Ismaël (baryton)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ismaël (homonymie).

Jean-Vital Jammes
dit Ismaël

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Ismaël vers 1873

Naissance 28 avril 1825
Le Passage, Drapeau de la France France
Décès 13 juin 1893
Marseille, Drapeau de la France France
Activité principale Artiste lyrique
baryton
Style Opéra, Opérette
Années d'activité 1843-1882
Enseignement Conservatoire de Paris
Élèves Max Bouvet, Jean Delvoye, Herman Devriès, Marie Ismaël-Garcin
Signature d'Ismaël en juillet 1862, avec les maçonniques.

Jean-Vital Jammes dit Ismaël est un baryton français né le 28 avril 1825 au Passage (Lot-et-Garonne) et mort le 13 juin 1893 à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Né dans une famille très pauvre, il part de chez lui à quatorze ans et gagne sa vie comme chanteur des rues, avant de se faire embaucher comme choriste puis soliste sur des scènes de province de plus en plus illustres. Au début des années 1850, il se fixe à Marseille, où il révèlera la véritable dimension de son talent. Les années 1860 seront celles de la consécration parisienne. Cet autodidacte absolu a créé en 40 ans de scène nombre de grands rôles au Théâtre-Lyrique puis à l'Opéra-Comique, dont Zurga dans Les Pêcheurs de perles de Georges Bizet et Ourrias dans Mireille de Charles Gounod. Consécration de sa carrière, il devient professeur au Conservatoire de Paris en 1874, avant d'en être chassé dans des conditions obscures. Sa fin de carrière est marquée par des difficultés vocales liées à une affection du larynx. Mais Ismaël ne cessera jamais d'enseigner son art à de nombreux élèves, souvent illustres eux-mêmes.

Sommaire

Biographie[modifier | modifier le code]

Des origines modestes[modifier | modifier le code]

Ismaël jeune en costume de scène
Portrait à l'huile sur bois

Jean-Vital Jammes[N 1] naît au Passage, près d'Agen. Son père, Antoine Jammes, est un tailleur d’habits analphabète originaire de Foulayronnes ; sa mère, Marguerite Andrieu, est domestique[N 2],[IC 1],[Nec 1],[1]. Très pauvres, ils ne peuvent offrir à leur fils aucune éducation. À seize ans, Jean-Vital, qui témoigne un intérêt précoce pour le chant, quitte à pied le domicile familial pour gagner sa vie en chantant dans les rues et les auberges. Il arrive ainsi à Nantes[2]. Prat, le directeur du théâtre Graslin, l'entend chanter dans un café au cours de la saison 1842-1843 et l’embauche comme choriste. Jammes remporte un premier succès en remplaçant au pied levé le baryton titulaire du rôle de Max dans Le Chalet (en) d’Adolphe Adam[ThN 1]. Il part – semble-t-il – à Paris en espérant recevoir une formation plus poussée mais le Conservatoire de Paris le refuse à cause de son analphabétisme. Il apprend donc seul à lire et à écrire et travaille essentiellement par lui-même les grands rôles de baryton de son époque.

Ce travail porte ses fruits car il obtient un poste de basse en Belgique, à l’Opéra de Verviers[N 3],[Nec 2],[2]. En novembre 1844, il se produit à Namur, déjà sous le nom de scène d’« Ismaël », en tant que « première basse chantante et baryton. »[N 4],[JTh 1].

De retour en France, il est engagé à Saint-Étienne en juin 1845, comme « baryton et basse chantante » pour l’opéra et « jeune troisième rôle et deuxième amoureux » pour les drames, comédies et vaudevilles[JTh 2]. Il se produit à Amiens à partir d'août 1846[TrD 1]. Face à un public extrêmement exigeant, il fait preuve de « trop de talent pour être exposé à d'hostiles manifestations »[TrD 2], même s’il est « un peu sifflé »[TrD 3]. ll résilie son contrat en janvier 1847[TrD 4] et part pour Orléans où il est référencé comme baryton Martin en mai 1847[JTh 3]. Il y rencontre le succès dès son arrivée grâce à sa « belle voix, franche et nettement posée »[JTh 4].

Il est engagé au Grand-Théâtre de Bordeaux en 1848-1850, et passe au Grand Théâtre de Nîmes en 1850[Evt 1]. On le voit aussi, en 1851, à Perpignan et à Béziers. Puis il fait ses débuts en 1851 au Grand-Théâtre de Lyon comme « baryton Grand Opéra, Opéra-Comique et Traductions »[Evt 2]. Il y rencontre sa première épouse, la mezzo-soprano Alceste Anastasie Hortense Cœuriot qui y est « Première dugazon »[3]. Il retourne à Bordeaux avec Alceste en 1853-1854, puis il réside six saisons d’affilée (de 1854 à 1860) au Grand-Théâtre de Marseille. À Bordeaux et Lyon, Ismaël a eu l’occasion de donner la réplique à des vedettes comme Marietta Alboni[N 5],[Evt 3] et Louis Gueymard[N 6],[AVv 1]. À Marseille, il construit sa propre stature de grand artiste. En effet, il obtient par exemple une « couronne d’or » de la Direction pour fêter sa deuxième saison[N 7],[AMe 1], et joue pour la première fois le rôle-titre de Rigoletto de Verdi, dans lequel il excellera par la suite. Il se déplace également : il fait une apparition à Aix-en-Provence fin 1855-début 1856, et se rend apparemment en représentation à Constantine, avec Alceste au cours de l’été 1856[N 8],[AMe 2]. Après un nouveau passage à Lyon en 1860-1861[EnL 1], Ismaël fait en 1861 ses débuts de baryton « Grand opéra et traductions » et « opéra-comique » au théâtre de la Monnaie à Bruxelles[MoB 1]. Il est engagé l'année suivante au théâtre des Arts de Rouen. Il y joue avec succès plusieurs rôles majeurs en 1862-1863 et attire ainsi l’attention de Léon Carvalho, directeur du Théâtre-Lyrique à Paris.

Consécration parisienne[modifier | modifier le code]

Ismaël vers 1885, huile sur toile

Carvalho engage Ismaël dans sa troupe. Celui-ci débute le 30 septembre 1863 avec la création de Zurga des Pêcheurs de Perles de Georges Bizet. Il joue ensuite à partir du 24 décembre le rôle-titre dans Rigoletto de Verdi. Ce rôle consacre Ismaël comme l'un des chanteurs de premier plan de la capitale[4]. Il crée l'année suivante Ourrias dans Mireille de Gounod puis chante le 21 avril 1865 le rôle-titre du Macbeth de Verdi dans sa version révisée[5]. Il joue également le rôle-titre de Don Pasquale de Donizetti, Falstaff dans Les Joyeuses Commères de Windsor[6] de Nicolai, et Sganarelle dans Le Médecin malgré lui de Gounod (1866)[N 9]. Il chante au Grand-Théâtre de Marseille début 1868[FrM 1], puis à nouveau en 1869 après la faillite de Carvalho en mai 1868. En juin 1870, il signe avec le Théâtre royal de Liège[Com 1], quelques jours avant le déclenchement de la guerre de 1870[N 10]. Le 7 octobre 1870, il est à Marseille. Sur un balcon de la Canebière, il entonne La Marseillaise pour la foule enthousiaste qui attend, comme lui, Giuseppe Garibaldi. Celui-ci arrive sur le vapeur Ville-de-Paris pour aider la jeune République française[Tps 1]. Fin 1870, il participe également à deux concerts de bienfaisance au Grand-Théâtre de Marseille[EuA 1].

