Ivan Vassiliev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vassiliev.

Ivan Vassiliev

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Ivan Vasiliev en 2011

Naissance 9 janvier 1989 (25 ans)
Vladivostok
Activité principale Danseur étoile au Ballet du Bolchoï
Style Danseur
Années d'activité 2006 -
Formation école de danse biélorusse
Conjoint Natalia Ossipova
Distinctions honorifiques Premier prix du Concours international de ballet de Moscou 2005
Grand Prix du Concours international de ballet de Varna 2006
Prix Benois de la danse 2009
Site internet http://www.ivanvasiliev.ru/

Ivan Vassiliev (en russe : Иван Васильев, en anglais : Ivan Vasiliev) est un danseur russe, né à Vladivostok. Après avoir été danseur étoile au Ballet du Bolchoï, il est désormais étoile dans la compagnie du Théâtre Mikhaïlovksy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ivan Vassiliev fait ses premiers pas classiques en Ukraine et, en 2006, sort diplômé de l'Ecole de danse de l'Opéra de Minsk pour en rejoindre la compagnie comme danseur principal. Cependant, il est rapidement repéré par de prestigieuses compagnies, à l'instar de l'American Ballet Theatre, et s'installe à Moscou avec sa mère pour rejoindre l'effectif du Théâtre Bolchoï à l'ouverture de la saison 2006/2007. Il n'a que 17 ans, et vient de remporter le Grand Prix (ou Prix spécial) du Concours international de ballet de Varna, une véritable institution dans le monde de la danse.

Jeune prodige à la technique flamboyante[1] souvent comparé à Mikhaïl Barychnikov (notamment pour l'amplitude et la puissance de son ballon), il fait ses débuts dans la compagnie avec le rôle de Basilio dans Don Quichotte, aux côtés d'une autre jeune surdouée, Natalia Osipova. Elle est à présent l'une de ses partenaires privilégiées, et ils se retrouvent abondamment distribués dans divers galas à travers le monde. Ivan Vassiliev est également très apprécié du public international, ce qui lui permet de se produire sur les scènes espagnoles, américaines, néerlandaises, françaises ou encore japonaises.

Sa danse puissante fait de lui un danseur dans la droite lignée de la tradition du Bolchoï, et il a fait à l'été 2008 des débuts très remarqués[2] dans le rôle-titre de Spartacus, ballet-phare de l'héritage de la danse soviétique (il confiera par la suite à la télévision russe qu'il s'agit de son rôle favori). L'année suivante, en octobre 2009, il est nommé premier soliste de la compagnie, ce qui lui permet d'accéder à un répertoire plus élargi.

En 2009, il reçoit le prestigieux Prix Benois de la danse du meilleur danseur pour son travail dans Les Flammes de Paris et Le Corsaire, signe de la grande estime en laquelle le tient l'ensemble de la profession. Au mois d'octobre de la même année, le Théâtre Bolchoï le nomme premier soliste, alors qu'il fait ses débuts dans le rôle principal de La Bayadère (toujours en compagnie de Natalia Osipova). Ivan Vassiliev fait ensuite ses premiers pas dans le Casse-noisette de Iouri Grigorovitch, en janvier 2010, et deux mois plus tard, tient le rôle principal des Flammes de Paris à l'occasion d'une retransmission du ballet en quasi-direct dans des dizaines de cinémas en Europe (un an plus tard, en mars 2011, il interprète dans les mêmes conditions Don Quichotte).

C'est le 3 mai 2010 qu'il est nommé étoile, en même temps que Natalia Ossipova, à l'occasion d'une représentation de Don Quichotte à Pékin).

Toujours cette même année, il crée au Bolchoï le rôle principal du Jeune homme et la Mort aux côtés de Svetlana Zakharova, après un véritable coup de coeur artistique de la part du chorégraphe Roland Petit[3]. En avril 2011, il crée le rôle principal d'Illusions perdues à Moscou et, le mois suivant, fait ses débuts dans le rôle d'Albrecht, dans Giselle.

Au printemps 2011, il intègre la compagnie de l'American Ballet Theatre comme danseur invité, faisant ses débuts sur la scène new-yorkaise dans les rôles principaux du Clair ruisseau et de Coppélia. En juillet de cette même année, il incarne Roméo à Londres aux côtés de Natalia Osipova : cette invitation ne représente pas moins de neuf représentations en sept jours à peine !

En novembre 2011, lui et sa compagne annoncent leur départ du Ballet du Bolchoï ; ils rejoignent tous deux l'effectif du Théâtre Mikhaïlovksy en tant que danseurs étoiles. À noter que l'affaire fait grand bruit, tant sur le plan national qu'international.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Répertoire[modifier | modifier le code]

Natalia Ossipova et Ivan Vassiliev lors d'une représentation du ballet Don Quichotte

Liens externes[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Vasiliev is the kind of dancer who given the opportunity will add an extra trick, make the extra revolution and just when you think he couldn't possibly do it in time, he does and immediately snaps into a dazzling finish." (Ian Palmer, Ballet Magazine, March 2010).
  2. Ivan Vasiliev is the youngest Spartacus in the Bolshoi's history. He graduated from the Belorussian Ballet School and is now dancing his second season with the Bolshoi. To a certain extent, with his short, stocky, strongly muscular appearance, he takes the role back to its creation days (although none of the earlier generation was as athletic as he is), yet by his youthfulness, not completely concealed by a beginning beard, he also gives the ballet that much-needed new image. Vasiliev prepared the role with Yuri Vladimirov and from a purely technical point of view, this must be one of the best “Spartacus” ever. He made the ballet almost look easy. His speed, his effortless, hovering leaps, his swift, superbly controlled turns, solidly on the ground or in the air, which had the audience gasping and bursting out in spontaneous applause on several occasions, were some of the most exciting moments in ballet one can see. (Marc Haegeman, Danceview Times, 25 juillet 2008)
  3. "Ivan Vassiliev aussi, est magistral. Il vient de créer Le Jeune homme et la Mort au Bolchoï, et faites-moi confiance, il est exceptionnel." (Roland Petit, Danser, septembre 2010).