Italiens de Roumanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les italiens de Roumanie sont un des groupes ethniques de Roumanie, et selon le recensement de 2002 ils sont au nombre de 3331, et sont dispersés de façon relativement uniforme sur le territoire roumain En tant que minorité nationale officiellement reconnue, ils sont toujours représentés à la Chambre des députés de Roumanie.

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence des italiens en Roumanie est bien plus significative en réalité que ne le laisse l’apercevoir les statistiques officiels. En effet dans l’histoire et notamment après 1947, se revendiquer comme italien en Roumanie relevait de l’acte de courage. Ainsi de nombreux roumains d’origines italiennes, ont tout fait pour cacher ces origines, en changeant de nom, en cachant les documents d’état civil. Certains ont également préféré retourner en Italie. Il n’y a pas en Roumanie de judet où aucun roumain ne s’est déclaré de la minorité italienne. En grand nombre mais par petits groupes, les italiens sont venus en Roumanie du XVIIIe siècle jusqu’à plus de la moitié du XIXe siècle, s’installant en Transylvanie, en Bucovine, dans le Banat et en Bessarabie, et en majorité dans les grandes agglomérations, profitant de la construction de grands ouvrages. Le motif de cette immigration a été principalement économique. Ils se sont installés là où, pensaient-ils, ils pouvaient exercer la même profession, que celle qu’ils avaient en Italie[1]. L’exemple de Târgoviște montre l’importance dans l’entre-deux-guerres de la minorité italienne, puisqu’en 1937 y avait été ouverte une agence consulaire italienne, nécessaire étant donné la taille de la communauté. D’autres se sont lancés dans le commerce, dans les ports le long du Danube ou sur la Mer Noire, à La Constata, Galati ou Braila, où il existait alors l’une des plus grandes bourses de blé d’Europe. Ces communautés existent encore aujourd’hui.

Personnalités italiennes de Roumanie[modifier | modifier le code]

Des italiens de Roumanie se sont illustrés dans différents domaines tels que la musique, le cinéma, la médecine, le journalisme, la peinture, la littérature ou encore l’enseignement. Parmi ces personnalités on peut citer Antonio, Alfonso și Carlo Cirillo, Altieri Zanvettor, Florin Bogardo, Mensis Barberis, Sorana Coroamă-Stanca, Alexandru Pesamosca, Ivanca Olivotto, Amelio Olivotto, Livio Bellegante, Nicolo Girardi, Dante Viecelli, Virgil Toso, Puschiazis Vicenzo, Mădălina Coracin, Mihaela Profiriu Mateescu-Culluri, Horia Moculescu, Mișu Fotino, Adrian Marino, Ileana Stana-Ionescu, Angela Tomaselli, Cristian Țopescu.

Aujourd’hui[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 2004, l’association des italiens de Roumanie (« Associazione degli italiani in Romania RO.AS.IT. »)[2] a tenté de réunir dans sur une même liste les différentes groupes et sensibilités de la minorité italienne, avec l’idée d’unir les italiens de Roumanie, qui venant de régions différentes en Italie, vivent également dans des régions différentes en Roumanie. Ces élections ont également vu la désignation de Mircea Grosaru comme député représentant les italiens au parlement roumain. Avant lui Iuliano Valentin avait assuré cette tâche de 1992 à 1996, Marilena Tomov de 1996 à 2000 et Ileana Stana Ionescu enfin de 2000 à 2004.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Giulio Vignoli, Sulla minoranza italiana storica di Romania: Gli Italiani dimenticati. Minoranze italiane in Europa, Giuffrè, Milan, 2000.
  • R. Scagno, Veneti in Romania, Longo Editore, Ravenne, 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]