En octobre 1871, après les événements de la Commune, La Comédie annonce le retour d'Ismaël à l’Opéra-Comique dans L’Ombre de Friedrich von Flotow[Com 2],[Hoc 1]. Il crée, à la salle Favart, plusieurs opéras et opérettes dont Fantasio d'Offenbach et Le roi l'a dit de Delibes. Il joue aussi dans les œuvres de Gounod Roméo et Juliette (frère Laurent) et Le Médecin malgré lui (Sganarelle)[7]. Entretemps, il fait une grande tournée dans au moins 25 villes de France, en juillet-août 1872, en compagnie de trois autres artistes de l'Opéra-Comique, avec L'Ombre de Flotow[N 11],[JnL 1] .

Au cours des années 1870, Jean-Vital Jammes semble connaître des problèmes vocaux, liés à une affection du larynx[Nec 3], qui l'éloignent périodiquement de la scène. Les journaux de l’époque relatent plusieurs incidents à propos de ce point et de sa santé en général. En 1853 déjà, à Lyon, il a une extinction de voix[AVv 2]. L'Argus et le Vert-vert réunis publient même un couplet satirique sur le sujet. Son médecin le soigne dans un surprenant caisson hyperbare d’époque[N 12]. Plus tard, fin 1871, il s’évanouit sur scène à la fin d’une représentation de L’Ombre[Tps 2] ; de même, il est obligé de « garder la chambre » en avril 1876[Com 3].

Professeur au Conservatoire[modifier | modifier le code]

Villa d'Ismaël à Marseille (vers 1980)

Nommé professeur de déclamation lyrique au Conservatoire de Paris le 1er février 1874, Ismaël continue cependant à jouer. Il crée en particulier, sur la scène de l'Opéra-Comique, Gille et Gillotin en 1874, L’Amour africain en 1875 et le pasteur Tidmann dans Piccolino de Guiraud en 1876[SoP 1]. Le journal satirique Le Trombinoscope lui consacre en 1875 un numéro, avec une biographie fantaisiste[IC 2] signée Touchatout.

Il quitte l'Opéra-Comique en août 1876, quand Léon Carvalho reprend la direction du théâtre[Hoc 2]. Le 23 décembre 1876, il est brusquement et sans explications démis de ses fonctions de professeur au Conservatoire. Il demande à plusieurs reprises, mais en vain, une enquête publique sur les raisons de sa révocation[1],[8]. Profondément touché[N 13], il publie en mars 1877 un opuscule sur cette affaire[IC 3]. Il attribue sa révocation au ressentiment d'une de ses élèves à qui il avait expliqué son inaptitude à l'art lyrique. Cette affaire, qui trouve en 1877 un écho dans plusieurs quotidiens, le poursuit : en 1880, sollicité pour diriger la classe de chant du Conservatoire de Marseille, il en est finalement écarté. Il s'en plaint dans une lettre au Figaro[N 14]. Son dossier aux « ressources humaines » du Conservatoire[N 15] semble étayer les hypothèses d'Ismaël dans sa lettre.

À partir de 1877, Ismaël passe de plus en plus de temps dans sa villa de Marseille[N 16],[9], achetée en 1861, donnant des leçons de chant et participant à la vie de la cité. Il est par exemple membre du « Cercle artistique de Marseille », et il lui arrive de chanter pendant les manifestations du cercle[Nec 4],[Ved 1].

Caveau de Jean-Vital Jammes et Marie Garcin au cimetière Saint-Pierre

Il crée ensuite en 1877, sur la scène du théâtre de la Renaissance, La Tzigane, une opérette-pastiche d'après Johann Strauss II[N 17]. Puis, il crée le rôle-titre dans Le Chevalier Gaston de Planquette le 8 février 1879 au théâtre du Casino de Monte-Carlo[7], inauguré le 25 janvier précédent. Après Monaco, il fait une tournée personnelle en France, qui l’amène en particulier à Agen, où il chante Le Barbier de Séville[Fig 1]. Il retourne au théâtre de la Renaissance, pour deux premières mondiales : La Jolie Persane de Lecocq en 1879 (rôle de Nadir) et, en 1880, Les Voltigeurs de la 32e de Planquette (rôle de Richard).

Sa dernière prestation sur scène aurait eu lieu à Marseille en mars 1882, dans L'Ombre de Friedrich von Flotow[Nec 5]. Mais on le retrouve, selon L'Europe artiste, jouant L'Ombre en 1884 à Aix-les-Bains, et certaines sources affirment qu'il se serait encore produit à Toulouse au printemps 1886[10]. Il apparaît enfin lors d'une soirée de charité le 27 juillet 1886 à Cauterets aux côtés de sa seconde épouse[IC 4].

Jean-Vital Jammes tombe malade vers 1891-1892[Nec 6]. La Vedette relate sa dernière sortie mondaine connue. Il assiste avec son épouse à des auditions musicales chez M. Callamand, le 16 avril 1893[Ved 2]. Il meurt à Marseille le 13 juin 1893 à l'âge de 68 ans[Nec 1],[1], vraisemblablement d'un cancer abdominal.

Mariages[modifier | modifier le code]

Marie Garcin en costume de scène vers 1880

Le journaliste Louviès parle[ADM 1] d'une « Madame Ismaël » chanteuse dès mai 1851 : c'est sans doute à tort. Ismaël s’est marié deux fois, une première fois avec Alceste-Anastasie-Hortense Cœuriot, pensionnaire comme lui du Grand-Théâtre de Lyon quand il y arrive à l'été 1851. Mais le couple ne se marie que le 24 janvier 1852 à La Guillotière, une commune aujourd’hui intégrée à Lyon[11]. Dès lors, Alceste apparaît sous le nom d'artiste d’Ismaël. Ils jouent ensemble sur scène au moins jusqu'en 1856[N 8],[AMe 2], mais le mariage est très malheureux dès 1854. Alceste — que l'on appelle souvent « Anaïs »[N 18] — demande donc et obtient la séparation de corps en 1860, aux torts d'Ismaël[N 19].

Des années plus tard, Jean-Vital demande en 1884 le divorce[N 20], qui est prononcé le 30 mars 1885. Le 18 avril suivant, il épouse Rose-Françoise-Marie Garcin, une jeune chanteuse, fille de commerçants marseillais, qui était son élève depuis au moins 1877. En 1886, Alceste et Marie se retrouvent sur la scène du théâtre du Capitole de Toulouse dans Faust (Alceste jouant Marthe et Marie dans le rôle de Marguerite), sous le même nom : Ismaël[Hey 1]. Il s’ensuit un procès, à l’issue duquel Alceste garde le droit d’utiliser le nom de scène d’Ismaël[Tps 3],[Tps 4],[12].

Selon Étienne Destranges[ThN 2], Marie Ismaël-Garcin avait été une chanteuse très prometteuse (elle avait eu en particulier un grand succès à Nantes comme Dinorah dans Le Pardon de Ploërmel de Meyerbeer) mais à la fin des années 1880, sa voix était déjà sur le déclin.

Ismaël n'a aucune descendance connue. Marie Garcin, qui ne s'est jamais remariée, a adopté une de ses filleules beaucoup plus tard, en 1925. Elle a vécu dans sa villa jusqu'à sa mort en 1946. Elle est inhumée avec son mari dans le caveau familial au cimetière Saint-Pierre de Marseille[N 21].

Vie sociale[modifier | modifier le code]

Photo dédicacée de Gounod jointe à la partition de Mireille (1864)

Parti de rien, Jean-Vital Jammes est parvenu à une importante notoriété[N 22] et une grande aisance matérielle par son travail et son talent.

