Ivan Boesky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ivan Frederick Boesky, né le 6 mars 1937, est un négociant en bourse américain connu pour son rôle important dans un scandale de délit d'initié qui s'est produit aux États-Unis dans le milieu des années 1980. Sa participation à un épisode célèbre de l'histoire financière américaine a inspiré un personnage du film Wall Street (film).

La vie et la carrière[modifier | modifier le code]

Boesky est né à Détroit, au Michigan, dans une famille juive. Il a fréquenté l'école de Cranbrook Kingswood à Bloomfield Hills avant d'être diplômé de la Mumford High School de Détroit. Il a ensuite suivi des cours à l'Université Wayne State, à la Eastern Michigan University et à l'Université du Michigan. Il a été admis à Detroit College of Law (actuellement l'Université Michigan State College of Law) malgré l'absence d'un diplôme de premier cycle et sort diplômé en 1965. Dans les années 1980, il a servi comme professeur auxiliaire à la Columbia University's Graduate School of Business et à la New York University's Graduate School of Business.

En 1986, Boesky est devenu un négociant en bourse qui a amassé une fortune de plus de 200 millions de dollars américains en pariant sur les rachats d'entreprises et il prend le contrôle de la Beverly Hills Hôtel Corp. en tant que président (après la mort de son beau-père qui l'avait dirigé pendant 25 ans). La Securities and Exchange Commission(SEC), le gendarme de la bourse américain, enquête sur ses investissements basés sur les conseils reçus par des initiés. Ces acquisitions d'actions ont été parfois ferme, avec des achats massifs survenant quelques jours seulement avant qu'une société ait annoncé une OPA. Boesky fut sur la couverture du magazine Time du 1 décembre 1986.

Bien que les délits d'initiés de ce genre étaient illégaux, les lois l'interdisant ont été rarement appliqué jusqu'à la poursuite judiciaire de Boesky. Boesky coopère avec la SEC et l'informe des délits d'initiés, y compris le cas du financier Michael Milken. Ayant avoué sa faute, Boesky reçoit une peine de prison de 3,5 ans et une amende de 100 millions de dollars américains. Bien qu'il ait été libéré après deux ans, il a été définitivement interdit de travailler dans des valeurs mobilières. Il a purgé sa peine à la Lompoc Federal Prison Camp près de Vandenberg Air Force Base en Californie.

Boesky n'a jamais récupéré sa réputation après avoir fait un séjour en prison, et payé des centaines de millions de dollars en amendes ainsi qu'après avoir aidé la justice à rechercher les escroqueries liées aux délits d'initiés. Plus tard, il devint juif et pris même des cours à la Jewish Theological Seminary of America où il avait été un des principaux donateurs, mais en 1987, suite aux retombées de son scandale financier, le New York Times a rapporté que «après qu'Ivan F. Boesky ait été condamné à une amende de 100 millions $ dans le scandale de délits d'initiés, le Jewish Theological Seminary, agissant à sa demande, lui donne en son nom l'équivalent de 20 millions de $".

Son implication dans des activités criminelles est racontée dans le livre de "Den of Thieves" par James B. Stewart.

Une autre version de ces événements est racontée par Jonathan Guinness dans son livre "Requiem pour une entreprise familiale» qui suggère que la SEC lui a accordé l'immunité des poursuites et lui a permis de poursuivre les échanges initiés auparavant pour récupérer des profits significatifs ainsi que pour piéger les fraudeurs.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le personnage de Gordon Gekko dans le film de 1987 Wall Street est basé au moins en partie sur Boesky, surtout au sujet d'un célèbre discours qu'il a prononcé sur les aspects positifs de la cupidité à l'Université de Californie, Berkeley, en 1986, où il a dit « Je pense que la cupidité est saine. Vous pouvez être gourmand et vous sentir bien dans votre peau ».

Sources[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ivan Boesky » (voir la liste des auteurs)