Istakhr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Istakhr
Image illustrative de l'article Istakhr
Localisation
Pays Drapeau de l’Iran Iran
Province Fars
Coordonnées 29° 58′ 48″ N 52° 54′ 36″ E / 29.98013, 52.90999 ()29° 58′ 48″ Nord 52° 54′ 36″ Est / 29.98013, 52.90999 ()  
Altitude 1 620 m

Géolocalisation sur la carte : Iran

(Voir situation sur carte : Iran)
Istakhr
Istakhr

Istakhr (en persan : استخر) est une ville antique de Perse (Iran) situé dans une vallée à plus de 1 600 m d'altitude. Le site est étroitement lié à celui de Naqsh-e Rostam qui recèles des tombes Achéménides et d'important bas reliefs Sassanides. Au delà on entre dans la plaine de Marvdasht où se trouve le site de Persépolis, 5 km plus loin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle n'est mentionnée dans les sources historiques, comme le Livre des Prophètes et des Rois, de Tabari qu'à partir de l'époque Parthe. C'est dans cette ville qu'Ardachîr Ier est proclamé roi, au début du IIIe siècle. Plus tard, il détrôna le roi parthe Artaban V et installa la dynastie perse des Sassanides[1]. La ville avait un temple de la déesse Anahita.

Istakhr se développa pendant l'époque sassanide (du IIIe au VIIe siècle) et l'époque omeyyade.

Au moment de la conquête du Fars par les Arabes, les envahisseurs ont pris leurs quartiers dans la plaine. En 648/649, Istakhr capitule. Quelques années après elle est reprise par la force ce qui provoque de nombreuses victimes dans la population. La ville reste ensuite un bastion du Zoroastrisme[2].

Elle demeura la capitale du Fars (la Perse) jusqu'à la fondation de Chiraz.

À la fin du règne d'Imad ad-Din Marzuban (Abū Kālījār) (règne 1024-1048) la ville est dévastée et pillée. Il ne reste alors plus qu'un village de quelques centaine d'habitants[2]. Aujourd'hui ce n'est plus qu'un site archéologique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tabari, op. cit., vol. I, « De Salomon à la chute des Sassanides / Histoire d'Ardeschîr, fils de Bâbek », p. 173-179
  2. a et b (en) Mary Boyce, « Eṣṭaḵr (Estaḵr, Staḵr) », dans Encyclopædia Iranica en ligne

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tabari (trad. du persan par Hermann Zotenberg), La Chronique. Histoire des prophètes et des rois, vol. I, Actes Sud / Sindbad, coll. « Thésaurus »,‎ 2001 (ISBN 9782742733170)