Les quotidiens nationaux de l'époque (Le Figaro, Le Gaulois, Le Journal des débats, La Presse, Le Temps, etc.) parlent de lui plusieurs fois par mois entre 1860 et 1880[N 23]. Outre les évènements de sa carrière (pièces représentées, contrats avec les théâtres), ces journaux relaient nombre d'aspects de sa vie sociale et privée. Par exemple, ils se font l'écho de sa présence au mariage d'Alphonse Daudet[Fig 2], ou de sa participation avec ses élèves aux élections de la rosière d'Enghien[Fig 3],[Fig 4].

Ismaël vient régulièrement en aide à ses camarades artistes. Par exemple, il chante en 1873 au « bénéfice » de Fleury, du théâtre de Cluny[Tps 5] et organise celui de Virginie Déjazet en 1874[Gal 1], ou contribue financièrement à une collecte en faveur d'Adolphe Sax[Fig 5].

On apprend qu'il est un habitué des villégiatures à Cauterets[Fig 6],[Gal 2], Enghien[Pjl 1], ou Yport[Gal 3], et qu'il est « sportif », puisqu'il pratique l'escrime et est un bon joueur de bilboquet[Fig 7]. Homme vigoureux[Gal 4], il a la réputation d’avoir de bonnes réparties[Gal 5]. On a également des échos de sa vie amoureuse : il aurait eu un fils dans le courant des années 1860[Fig 8],[Fig 9], et certaines de ses aventures défrayaient la chronique des tribunaux[JDé 1],[JDé 2].

Dans un autre domaine, on dispose de quelques éléments de sa rémunération tout au long de sa carrière. Selon La Gironde [N 3], il débute en 1844 avec une rémunération de cent vingt francs par mois (1 440 francs par an[N 24]), somme déjà importante pour l'époque. Dans la tournée d'été de deux mois en 1872, L'Ombre rapporte 48 000 francs (180 000 €) à partager entre les quatre artistes[N 11].

En fin de carrière, Ismaël signe des contrats pluriannuels avec des forfaits de 20 000 francs (75 000 €) par an[Fig 7]. Son prestigieux poste de professeur au Conservatoire est en comparaison très mal payé : 1 200 francs par an[N 25]. Tout cela est à remettre dans le contexte économique et social de l'époque : inflation nulle, ni retraite, ni sécurité sociale[N 26] ni impôt sur le revenu, et niveau de vie général beaucoup plus bas que dans la France de 2010. Pour avoir une vision plus réaliste, il faut donc rapprocher ces sommes du traitement d’un instituteur - il varie de 600 à 900 francs (2 200 à 3 400 €) par an entre 1850 et 1875[13] -, et de la solde d’un colonel d’infanterie - de 5 000 à 8 000 francs (19 000 à 30 000 €) par an entre 1840 et 1880[14].

Il était d'usage à l'époque de faire des cadeaux aux artistes. Certains de ceux d'Ismaël ont été conservés, tels cette coupe en vermeil et cristal[IC 5] offerte par Lafeuillade et Tronchet[N 27], le 12 février 1858 pour la création de Charles dans Ernani, et ce service à hors-d'œuvres de huit pièces en argent[IC 6], offert en 1875 par le marquis de Rougé[N 28]. On notera aussi ce plat en porcelaine à son effigie[IC 7] offert et peint, dit-on, par une élève particulièrement admirative[JDé 1]. De même, les compositeurs dédicaçaient volontiers les partitions à leurs interprètes, tel Charles Gounod pour Mireille en mars 1864. Enfin, les artistes de l’époque s’échangent volontiers des photographies dédicacées. Ismaël en a reçu par exemple de ses camarades, Juliette Borghèse, Irène Lambert, Amélie Rey-Balla, le ténor Montaubry, mais aussi d’artistes avec qui il semble n’avoir jamais joué, comme Adelina Patti ou encore le peintre T. Mayan[IC 8]. D’autres photos dédicacées d’artistes non encore identifiés sont aussi parvenues jusqu’à nous[IC 9].

Il est enfin très probable qu’Ismaël, comme de nombreux musiciens, ait été franc-maçon. En effet, les « trois points » figurent sur sa signature de 1862. Il possédait par ailleurs une épée de loge, reproduite ci-dessous, mais surtout, il existe une photo donnée à Ismaël par un autre artiste, Forest, dont la dédicace est clairement maçonnique[N 29].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Une brève de Paul Ferry dans La Comédie, à propos de la basse Comte, indique qu’Ismaël avait entrepris l’enseignement du chant dès la fin des années 1860[Com 4]. Ensuite, à partir de sa nomination comme professeur au Conservatoire de Paris, Jean-Vital Jammes n'abandonna jamais l'enseignement de son art, qu'il pratiqua à Marseille plus tard, en cours particuliers. Parmi ses élèves, outre Marie Garcin (son épouse), on compte Mlle Larochelle (devenue Mme Gally-Larochelle), Mlle Alphonsine Richard (de l'Opéra)[Apb 1], Mlle Vergin et MM. Amphoux, Callamand, Couturier, Delvoye, Gaidan, Gally, Manoury[15] et Verguet.

Pour la classe d'Ismaël au Conservatoire, en 1874, à la séance du 25 juillet, MM. Couturier, Dieu, Gally, Manoury, Vergnet[Men 1] reçoivent une récompense. D'autre part, Le Gaulois parle de Mlle Bode en 1875 (hors Conservatoire)[Gal 6]. En juillet 1875, sur huit candidats (quatre hommes et quatre femmes) présentés aux examens du Conservatoire, quatre (Couturier, Gally, Queulain et Mlle Vergin) sont primés[Fig 10]. En 1876, c’est au tour de MM. Demasy, Fürst, Queulain, Mlles Baron, Puisais, Richard[Men 2].

D'après Adolphe Bitard[10], treize de ses quatorze élèves du Conservatoire avaient tenté de protester contre sa révocation début 1877. En juin 1877, à l'église Notre-Dame de Pontoise, six élèves ou anciens élèves d’Ismaël chantent une messe pour la Première communion de son fils : Mme P…, Mlle Garcin, MM. Comte, Eymard, Giraud et Gally[Fig 9]. A. de Saint Albin, dans Le Figaro, parle en 1879 de Mlle Lucie Bloch[Fig 11]. D'autre part, Jules Huret et Arnold Mortier[SoP 2] citent Max Bouvet de l'Opéra-Comique en 1882. En 1893, Marseille-artiste publie une biographie du baryton Herman Devriès[16], autre élève d'Ismaël. Enfin, Jules Martin cite également Francine Labanque, dite Mlle Decroza[Apb 2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Style vocal et esthétique[modifier | modifier le code]

Portrait de Jean-Vital Jammes jeune (huile sur toile endommagée, date inconnue)

On ne dispose pas d'enregistrements de la voix de Jammes (bien qu'il soit mort quelques années après l'invention de l'enregistrement sonore), ni de photographies sur scène. Sa première photo posée connue est le portrait d'Étienne Carjat ci-contre (début des années 1860)[N 30]. On peut toutefois se faire une idée de sa voix à partir des nombreux témoignages et critiques de ses contemporains, souvent très détaillés. Selon les multiples biographies et nécrologies parues dans les journaux français, il était à la fois un « comédien inspiré » - excellant dans les rôles de caractère - et un chanteur « à la voix puissante et agile », « un peu cuivrée ». Il travaillait énormément ses rôles, de façon à leur apporter une empreinte originale quand il s'agissait de reprises[Fig 12],[Nec 4],[Nec 7],[Nec 8],[Nec 9]. Selon Adolphe Bitard enfin[10], « [il] fit preuve, dès le début, de grandes qualités de chanteur et de comédien ; il avait une voix sympathique, joignant à un grand sentiment pathétique la mesure convenable de verve comique. »

