues[modifier | modifier le code]

Les Igzenayen parlent le rifain, variante zenète de la langue amazigh. Au Rif, leur dialecte est très proche de celui de Nador (accent, mots, etc.). Ainsi les Igzenayen diront 'aberchane' pour dire noir et non 'aberkane'. Comme une grande partie des Rifains, les Igzenayen savent parler la darija, propre au nord-est du Maroc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette région était partagée en deux à l'époque de la colonisation par les Espagnols au nord (Sidi Ali Bourakba, Kassita) et les Français au sud (Tizi Ouasli, Aknoul).

Cette tribu est plus particulièrement connue pour le « triangle de la mort » lors des batailles anti-coloniales des années 50. Beaucoup de combattants viennent de la farouche tribu des Gzenaya. Et dans cette région accidentée au cœur du Rif, que la grande presse avait surnommé « le triangle de la mort », les combats sont d'une extrême violence. Ni l'aviation, ni les tanks français ne peuvent intervenir efficacement contre les rebeles rifains.

Immigrations[modifier | modifier le code]

Beaucoup d'Igzenayen ont immigré dans les villes régionales proches telles que Al Hoceima, Nador, Taza, Oujda et Fez. D'autres encore ont immigré en Europe, principalement aux Pays-Bas (Den-Haag, Rotterdam, Amsterdam) en Belgique, Espagne où en France (corse).

De plus, durant la présence française en Algérie, du fait de la proximité géographique, bon nombre d'Igzenayen allait travailler chez les colons dans la région de l'Oranie (Beni Saf, Tmouchent, Remchi, Oran).

Folklore et Musique[modifier | modifier le code]

Le folklore local est la danse guerrière appelée reggada , aarfa ou tout simplement rachioukh (en rapport avec les maîtres de danse). On peut citer Cheikh Moussa ou encore Cheikh Mabrok qui sont des Igzenayen.

Le mariage a aussi une importance toute particulière dans cette région. L'attachement aux traditions a permis de préserver par exemple la pratique de Arazik : promenade du marié et son témoin entre la maison et l'extérieur accompagnée d'un chant masculin.

La signification du nom de certains lieux de la région a un rapport avec le mariage. Ainsi, le nom de la ville de Tizi Ouasli peut être traduit par le « col du marié » ou encore Ayrmam n Tasrit par le « lac de la mariée », lac aujourd'hui asséché.

Panorama sur le massif de l'Igzenayen