Ixchel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ix Chel)
Aller à : navigation, rechercher
Représentation de la Déesse O (correspondant à Ixchel) dans le Codex de Dresde.

Ixchel, ou Ix Chel, est une déesse maya associée à l'eau. Son nom signifie « Dame (ix) - Arc-en-ciel (chel) »[1]. Dans les textes glyphiques, elle est appelée « Chak Chel ». C'est la Déesse O dans la classification de Paul Schellhas révisée par Karl Taube.

C'est la femme d'Itzamna et la mère de Bacabs. Elle était représentée par une vieille femme ridée aux ongles crochus.

Elle peut se présenter sous un aspect bienveillant ou malveillant. Contrairement aux Européens, pour qui l'arc-en-ciel véhicule des connotations positives, les Mayas le craignaient et croyaient qu'il avait son origine dans les puits à sec, qu'ils appelaient l'anus de l'Inframonde[2]. Dans le Codex de Dresde, elle est associée au déluge et à la destruction du monde. Considérée comme la cause des destructions des tempêtes tropicales et des inondations, elle est également la déesse de la Lune et la déesse de la Maternité.Certains maya qui était entrain d'attendre un bébé prier afin que la déesse donne la bénédiction du bébé et si aucun signe ne fut par la déesse déclarant que le bébé a eu cette bénédiction certains le tuer ou l'enfermer dans des cages. Les Mayas considéraient qu'elle avait inventé l'art du tissage.

À l'Époque postclassique, les femmes mayas se rendaient en pèlerinage à Cozumel et Isla Mujeres, où des sanctuaires lui étaient consacrés.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mary Miller & Karl Taube, The Gods and symbols of Ancient Mexico and the Maya, Thames & Hudson, 1993, p. 101
  2. Lynn V. Foster, Handbook to Life in the Ancient Maya World, Oxford University Press, 2002 p. 170