Photo d'Ismaël en Rigoletto (Portrait d'Étienne Carjat, vers 1865)

Parmi les critiques plus développées, Jacques Ismardon note à propos de Bruxelles en 1861[MoB 2] :

« En effet, Ismaël était en proie au « trac » le plus épouvantable, en dépit de ses succès antérieurs – malgré ses qualités si rares, si variées et son extraordinaire souplesse ; qui firent de lui l’un des plus remarquables artistes de son époque, un chanteur capable de faire valoir, à un égal degré, les beautés du drame lyrique et les spirituelles finesses de l’opéra-comique. »

En 1863, Jules-Auguste écrit dans un article de La Comédie sur le Théâtre Lyrique[Com 5] :

« M. Ismaël est un baryton complet. Son talent consommé de musicien et de comédien se révèle dans chacun des personnages qu’il est chargé d‘interpréter ; sa voix mâle est énergique et parfaitement accentuée ; il sait la gouverner ; autrement dit, il chante avec âme, avec ampleur, avec méthode, et phrase merveilleusement. J’ajouterai que peu de chanteurs possèdent une prononciation si nette, si distinguée. Les paroles arrivent à l’oreille du public non seulement avec toutes les syllabes, mais aussi portant avec elles leur véritable sens affectif. Ismaël est le lien de notre troupe lyrique. Toutes ces qualités lui assurent une brillante position à Paris. M. Villefroy est la doublure d’Ismaël, mais une doublure bien légère. M. Villefroy est à Ismaël ce que la lune est au soleil, la nuit au jour. »

Enfin, plusieurs années plus tard, en 1876, Ch. de Senneville dira dans La Comédie[Com 6] :

« … un artiste de tempérament, possédant au même degré la conviction réelle et le sentiment dramatique. Chanteur et comédien consommé, diction chaude et pénétrante, son organe est sonore, métallique et nerveux. Le timbre de sa voix, pénètre doucement au fond de l’âme et réjouit intérieurement, on reconnaît en lui une éducation musicale très-sérieuse, servie par un talent réel, plein de force et d’énergie ; sa vocalisation qui rayonne sans efforts a parfois la suavité d’une chanteuse légère. … Je me souviens encore de sa remarquable création de Rigoletto … Quels applaudissements frénétiques ! quels vivats ! quel délire surtout, à ce quatrième acte de la folie, qui restera comme l’une des plus belles créations d’Ismaël. L’artiste sut donner à ce rôle écrasant un tel relief, une telle puissance qu’il, contrebalança, en quelque sorte, le triomphe du compositeur. Il y fut idéalement beau[N 31]. »

Au cours de sa longue carrière, Ismaël a créé de multiples opéras et opérettes. Son rôle le plus célèbre est cependant la reprise de Rigoletto. Le critique musical Adolphe Jullien en parle encore dans Le Journal des débats en 1921[JDé 3]. En 2014 encore, il arrive parfois qu'un conférencier érudit évoque les mânes d'Ismaël[17].

Carrière[modifier | modifier le code]

Caricature d'Ismaël dans Le Trombinoscope (1875)

Débuts[modifier | modifier le code]

Saint-Étienne (1845)[modifier | modifier le code]

Amiens (1846-1847)[modifier | modifier le code]

Orléans (1847)[modifier | modifier le code]

Grand-Théâtre de Bordeaux (1848-1850 / 1853-1854)[modifier | modifier le code]

Perpignan (1851)[modifier | modifier le code]

  • Michel dans Le Caïd d’Ambroise Thomas, février 1851[N 32],[ADM 5].

Béziers (1851)[modifier | modifier le code]

  • Concert, Signal d’orage de Henrion, Compositor Italiano de Clapisson, mai 1851[N 33],[ADM 1].

Succès en province[modifier | modifier le code]

Grand-Théâtre de Lyon (1851-1853 / 1860-1861)[modifier | modifier le code]

Grand-Théâtre de Marseille (1854-1860 / 1868-1869 / 1882)[modifier | modifier le code]

Caricature d'Ismaël en Macbeth (1865)

Ismaël chanta à Marseille pour la première fois en 1854. Le Grand-Théâtre (ou salle Beauveau) était alors sous la seconde direction Provini. Il y resta pendant six saisons consécutives dans les œuvres suivantes[N 37] :

Aix-en-Provence (1855-1856)[modifier | modifier le code]

  • Lucie de Lammermoor de Gaetano Donizetti, 13 novembre 1855 ;
  • Si j’étais roi d’Adolphe Adam, fin 1855-début 1856.

Sources : Fortuné[19], op. cit., sauf précision contraire.

Théâtre de la Monnaie, Bruxelles (1861-1862)[modifier | modifier le code]

  • Le Trouvère de Giuseppe Verdi ;
  • Le Barbier de Séville de Gioacchino Rossini ;
  • Guillaume Tell de Gioacchino Rossini ;
  • Faust de Charles Gounod ;
  • Maître Claude de Jules Cohen, mai 1862[N 41],[Men 5].

Sources : Ismardon, op. cit.[MoB 3], sauf précision contraire.

Théâtre des Arts de Rouen (1862-1863)[modifier | modifier le code]

Caricature d'Ismaël en Guillaume Tell par Émile Durandeau (date inconnue)

Sources : Le Journal de Rouen, juin 1893[Nec 10], sauf précision contraire.

Grand-Théâtre du Havre (1862 / 1866)[modifier | modifier le code]

  • Les Dragons de Villars de Louis-Aimé Maillart, 9 octobre 1862 ;
  • premier acte du Barbier de Séville de Gioacchino Rossini suivi du Maître de chapelle de Ferdinando Paër, 9 octobre 1862 ;
  • Rigoletto de Giuseppe Verdi, 19 juillet 1866 ;
  • Guillaume Tell de Gioacchino Rossini, 23 juillet 1866.

Sources : Le Courrier du Havre, juin 1893, sauf précision contraire

Théâtre-Lyrique (1863-1867)[modifier | modifier le code]

Sources : Casaglia[7], op. cit., sauf précision contraire.

Opéra-Comique (1871-1876)[modifier | modifier le code]

Huile sur bois satirique de Dauphin dédicacée à Ismaël. Dans le poulailler « Opéra-Comique », le coq Ismaël chante Midi, Minuit de L'Ombre, v. 1871-1876.

Sources : Casaglia[7], op. cit., sauf précision contraire.

Théâtre de la Renaissance (1877-1880)[modifier | modifier le code]

Sources : Casaglia[7], op. cit., sauf précision contraire.

Fin de carrière et villes d'eaux[modifier | modifier le code]

Théâtre du Casino de Monte-Carlo (1879)[modifier | modifier le code]

  • Gaston dans Le Chevalier Gaston de Robert Planquette, théâtre du Casino, Monte-Carlo, 8 février 1879 - Création ;
  • Le Maître de chapelle de Ferdinando Paër, 18 février 1879 ;
  • L’Ombre de Friedrich von Flotow, 22 février 1879 ;
  • Les Noces de Jeannette de Victor Massé, 1er mars 1879.

Sources : Casaglia[7], op. cit., sauf précision contraire.

Cauterets (1882 / 1886)[modifier | modifier le code]

  • Pompéry dans Le Voyage en Chine de François Bazin, août 1882[Hey 2] ;
  • Concert de charité, Le rat de ville et le rat des champs, Grand hôtel d'Angleterre, 27 juillet 1886[IC 4].

