Ithagine ensanglantée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ithagine ensanglanté

Description de cette image, également commentée ci-après

Ithaginis cruentus

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Galliformes
Famille Phasianidae

Genre

Ithaginis
Wagler, 1832

Nom binominal

Ithaginis cruentus
(Hardwicke, 1821)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 01/07/75

L'Ithagine ensanglanté (Ithaginis cruentus) est une espèce d'oiseau de la famille des Phasianidae.

Distribution[modifier | modifier le code]

Cet oiseau peuple le Népal, le Sikkim, le Bhoutan, le sud du Tibet, le Tchamdo, le Seutchouan, le Nan-Chan, le Tsinghaï, le Chansi, le Kansou, le Honan, le Sinkiang, le Yunnan et le nord-est du Myanmar.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • I. c. cruentus (Hardwicke), ithagine ensanglanté : du nord du Népal au nord-ouest du Bhoutan.
  • I. c. affinis Beebe, ithagine du Sikkim : Sikkim. Cette forme est parfois reprise dans la forme nominale.
  • I. c. tibetanus Stuart Baker, ithagine du Tibet : est du Bhoutan et sud du Tibet.
  • I. c. kuseri Beebe, ithagine de Kuser : Tibet et est de l’Himalaya.
  • I. c. marionae Mayr, ithagine de Mrs Vernay : nord-est du Myanmar.
  • I. c. rocki Riley, ithagine de Rock : nord-ouest du Yunnan.
  • I. c. holoptilus Greenway, ithagine de Greenway : Likiang. Cette forme est parfois intégrée dans rocki.
  • I. c. clarkei Rotschild, ithagine de Clarke : nord-ouest du Yunnan.
  • I. c. geoffroyi Verreaux, ithagine de Geoffroy : ouest du Seutchouan et est du Tibet.
  • I. c. berezowskii Bianchi, ithagine de Berezowski, ouest et nord-ouest du Seutchouan, Kansou, Soungpan.
  • I. c. annae Mayr & Birkhead, ithagine de Mrs Sage : Seutchouan. Cette forme est parfois incorporée dans berezowskii.
  • I. c. beicki Mayr & Birkhead, ithagine de Beick : nord-est du Tsinghaï et centre du Kansou.
  • I. c. michaelis Bianchi, ithagine de Bianchi : centre et nord du Nan-Chan.
  • I. c. sinensis David, ithagine du Père David : Chansi, sud-ouest du Honan et sud du Kansou.

Habitat[modifier | modifier le code]

Ithagine ensanglantée au Sikkim

L’ithagine ensanglanté est inféodé aux bois clairs et humides de pins Pinus wallichianus, de bouleaux Betula utilis, de sapins Abies spectabilis et de chênes Quercus incanus et Q. lanatus à sous-bois arbustif de rhododendrons, de bambous et de genévriers entre 3 200 et 4 500 m.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Son régime alimentaire comporte toutes sortes de matières végétales (bourgeons, pousses et feuilles d’arbres feuillus et de conifères, feuilles de bambous et de graminées, frondes de fougères, lichens, capsules de mousses, baies, fruits, graines) avec un complément d’insectes en été.

Comportement non social[modifier | modifier le code]

L’association hokis-ithagines a été décrite au sujet des sous-espèces tibetanus dans le sud-est du Tibet et geoffroyi dans l’ouest du Seutchouan. Les hokis, craintifs et à l’ouïe fine, se chargent alors de la conduite de ces sociétés mixtes. À proximité des temples bouddhistes, ces groupes mixtes sont beaucoup moins farouches au point de se faire nourrir par l’homme. Les ithagines peuvent aussi se mêler à des lophophores resplendissants au Népal. Les ithagines sont des coureurs-sauteurs très adroits, ne se perchant que rarement et recherchant leur nourriture essentiellement sur le sol. Ils passent la nuit dans les arbres en lisière de forêt mais quittent cet abri la journée pour se nourrir à découvert sur le sol. Le bain de poussière a également été décrit chez cette espèce. Au Népal, les ithagines forment des compagnies d’une dizaine de sujets et quittent les hauteurs pour gagner les vallées lors des premiers froids. En parfaite harmonie de couleurs, ces compagnies sont difficiles à repérer car vue d’en haut la coloration grise du dos s’harmonise avec celle des rochers et vue d’en bas, la couleur jaune paille du ventre se confond avec celle des chaumes et des graminées.

