It's a Wonderful World (film, 1956)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir It's a Wonderful World.

It's a Wonderful World

Titre original It's a Wonderful World
Réalisation Val Guest
Scénario Val Guest
Acteurs principaux
Sociétés de production George Minter Productions
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Film musical
Comédie
Sortie 1956
Durée 87 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

It's a Wonderful World est un film musical britannique réalisé par Val Guest et sorti en 1956.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Londres, les jeunes auteurs-compositeurs Ray Thompson et Ken Millar, en mal de succès, vivotent dans leur petit studio, harcelés par leur logeuse pour retards de loyer. Ils font la connaissance de la Française Georgie Dubois, 20 ans, leur voisine de l'immeuble d'en face, au moment où on vient saisir leur piano. Georgie, chanteuse débutante, passe une audition en interprétant une de leurs chansons, When You Came Along, et elle est engagée dans l'orchestre de Ted Heath qui doit assurer la prochaine Royal Variety Performance (en). Mais contrairement aux rêves des deux musiciens[1], les royalties récoltées sont bien maigres... Ken Millar en veut davantage en provoquant l'événement : la musique dissonante sortie d'un vieux disque voilé, et oublié, lui donne l'idée de copier (à l'envers) cette musique sur bande magnétique et de la présenter à son éditeur Bert Fielding comme une « œuvre d'avant-garde » qu'il baptise City of Souls, composée par un certain « Rimsikoff ». La tortueuse partition, jouée jusqu'à l'épuisement par The London Concerto Orchestra au Royal Albert Hall, laisse le public silencieux et dubitatif, mais, applaudi avec ferveur par le snobinard critique musical Mervyn Wade, le concert est finalement ovationné. Tous les professionnels veulent alors rencontrer le génial Rimsikoff tandis que Georgie, qui a incidemment découvert le pot aux roses, va s'employer à arranger les affaires de ses deux copains avec l'aide de Ted Heath...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

BO[modifier | modifier le code]

Chansons[modifier | modifier le code]

Track listing :

  1. Girls, Girls, Girls, paroles de Moira Heath et musique de Ted Heath, interprétée par Dennis Lotis (en) (ouverture).
  2. When You Came Along, paroles de Moira Heath et musique de Ted Heath, interprétée en duo par Mylène Demongeot et Terence Morgan (chez Georgie).
  3. A Few Kisses Ago, paroles de Val Guest et musique de Robert Farnon, interprétée par Dennis Lotis (au studio Decca).
  4. When You Came Along, reprise par Mylène Demongeot (au studio Decca).
  5. Rosane, paroles de Val Guest et musique de Robert Farnon, interprétée par Dennis Lotis (au studio Decca).
  6. When You Came Along, reprise par Mylène Demongeot (à la Royal Variety Performance (en) 1955).

Musique additionnelle[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

  • Mylène Demongeot[4] : « Je rencontre des producteurs anglais qui cherchent une jeune première française pour une comédie musicale qui va se tourner à Londres. […] Le metteur en scène, Val Guest, est assez jeune, sympathique… Je baragouine avec lui dans un anglais plus qu’approximatif, scolaire, genre « my tailor is rich », méthode Assimil, première leçon…
    — Savez-vous chanter et danser ?
    — Je dis « Yes, yes, of course » tout en hochant la tête vigoureusement.
    Danser, oui, bon, j’ai tout de même fait de la danse classique… Un peu. Quand j’étais petite. […] Quant au chant, je n’ai jamais pris de cours. Mais je suis pianiste, je chante juste et puis Val Guest me dit que ce sera du play-back… […] Mes partenaires sont adorables, le metteur en scène est adorable, ils me trouvent adorable… L’histoire est toute simple. J’ai de jolies robes, le play-back roule tout seul… […] Le pire, c’est que je n’ai même jamais vu le film ! »

Tournage[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

  • The TCM Movie Database États-Unis note en conclusion de son article : « Peut-être que quatre adolescents de Liverpool ont été inspirés par ce film pour incorporer des manipulations de bandes magnétiques dans plusieurs de leurs tubes une décennie plus tard ! »[5]
  • Allmovie États-Unis écrit : « Val Guest réussit à provoquer l'hilarité avec son thème de l'enregistrement vieillot reconverti en musique nouvelle qui séduit les snobs. Pour le public d'aujourd'hui, le principal intérêt de It's a Wonderful World est la présence du musicien Ted Heath dont les apparitions à l'écran étaient bien trop rares. »[6]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Séquence chorégraphiée du « rêve de Kent » où il danse avec Georgie et Ray autour d'un chèque géant de « One Million Pounds »…
  2. a, b et c Source : BFI Database Royaume-Uni.
  3. Avec la prestation endiablée du batteur britannique Ronnie Verrell (en).
  4. Extrait de son autobiographie, Tiroirs secrets, Éditions Le Pré aux clercs, 2001 (ISBN 2842281314).
  5. Traduction libre de l'anglais : « Perhaps four teenaged Liverpool lads were inspired by this film to incorporate the backward-playing tape techniques into several of their own hit recordings over a decade later! »
  6. Traduction libre de l'anglais : « Director Val Guest manages to extract new laughs out of such old setpieces as showing a snobbish audience being gradually won over by pop music. The principal attraction of It's a Wonderful World — to modern viewers, at least is the presence of Ted Heath, whose screen appearances were all too few and far between ». On remarque également la prestation d'un célèbre artiste de la scène anglaise de l'époque dans « l'orchestre de Ted Heath » : Dennis Lotis (en), autant à l'aise en crooner qu'en chanteur rythmique, entre Paul Anka et Bobby Darin, et autant assailli par ses fans britanniques déchaînés comme The Beatles le seront plus tard.