Grand Casino d’Aix les Bains (1884)[modifier | modifier le code]

  • L’Ombre de Friedrich von Flotow, Grand Casino, Villa des Fleurs, janvier 1884[EuA 2].

Documents et iconographie[modifier | modifier le code]

Il existe très peu de textes connus de Jean-Vital Jammes. Le plus important est la justification de 16 pages qu'il a publiée en mars 1877 après son éviction du Conservatoire[IC 2].
Parmi les textes brefs, on dénombre en août 2012 :

  • un petit échange de courriers de 1862 avec un certain Adolphe (sans doute avocat ou notaire)[IC 10]. La signature illustrant l'article provient de ce courrier,
  • sa lettre au Figaro de 1880[N 14],
  • une carte de visite manuscrite adressée à Arnold Mortier et conservée à la BNF[22],
  • son très bref testament olographe, conservé aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône[23] dans lequel il institue son épouse Marie Garcin légataire universelle.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Plusieurs sources, dont Vapereau 1870, p. 943, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 6 janvier 2013)], disponible sur Google Books, donnent les prénoms Jean-Vital-Ismaël.
  2. Selon Vapereau 1870, p. 943, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 6 janvier 2013)], disponible sur Google Books, ses parents étaient Juifs : « de parents Israélites », et il donne la date de naissance de 1827.
  3. a et b Selon « Causerie bordelaise », La Gironde, 18 juin 1893, visible sur Wikimedia Commons, il aurait débuté à Namur, « ... où il remplit à la fois l'emploi des troisièmes rôles, des barytons et des basses, le tout aux appointements de cent vingt francs par mois. »
  4. Position déjà relativement importante puisqu'il apparaît en second sur le tableau de troupe qui comporte 8 solistes hommes, 7 solistes femmes, 4 choristes et 30 musiciens.
  5. a et b Avec Marietta Alboni dans le rôle d’Odette.
  6. a, b, c et d Louis Gueymard était venu en représentation et jouait dans ces œuvres.
  7. Couronne d’or dédicacée : « Pour la 2e année de M. Ismaël, l’administration toujours juste. »
  8. a et b L’agence A. Lacroix et Belliard a engagé Ismaël et Alceste en représentation à Constantine en mai 1856.
  9. a et b « Ismaël avait à effacer d'excellents souvenirs (de Meillet et Sainte-Foy), et c'est double mérite à lui d'avoir réussi dans le rôle de Sganarelle. Il y est bon comédien... ». Gustave Bertrand, « Semaine théâtrale », Le Ménestrel, vol. 33e année, no 44,‎ 30 septembre 1866, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  10. Guerre déclarée le 19 juillet 1870, après plusieurs jours de crise.
  11. a, b et c Tournée d’été 1872 d’Ismaël (accompagné de Mme Galli-Marié, M. Lhérie, Mme Priola), avec l’Ombre. Selon le Journal de Lyon, reprenant le Sémaphore de Marseille, ils jouent le 1er juillet à Orléans, puis s’arrêtent au moins à : Agen, Angers, Angoulême, Avignon, Béziers, Bordeaux, Blois, Carcassonne, Cette (Sète), Dijon, Grenoble, Le Havre, Marseille (22 juillet), Montauban, Montpellier, Nantes, Nîmes, Rochefort, Poitiers, Saint Étienne, Tours, Toulouse, et sans doute Lyon. Recette de la tournée : 108 000 francs, dont 48 000 à partager entre les quatre artistes.
  12. Commentaire du docteur dans une publication scientifique, (Milliet 1854, p. 46, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 11 janvier 2013)], disponible sur Gallica) :

    « Vingt-unième observation. - M. Ismaël, baryton du Grand-Théâtre de Lyon, contracte une bronchite qui lui enlève complètement la voix. Le premier bain lui rendit tout le registre de basse, le deuxième les hautes notes, mais sans pouvoir recouvrer une seule note du médium. Le troisième bain lui rendit sa voix au complet. Deux jours après, il reparaissait sur scène. Ce malade appartenait à la clientèle du docteur Floret. »

  13. Il signera son testament : « Jean Vital Jammes dit Ismaël, ancien professeur au Conservatoire de Paris ».
  14. a et b Transcription littérale du courrier adressé à Jules Prével, Jules Prével, « Courrier des théâtres », Le Figaro, vol. 26e année, no 283,‎ 9 octobre 1880 (lire en ligne), disponible sur Gallica :

    « Marseille, 5 octobre 1880
    Mon cher Prével,
    Depuis le mois d’avril, on est venu maintes fois me proposer officiellement, et sans que je les eusse sollicitées, une classe de chant et celle de déclamation lyrique au Conservatoire de Marseille, avec le titre de Directeur général du chant audit Conservatoire.
    Les conditions que j’avais imposées n’ont pas été acceptées … probablement, dirait Calino. C’est ce qui fait que je me contente de mon petit cours, à moi, qui suffit largement à mon amour-propre de professeur.
    Merci, mon cher ami, pour la place que vous voudrez bien accorder à ma lettre dans vos colonnes.
    Un bon souvenir de reconnaissance au Figaro, et à vous une longue poignée de mains de votre
    ISMAËL
    Villa-Ismaël (Roucas Blanc). »

