Italie (bateau)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Italie
Italie
Image illustrative de l'article Italie (bateau)
Ancré à Ouchy, en 2007.

Type bateau-salon
Histoire
Lancement 1908
transformé en 1957 (diesel-électrique)
Statut hors service depuis le 4 décembre 2005
Caractéristiques techniques
Longueur 66 m (hors-tout)
58 m (entre perpendiculaires)
Maître-bau 7 m
14 m (largeur hors-tout)
Tirant d'eau 1,51 m (en charge)
Déplacement 296 t (en charge)
Propulsion machine à vapeur oblique
2 cylindres, compound
diesel-électrique Sulzer-BBC
Puissance 850 CV
700 CV ou 515 kW
Ponts 2
Autres caractéristiques
Passagers 1 000
800
Équipage 4
Chantier naval Sulzer Frères, Winterthour
Coût un peu plus de 400 000 CHF[1]

L’Italie II est un bateau de la Compagnie générale de navigation sur le lac Léman (CGN). C'est un bateau à roues à aubes.

Historique[modifier | modifier le code]

Décidé par l'assemblée extraordinaire des actionnaires, le 1er décembre 1906, l’Italie a été construit entre 1907 et 1908 pour la CGN. La construction générale, coque et machines, a été faite par la maison Sulzer, qui a commencé la construction du bateau au printemps 1907 dans ses ateliers à Winterthour. L'Italie a fait sa première course d'essai le 2 avril 1908, a été inauguré le 26 mai 1908 et mis en service le 1er juin 1908[2].

Le nom est choisi à la suite du rapprochement avec l'Italie résultant de l'inauguration du tunnel du Simplon en 1906[3]. Le bateau a été baptisé en présence du consul général d’Italie à Genève, M. le Commandeur Basso[1]. C'est le deuxième bateau à vapeur du même nom sur le Léman et c'est un bateau jumeau du Vevey (1907). Son salon de première classe est en acajou et citronnier, de style Empire.

De février 1956 à juin 1958, le bateau a été rénové sur les chantiers de la CGN et ses machines à vapeur ont été remplacées par un moteur diesel-électrique. Cette transformation de la propulsion a permis de réduire son fonctionnement, car le carburant pour le moteur diesel-électrique, coûte moins de la moitié et le personnel naviguant pour s'occuper de la machine est passé de cinq hommes à un seul mécanicien. En outre, sa cheminée a été raccourcie, la coque a été remise en état, les boiseries de la salle à manger ont été enlevée pour se rendre compte du degré d'usure des tôles, le salon de première a été conservé et un système de coussinets a été rajouté pour éliminer la plupart des vibrations qui firent critiquer de précédentes transformations. Dès lors, depuis le 1er juillet 1958, l’Italie effectue pendant la belle saison le service Bouveret-Genève-Bouveret[4],[5].

On peut voir apparaître le bateau dans la première partie du film Hélas pour moi, réalisé par Jean-Luc Godard en 1993.

Il est temporairement hors service depuis le 4 décembre 2005[6].

En 2011, il est classé monument historique par le canton de Vaud[7].

Après que l'Association des amis des bateaux à vapeur du Léman est parvenue à réunir 11 millions de francs suisses pour sa restauration, le 17 décembre 2014, le Conseil d'État a décidé de soumettre au Grand Conseil un crédit d’investissement de trois millions de francs pour compléter le financement de la rénovation du bateau, devisée à 13,6 millions de francs.[8],[9]


Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b La Patrie Suisse, juin 1908.
  2. Scriptorium, 27 mai 1908, Nouvelliste vaudois (1824-1914)
  3. La Patrie Suisse, 21 août 1907.
  4. Scriptorium, 2 juillet 1958, Feuille d'avis de Lausanne, (page 21)
  5. Scriptorium, 16 février 1956, Feuille d'avis de Lausanne, (page 11)
  6. Association des amis des bateaux à vapeur du Léman
  7. « La flotte Belle Époque de la CGN est classée », Bureau d'information et de communication de l'État de Vaud, 17 juin 2011.
  8. Pour 13,6 millions, l'«Italie» voguera à nouveau sur le Léman, 18 décembre 2014, 24 heures
  9. Exposé des motifs et projet de décret, décembre 2014, Conseil d'État (Vaud)