Ivarr de Limerick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ivarr.

Ivarr de Limerick (irlandais : Ímar Luimnich, rí Gall; Ímar ua Ímair; Ímar Ua hÍmair, Ard Rí Gall Muman ocus Gáedel; Íomhar Mór, vieux-norrois: Ívarr), † en 977, est le dernier roi viking de Limerick, et l'avant dernier « Roi des Étrangers du Munster », il règne pendant la montée du pouvoir du Dál gCais et le déclin des Eóganachta. Il tente d'imposer son pouvoir sur Limerick et de l'étendre sur l'ensemble de la province du Munster il est de ce fait l'un des principaux protagoniste de la chronique du XIIe siècle et œuvre de propagande irlandaise nommée Cogad Gáedel re Gallaib, comme ennemi de Mathgamain mac Cennétig, prétendant au trône de roi de Munster, et de son très célèbre jeune frère et successeur Brian Bóruma[1].

Selon l'auteur anonyme du Cogad Gáedel re Gallaib, Ivar se proclame lui-même comme « Roi de Munster  » pendant quelque temps dans la décennie 960[2], jusqu'à ce qu'il soit mis en déroute lors de la Bataille de Sulcoit en 967, toutefois cette extraordinaire revendication a été mise en doute par les spécialistes contemporains. Il apparaît être revenu à Limerick, pour se rétablir, seulement un an ou deux après sa défaite.

Les sources[modifier | modifier le code]

Gaelic Poet.jpg

Les deux principales sources sur la carrière d'Ivar sont le Cogad Gáedel re Gallaib du début du XIIe siècle et la confirmations des faits qu'il rapporte par les Annales d'Inisfallen. Les deux semblent avoir été utilisé comme sources primaires d'annales ultérieures comme les Chroniques d'Irlande dont elles constituent le matériel d'informations sur le Munster concerné[3]. Malheureusement, cependant, bien que l'auteur du Cogad fasse une large utilisation des ces ananles, et d'autres sources locales maintenant perdues, comme des poésies contemporaines, son propos est politique et a pour but de glorifier Brian et le Dál gCais au bénéfice de son descendant Muircheartach Ua Briain, si bien les éléments issus des annalistes sont déformés par les exagérations, un langage fleuri et des informations douteuses de diverses origines.

Le principal problème des Annales d'Inisfallen, est l'importante abréviation qu'elles ont subie lors de leur rédaction par rapport à l'original. Les Annales d'Inisfallen souffrent également d'une considérable lacune ou simplement d'un trou ne comprenant aucune entrées, sur deux ans et demi particulièrement critiques de le carrière de Ivar entre le milieu de 969 et le début de 972.

La troisième source importante pour l'histoire du Munster dans cette période est les Annales des quatre maîtres, mais elles ont été compilées beaucoup plus tard et sont parfois de crédibilité douteuse, ayant enregistré dans certains cas des interpolations et/ou des déplacements chronologiques d'entrées. Quelques autres sources mentionnent brièvement Ivar mais elles n'apportent pas d'éléments complémentaires intéressants pour notre connaissance sur lui. les Annales de Tigernach auraient pu être d'un bon secours mais elles souffrent d'une lacune entre 766 et 974.

Origine[modifier | modifier le code]

L'origine d'Ivar n'est pas mentionnée par les Chroniques d'Irlande[4], qui n'ont pas toutefois été conservées dans leur intégralité, mais il est généralement reconnu comme un membre de la prolifique dynastie viking nommée par les historiens contoporains les Uí Ímair.

Dans le Cogad et les texte liés il est nommé Ímar ua (h)Ímair 'est-à-dire Ímar, petit-fils Ímar[2], mais cela peut être également interprété comme Ímar Ua hÍmair[5], l'utilisation d'un surnom signifiant « Descendant d' Ímar », n'est pas un cas isolé et a apparemment été pratiquée par d'autre membres de la dynastie.

Sa relation exacte avec les souverains précédents de Limerick est incertaine, le dernier membre de la dynastie de la ville est connu comme Aralt mac Sitric, et meurt en 940 [6] il est généralement considéré comme le 3e fils de Sigtryggr Caoch (mort en 927), roi de Dublin et ensuite roi de Northumbria.

Le problème de considérer Ivar littéralement comme un petit fils d' Ímar mort en 873 ce heurte au fait que dans ce cas il aurait été extrêmement vieux lors de son décès en 977. Un homonyme de cet Ímar (Ier), nommé Ímar II ua Ímair, tué en Écosse en 904, doit être de manière plus plausible considéré comme son grand-père, dans ce cas il n'est pas besoin de corriger la forme ua Ímair du Cogad. Au moins deux générations entre le roi de Limerick et le fondateur de la dynastie sont indispensables.

Postérité[modifier | modifier le code]

Ruines de la cathédrale de l'île Scattery, lieu exact de la mort d'Ivar et de ses fils.

Peut être à la suite de la trahison et du meurtre de Mathgamain l'année précédente, Ivar et deux de ses fils, Amlaíb/Olaf connu aussi sous le nom gaélique de Cuallaid (c'est-à-dire Chien sauvage) et Dubcenn (gaélique Tête Noire), son tués, apparemment après avoit été surpris par Brian en 977 dans l'établissement religieux de l'île Scattery[7],

Les sagas mentionne un autre de ses fils, Aralt, qui est élu Roi des Étrangers de Munster peu après le meurtre d'Ivar[8]. il est reputé avoir périt lors d'un, combat contre l'armée de Brian avec Donnubán lors de la Bataille de Cathair Cuan, probablement quelque part en Uí Fidgenti.

Un fils de Dubcenn, nommé Osli (Auisle< Ásl/Auðgísl), est évoqué dans la saga ensuite comme « haut sénéchal » de Brian, qui avait peut-être place sous son contrôle le royaume de Mide, quand il est tué par Flaithbertach Ua Néill vers 1012[9]. Un autre fils de Dubcenn doit être cet Amond, sans doute tué en combattant aux côtés de Brian lors de la Bataille de Clontarf en 1014[10].

Ivar est reputé être l'ancêtre d'une descendance noble en Irlande les O'Donovan[11]. Sa fille dont le nom n'a pas été retenu[12], a épousé son allié Donnubán mac Cathail roi des Uí Fidgenti, leur ancêtre éponyme, bien qu'elle puisse être aussi la fille de Olaf le fils d'Ivar, une possibilité envisagée par les généalogies. En tout état de cause une fille de cette princesse et de Donnubán, épouse ensuite Ivarr de Waterford et lui a donne plusieurs enfants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Todd, Cogadh, pp. 48–103
  2. a et b Todd, Cogadh, pp. 48–9
  3. Ní Mhaonaigh
  4. Downham, p. 190
  5. une correction judicieuse faite par Ní Mhaonaigh, p. 104.
  6. Chronicon Scotorum CS:940
  7. Annales d'Inisfallen 977.2
  8. Todd, Cogadh, pp. 49, 103
  9. Todd, Cogadh, pp. 147, 275, intro. clxv
  10. Todd, Cogadh, pp. 207, 275
  11. O'Hart, p. 197
  12. la généalogie des O'Donovan imprimée par O'Hart au XIXe siècle est une synthèse de plusieurs sources anciennes historiques comme généalogiques. Plusieurs sources de O'Hart, dont la généalogie détaillée des O'Donovan en MS, peuvent être consultées à la Bibliothèque nationale d'Irlande, et il est possible que le nom de la fille d'Ivar y soit préservé.

Source[modifier | modifier le code]