  15. Visible aux Archives nationales (cote AJ 37/70-2), il montre un échange de lettres entre la mairie de Marseille et les services du ministère. Les réponses du ministère semblent dissuader la mairie.
  16. Cette villa existe toujours en 2012, dans le quartier du Roucas-Blanc, sur la traverse Ismaël (nommée en son honneur). Un escalier public, l'escalier du Prophète, mène de la traverse à la plage du Prophète. Dans son article « Les plages de Marseille, des Catalans jusqu'à la Pointe-Rouge », le journal La Provence du 25 juillet 2004 évoque une légende locale selon laquelle l'escalier et la plage doivent leur nom à l'opéra Le Prophète (opéra) de Meyerbeer, qu’Ismaël aurait souvent répété sur cette plage.
  17. La Tzigane adapte sur un livret français original les musiques de Die Fledermaus et Cagliostro in Wien.
  18. D'après les documents juridiques disponibles (séparation de corps et divorce)
  19. D’après les termes de la demande de séparation de corps formulée par Alceste auprès du Tribunal d’Instance de Marseille le 23 mai 1860 (conservée aux Archives départementales des Bouches du Rhône, cote 409 U 212), Ismaël la bat depuis au moins 1854, et la contraint à s’engager où il le veut et aux conditions qu’il stipule. Ces faits étant juridiquement établis, la séparation de corps est prononcée par le même tribunal le 21 août 1860, aux torts d’Ismaël (jugement conservé aux Archives départementales des Bouches du Rhône).
  20. Le divorce n'est redevenu légal en France qu'en 1884. Le jugement de divorce proprement dit, rendu par le Tribunal d'Instance de Marseille, est conservé aux Archives départementales des Bouches du Rhône.
  21. Carré 17 Est - 4e rang, no 28 - Concession no 3479.
  22. On peut se faire une idée de cette notoriété par exemple par sa nécrologie dans le New York Times, alors qu’il n’est jamais allé aux États-Unis. De même, Le Courrier du Havre, juin 1893, visible sur Wikimedia Commons, raconte avec force détails les quelques soirées qu'Ismaël a passées au Havre trente ans plus tôt.
  23. Chacun de ces journaux est aujourd'hui disponible sur Gallica et interrogeable en mode texte. Par un hasard favorable à la recherche, « Ismaël » est un vocable très peu courant. Des interrogations sur ce mot-clé permettent donc facilement de se rendre compte de la fréquence de citation de l'artiste. La section « notes et références » ne reprend d'ailleurs que les plus significatives parmi ces citations souvent redondantes.
  24. 1 franc-or de l'époque vaut environ 3,75 € de 2012, en ne tenant compte que de l’inflation selon « France-inflation, Calculateur d’inflation » (consulté le 11 janvier 2013), mais les niveaux de vie sont très différents.
  25. Selon son arrêté ministériel de nomination, Archives nationales, cote AJ 37/70-2.
  26. Sauf dans des cas très particuliers, comme dans le domaine artistique, la retraite des sociétaires de la Comédie-Française, organisée par le « décret de Moscou » ou les retraites et secours versés par des mutuelles organisées à partir d'initiatives privées, comme l'Association des artistes dramatiques.
  27. Les deux directeurs du Grand-Théâtre de Marseille (5 septembre 1855-30 avril 1858).
  28. Il s'agit sans doute d'Henri-Marie Bonabes Victurnien de Rougé (1842-1914). Voir la liste des seigneurs de Rougé.
  29. Il s’agit évidemment de sources « primaires », mais dans ce domaine, les sources « secondaires » ou « tertiaires » sont peu courantes. En outre, la dédicace de la photo emploie une formule peu sujette à interprétation.
  30. La technique de prise de vues se répand à partir de 1855, mais les photos restent posées et très statiques : ceci exclut les photographies au cours d'une représentation.
  31. L'orthographe d'origine est scrupuleusement respectée.
  32. Le Caïd, [lire en ligne (page consultée le 10 janvier 2013)], opéra bouffe en deux actes d’Ambroise Thomas, livret de Thomas Sauvage, disponible sur You scribe.
  33. Concert donné pendant la fermeture du théâtre de Béziers.
  34. Il joue en compagnie d’Alceste Cœuriot.
  35. Avec son épouse Alceste Cœuriot.
  36. La participation d'Ismaël à cette représentation est douteuse malgré la référence, cette œuvre ne comportant pas de rôle pour baryton.
  37. Les dates correspondent à la première représentation de l'œuvre par Ismaël au Grand-Théâtre de Marseille.
  38. Alceste Cœuriot jouait Nathalie.
  39. Léonore de Médicis, opéra en 4 actes et 5 tableaux de Salvatore Agnelli.
  40. Le Jugement de Dieu, [lire en ligne (page consultée le 10 janvier 2013)], opéra en 4 actes d’Auguste Morel, livret d’Adolphe Carcassonne, E. Gérard et Cie, Paris, disponible sur University of Toronto, Robarts Library.
  41. Maître Claude, [lire en ligne (page consultée le 10 janvier 2013)], opéra-comique en un acte de Jules Cohen, livret de de Saint-Georges et de Leuven, Gambogi frères, Paris, disponible sur You Scribe.
  42. Adaptation française très libre de l’opéra de Balfe.
  43. Soirée d'adieux d'Ismaël au public rouennais.
  44. Célestine Galli-Marié était aussi dans la distribution.
  45. Casaglia, op. cit., place par erreur cette première salle Ventadour au Théâtre-Italien.
  46. La salle Beethoven est située passage de l’Opéra, à Paris.
  47. Avec Mlle Reine.
  48. Gille et Gillotin, [lire en ligne (page consultée le 10 janvier 2013)], opéra-comique en un acte d’Ambroise Thomas, livret de T. Sauvage, disponible sur You scribe, distribution à la création : Roquentin : M. Thierry ; Rosaure : Mlle Reine ; Brisacier : M. Neveu ; Gille : Ismaël ; Gillotin : Mlle Ducasse ; Jacquette : Mlle Nadaud.
  49. L'Amour africain, [lire en ligne (page consultée le 10 janvier 2013)], opéra-comique en deux actes d'Émile Paladilhe, livret d'Ernest Legouvé, disponible sur You Scribe. Distribution de la première : Margarita et Moïana : Mme Dalti ; la comtesse : Mme Ducasse ; Paul et Nouman : M. Nicot ; Raymond et Zeïn : M. Melchissédec ; le comte et Mustapha : M. Ismaël.
  50. Le voyage en Chine, [lire en ligne (page consultée le 10 janvier 2013)], opéra-comique en trois actes de François Emmanuel Joseph Bazin, livret d'Eugène Labiche, disponible sur University of Toronto, Robarts Library.

Iconographie Wikimedia Commons[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

Presse quotidienne nationale[modifier | modifier le code]

Le Figaro[modifier | modifier le code]
  1. Jules Prével, « Courrier des théâtres », Le Figaro, vol. 25e année, no 88,‎ 29 mars 1879, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. Georges Maillard, « Hier, aujourd’hui, demain », Le Figaro, vol. 14e année, no 77,‎ 31 janvier 1867, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. Jules Prével, « Courrier des théâtres », Le Figaro, vol. 21e année, no 177,‎ 26 juin 1874, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  4. Gaston « Intérim », « Informations », Le Figaro, vol. 22e année, no 176,‎ 26 juin 1875, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  5. Alfred Aunay (d’), « Adolphe Sax », Le Figaro, vol. 21e année, no 201,‎ 4 août 1874, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  6. Jules Prével, « Courrier des théâtres », Le Figaro, vol. 23e année, no 194,‎ 13 juillet 1877, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  7. a et b Jules Prével, « Théâtre de l’Opéra-comique, Les artistes, Ismaël », Le Figaro, vol. 22e année, no 17,‎ 17 janvier 1875, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  8. X… et Cie, « De huit heures à minuit, Le théâtre », Le Figaro, vol. 19e année, no 339,‎ 4 décembre 1872, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  9. a et b Jean Paris (de), « Nouvelles diverses », Le Figaro, vol. 23e année, no 173,‎ 22 juin 1877, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  10. Jules Prével, « Courrier des théâtres », Le Figaro, vol. 22e année, no 209,‎ 29 juillet 1875, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  11. A. Saint-Albin (de), « 4e concert de Monte-Carlo », Le Figaro, vol. 25e année, no 46,‎ 15 février 1879, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  12. Georges Boyer, « Courrier des théâtres », Le Figaro, vol. 39e année, no 166,‎ 15 juin 1893, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
Le Gaulois[modifier | modifier le code]
  1. « Bénéfice de Déjazet », Le Gaulois, vol. 7e année, no 2163,‎ 16 septembre 1874, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. Bravo, « La Soirée parisienne : « Les Buveuses d’eau » », Le Gaulois, vol. 3e année, no 679,‎ 23 juillet 1881, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. Albert Wolff, « Gazette d’Étretat », Le Gaulois, vol. 7e année, no 2110,‎ 25 juillet 1874, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  4. Un domino, « Échos de Paris », Le Gaulois, vol. 7e année, no 2220,‎ 22 novembre 1874, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  5. Y, Z et Cie, « Portraits à la plume : M. de Saint-Georges », Le Gaulois, vol. 7e année, no 2228,‎ 20 novembre 1874 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  6. François Oswald, « Bruits de coulisses », Le Gaulois, vol. 8e année, no 2313,‎ 14 février 1875, p. 5 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
Le Journal des débats[modifier | modifier le code]
  1. a et b « Bulletin judiciaire : M. et Mme J. Pascalet, séparation », Le Journal des débats,‎ 24 juin 1884, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. « Bulletin judiciaire : Le procès en séparation de corps de M. et Mme Pascalet », Le Journal des débats,‎ 28 juin 1884, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. Adolphe Jullien, « Revue musicale », Le Journal des débats, vol. 133e année, no 120,‎ 1er mai 1921, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
Le Petit Journal[modifier | modifier le code]
  1. « Paris », Le Petit journal, no 546,‎ 30 juillet 1864, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. Timothée Trimm, « La légende de Cardillac », Le Petit Journal, no 1769,‎ 6 décembre 1867, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
Le Temps[modifier | modifier le code]
  1. « Nouvelles des départements », Le Temps, vol. 10e année, no 3418,‎ 17 octobre 1870, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. « Faits divers », Le Temps, vol. 11e année, no 3864,‎ 8 novembre 1871, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. « Spectacles et concerts », Le Temps, vol. 26e année, no 9134,‎ 5 mai 1886, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  4. « Tribunaux, Les Ismaël », Le Temps, vol. 26e année, no 9155,‎ 26 mai 1886, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  5. « Spectacles et concerts », Le Temps, vol. 13e année, no 4282,‎ 2-3 janvier 1873, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.