Comportement social[modifier | modifier le code]

Les compagnies d’ithagines restent solidaires en automne et en hiver en maintenant un contact acoustique permanent par l’émission de petits cris « sip-sip-sip ». Mais cette cohésion se dissout à l’approche de la nidification. C’est pourquoi leur régime a été considéré très tôt comme monogame. Schäfer (1934) avait remarqué que le nombre des mâles dominait fortement celui des femelles avec une proportion approximative de trois pour un, même en période de nidification. Les mâles en surnombre ne dérangeaient pas les couples vivant en monogamie mais s’appariaient souvent entre eux en paradant et en formant des couples non nicheurs. Plus récemment, Jia & Zheng (2000) constatent que les mâles subadultes vivent en groupes non reproducteurs mais peuvent s’associer à des couples nicheurs ou à des mâles dont les femelles couvent.

Parade nuptiale[modifier | modifier le code]

En parade nuptiale, le mâle gonfle les plumes de la poitrine, laisse pendre ses ailes et redresse la queue, exhibe sa crête hérissée et se pavane en tournant autour de la femelle, de façon très similaire à celle des eulophes.

Nidification[modifier | modifier le code]

L’ensemble des données révèle que la période de nidification a lieu de la mi-avril à juin, la plupart des nids étant trouvés en mai. Le nid est placé dans l’herbe au pied d’un fourré de bambou, d’un buisson de genévrier ou de rhododendron mais aussi dans le sous-bois d’une forêt de pins. La femelle creuse une petite dépression qu’elle tapisse de quelques feuilles, radicelles et mousses puis y pond de 5 à 12 œufs de couleur crème ou fauve tachetés de brun-rouille ou de brun foncé.

Prédation[modifier | modifier le code]

En mammifères, le dhole (Cuon alpinus), le renard gris (Vulpes ferilata), la martre d’Asie (Martes flavigula) et, secondairement, la panthère des neiges (Panthera pardus) sont des prédateurs. En oiseaux de proie, l’aigle doré (Aquila chrysaetos) et l’aigle du Népal (Aquila nipalensis) et, secondairement, l’aigle de Bonnelli (Hieraaetus fasciatus) représentent des menaces.

Statut, conservation[modifier | modifier le code]

BirdLife (2011) ne considère pas cette espèce, ni aucune de ses sous-espèces comme globalement menacées comme l’avaient d’ailleurs suggéré Fuller et Garson (2000).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fuller, R. A. & Garson, P. J. (2000). Pheasants, status survey and conservation action plan 2000-2004. WPA/BirdLife/Pheasant Specialist Group. IUCN, Gland, Switzerland and Cambridge, UK and WPA, Reading, UK.
  • Hennache, A. & Ottaviani, M. (2005). Monographie des faisans, volume 1, 357 pages. Editions WPA France, Clères, France.
  • Jia Chen-xi & Zheng Guang-mei (2000). Social organisation and behaviour of blood pheasant Ithaginis cruentus in Wolong Nature Reserve, China. 2nd International Galliformes Symposium, Kathmandu and Royal Chitwan National Park, : 183-189.
  • Schäfer, E. (1934). Zur Lebenweise der Fasanen des chinesich-tibetischen Grenzlandes. Journ. Orn. 82: 487-509.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Genre Ithaginis[modifier | modifier le code]

Espèce Ithaginis cruentus[modifier | modifier le code]