Presse régionale[modifier | modifier le code]

Journal de Lyon[modifier | modifier le code]
  1. « Chronique », Le Journal de Lyon,‎ 8 juillet 1872, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.

Presse spécialisée[modifier | modifier le code]

L'Agent dramatique du midi[modifier | modifier le code]
  1. a et b Louviès, « Correspondance théâtrale, Béziers, 5 mai », L’Agent dramatique du Midi, vol. 12e année, no 19,‎ 11 mai 1851, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. « Revue des théâtres, Bordeaux », L’Agent dramatique du Midi, vol. 9e année, no 42,‎ 20 octobre 1848, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. Robert, « Correspondance théâtrale, Bordeaux, 19 novembre, Grand Théâtre », L’Agent dramatique du Midi, vol. 9e année, no 47,‎ 24 novembre 1848, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  4. « Revue des théâtres, Bordeaux », L’Agent dramatique du Midi, vol. 9e année, no 52,‎ 30 décembre 1848, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  5. Saignes, « Correspondance théâtrale, Perpignan, 12 février », L’Agent dramatique du Midi, vol. 12e année, no 8,‎ 22 février 1851, p. 2, disponible sur Gallica.
L'Argus et le Vert-vert réunis[modifier | modifier le code]
  1. a, b, c et d Francis Linossier, « Grand-Théâtre », L’Argus et le Vert-vert réunis, vol. 5e année,‎ 17 avril 1853, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. « Caquetage du Vert-vert », L’Argus et le Vert-vert réunis, vol. 5e année,‎ 23 janvier 1853, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. « Grand-Théâtre », L’Argus et le Vert-vert réunis, vol. 5e année,‎ 16 janvier 1853, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  4. Francis Linossier, « Grand-Théâtre », L’Argus et le Vert-vert réunis, vol. 5e année,‎ 6 mars 1853, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  5. Ernest Dupuis, « Critique dramatique, Grand-Théâtre », L’Argus et le Vert-vert réunis, vol. 13e année, no 643,‎ 9 septembre 1860, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  6. Ernest de C…, « Critique dramatique, Grand-Théâtre », L’Argus et le Vert-vert réunis, vol. 13e année, no 643,‎ 23 septembre 1860, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
L'Artiste méridional[modifier | modifier le code]
  1. Auguste Lacroix, « Grand Théâtre », L’Artiste méridional, no 65,‎ 14 septembre 1856, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. a et b « Engagements faits par l’intermédiaire de l’Agence A. Lacroix et Belliard », L’Artiste méridional, no 49,‎ 25 mai 1856, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. Marius N…, « Grand Théâtre », L’Artiste méridional, no 49,‎ 25 mai 1856, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  4. L. Martiny, « Grand Théâtre, Revue de la semaine », L’Artiste méridional, no 46,‎ 4 mai 1856, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  5. a et b E. Arnaud, « Grand Théâtre », L’Artiste méridional, no 68,‎ 5 octobre 1856, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  6. Belliard, « Grand Théâtre », L’Artiste méridional, no 74,‎ 1-2 novembre 1856, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  7. Belliard, « Grand Théâtre », L’Artiste méridional, no 73,‎ 9 novembre 1856, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  8. Belliard, « Grand Théâtre », L’Artiste méridional, no 75,‎ 23 novembre 1856, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  9. Belliard, « Grand Théâtre », L’Artiste méridional, no 76,‎ 30 novembre 1856, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
La Comédie[modifier | modifier le code]
  1. Paul Ferry, « Revue », La Comédie, vol. 8e année, no 385,‎ 5 juin 1870, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. Paul Ferry, « Théâtres de Paris, Opéra-comique », La Comédie, vol. 9e année, no 1,‎ 1er octobre 1871, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. A. Eff (d’), « Petite correspondance », La Comédie, vol. 14e année, no 12,‎ 1er avril 1876, p. 7 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  4. Paul Ferry, « Directions, engagements », La Comédie, vol. 8e année, no 390,‎ 10 juillet 1870, p. 5 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  5. « Mémento », La Comédie, no 8,‎ 10 mai 1863, p. 5 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  6. Ch. Senneville (de), « Camées artistiques : Ismaël », La Comédie, vol. 14e année, no 48,‎ 1876, p. 1-2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
L'Entracte lyonnais[modifier | modifier le code]
  1. a et b F. Boily, « Revue des théâtres, Grand Théâtre », L’Entracte lyonnais, vol. 26e année, no 1 230,‎ 3 novembre 1861, p. 1 (lire en ligne), disponible à la Bibliothèque municipale de Lyon.
  2. a et b Maxime, « Revue des Théâtres, Grand Théâtre », L’Entracte lyonnais, vol. 25e année, no 1 183,‎ 25 septembre 1860, p. 1 (lire en ligne), disponible à la Bibliothèque municipale de Lyon.
  3. Ch. Maury, « Revue des Théâtres, Grand Théâtre », L’Entracte lyonnais, vol. 26e année, no 1 204,‎ 17 février 1861, p. 1-2 (lire en ligne), disponible à la Bibliothèque municipale de Lyon.
  4. Ch. Maury, « Revue des Théâtres, Grand Théâtre », L’Entracte lyonnais, vol. 26e année, no 1 208,‎ 17 mars 1861, p. 1 (lire en ligne), disponible à la Bibliothèque municipale de Lyon.
L'Europe artiste[modifier | modifier le code]
  1. Paul Dumoulin, « Chronique des théâtres de la province et de l’étranger, Marseille, Grand Théâtre », L’Europe artiste, vol. 19e année,‎ 16 juillet 1871, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. Monmé, « Province, Aix les Bains, Grand Casino, Villa des Fleurs », L’Europe artiste, vol. 32e année, no 1,‎ 6 janvier 1884, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
L'Éventail, écho des coulisses[modifier | modifier le code]
  1. « Nouvelles des théâtres, Départements, Nîmes », L’Éventail, no 16,‎ 31 mai 1850, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. a et b Francis Linossier, « Nouvelles des théâtres, Lyon », L’Éventail, no 76,‎ 17 août 1851, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. a et b « Semaine dramatique, Grand Théâtre », L’Éventail, no 10,‎ 12 avril 1850, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  4. « Annonce de spectacle, Grand Théâtre », L’Éventail, no 8,‎ 24 mars 1850, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  5. « Semaine dramatique, Grand Théâtre », L’Éventail, no 6,‎ 10 mars 1850, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  6. « Semaine dramatique, Grand Théâtre », L’Éventail, no 14,‎ 18 mai 1850, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  7. « Semaine dramatique, Grand Théâtre », L’Éventail, no 2,‎ 13 janvier 1850, p. 1 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  8. « Annonce de spectacle, Grand Théâtre », L’Éventail, no 3,‎ 30 janvier 1850, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  9. « Annonce de spectacle, Grand Théâtre », L’Éventail, no 7,‎ 17 mars 1850, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  10. « Annonce de spectacle, Grand Théâtre », L’Éventail, no 9,‎ 7 avril 1850, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  11. A. R., « Semaine dramatique, Grand Théâtre », L’Éventail, no 12,‎ 30 avril 1850, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  12. « Annonce de spectacle, Grand Théâtre », L’Éventail, no 165,‎ 10 juillet 1853, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  13. Charles Poinsot, « Semaine dramatique, Grand Théâtre », L’Éventail, no 166,‎ 17 juillet 1853, p. 1-2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  14. « Nouvelles des théâtres, Lyon », L’Éventail, no 86,‎ 1er novembre 1851, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
La France musicale[modifier | modifier le code]
  1. Marie Escudier, « Actualités », La France musicale, vol. 32e année, no 2,‎ 12 janvier 1868, p. 14 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. a et b Auguste Baussenque, « Correspondance de la France Musicale, Marseille, 26 janvier 1868 », La France musicale, vol. 32e année, no 5,‎ 2 février 1868, p. 33 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. Auguste Baussenque, « Correspondance de Marseille, débuts, Marseille, 3 novembre », La France musicale, vol. 32e année, no 46,‎ 15 novembre 1868, p. 360 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
La France théâtrale[modifier | modifier le code]
  1. E. M., « Théâtres des départements, Amiens », La France théâtrale, no 69,‎ septembre 1846, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. S., « Théâtres des départements, Amiens », La France théâtrale, no 77,‎ 1er octobre 1846, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. L. H., « Théâtres des départements, Amiens », La France théâtrale, no 89,‎ 12 novembre 1846, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
Gazette anecdotique, littéraire, artistique et bibliographique[modifier | modifier le code]
  1. Armand Silvestre, « Deux femmes pour un mari », Gazette anecdotique, vol. 11e année, tome 1, no 9,‎ 15 mai 1886, p. 213 (lire en ligne)disponible sur University of Toronto, Robarts Library.
  2. Georges Heylli (d’), « La quinzaine : la chronique en voyage », Gazette anecdotique, vol. 7e année, tome 2, no 3,‎ 15 août 1882, p. 66 (lire en ligne)disponible sur University of Toronto, Robarts Library.
Journal des théâtres[modifier | modifier le code]
  1. Alphonse Richez, « Tableaux de troupes, Namur », Journal des théâtres,‎ 23 novembre 1844, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. Alphonse Richez, « Tableaux de troupes, Saint-Étienne », Journal des théâtres,‎ 8 juillet 1845, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. Giampiétri, « Tableaux de troupes, Orléans », Journal des théâtres,‎ 12 mai 1847, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  4. Giampiétri, « Théâtres de la province, Orléans », Journal des théâtres,‎ 15 mai 1847, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  5. L***, « Théâtres de la province, Saint-Étienne, 21 septembre », Journal des théâtres, no 256,‎ 4 octobre 1845, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  6. C****, « Théâtres de la province, Saint-Étienne, 21 novembre », Journal des théâtres, no 272,‎ 3 décembre 1845, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  7. S***, « Théâtres de la province, Orléans, 10 juin », Journal des théâtres, no 427,‎ 23 juin 1847, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  8. S***, « Théâtres des départements, Orléans, 26 juin », Journal des théâtres, no 430,‎ 3 juillet 1847, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  9. « Mémento des directeurs, Tablettes départementales, Orléans », Journal des théâtres, no 427,‎ 23 juin 1847, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  10. S***, « Théâtres des départements, Orléans, 21 novembre », Journal des théâtres, no 470,‎ 27 novembre 1847, p. 2 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
Le Ménestrel[modifier | modifier le code]
  1. Arthur Pougin, « Conservatoire national de musique et de déclamation, année scolaire 1874, distribution des prix, Déclamation lyrique, Opéra », Le Ménestrel, no 36,‎ 9 août 1874, p. 7 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. H. Moreno, « Conservatoire national de musique et de déclamation, distribution des prix, année scolaire 1875-1876, Déclamation lyrique, Opéra », Le Ménestrel, no 36,‎ 6 août 1876, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. J.L. Heugel et J. Lovy, « Nouvelles diverses », Le Ménestrel, no 43,‎ 23 septembre 1855, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  4. J.L. Heugel et J. Lovy, « Nouvelles diverses », Le Ménestrel, no 16,‎ 18 mars 1860, p. 6 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  5. Ch. Plessy (du), « Nouvelles diverses », Le Ménestrel, no 25,‎ 18 mai 1862, p. 6 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
Revue et gazette musicale de Paris[modifier | modifier le code]
  1. Ernest Deschamps, « Chronique départementale, Lyon, 15 avril », Revue et gazette musicale de Paris, vol. 19e année, no 16,‎ 18 avril 1852, p. 126 (lire en ligne), disponible sur Boston public library.
  2. Ernest Deschamps, « Chronique départementale, Lyon, 14 octobre », Revue et gazette musicale de Paris, vol. 19e année, no 44,‎ 31 octobre 1852, p. 370 (lire en ligne), disponible sur Boston public library.
  3. Maurice Cristal, « Auditions et concerts », Revue et gazette musicale de Paris, vol. 32e année, no 45,‎ 9 avril 1865, p. 116 (lire en ligne), disponible sur Boston public library.
Le Rideau[modifier | modifier le code]
  1. J. Chilon, « Grand-Théâtre », Le Rideau,‎ 6 mars 1869, p. 3 (lire en ligne), disponible sur Gallica
  2. J. Chilon, « Grand-Théâtre », Le Rideau,‎ 13 mars 1869, p. 4-5 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. Marius Costa, « Grand-Théâtre », Le Rideau,‎ 10 avril 1869, p. 4-5 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  4. Marius Costa, « Grand-Théâtre », Le Rideau,‎ 24 avril 1869, p. 4 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  5. Marius Costa, « Grand-Théâtre », Le Rideau,‎ 1er mai 1869, p. 5 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
Les Soirées parisiennes[modifier | modifier le code]
  1. a et b Arnold Mortier, « Piccolino », Les Soirées parisiennes,‎ 11 avril 1876, p. 156-159 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. Arnold Mortier, « Fanfan la Tulipe », Les Soirées parisiennes,‎ 21 octobre 1882, p. 377 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. Arnold Mortier, « L’Amour africain », Les Soirées parisiennes,‎ 8 mai 1875, p. 162-163 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
La Tribune dramatique[modifier | modifier le code]
  1. S. P., « Théâtre des départements », La Tribune dramatique,‎ septembre 1846, p. 44 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. J. P., « Théâtre des départements », La Tribune dramatique,‎ septembre 1846, p. 88 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  3. J. P., « Théâtre des départements », La Tribune dramatique,‎ octobre 1846, p. 122 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  4. J. P., « Théâtre des départements », La Tribune dramatique,‎ janvier 1847, p. 289 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  5. J. P., « Théâtre des départements », La Tribune dramatique,‎ novembre 1846, p. 155 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
La Vedette[modifier | modifier le code]
  1. « Cercle artistique », La Vedette,‎ 1877, p. 214 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  2. « Auditions musicales, Après-midi musicale donnée dimanche chez M. Callamand », La Vedette,‎ 22 avril 1893, p. 250 (lire en ligne), disponible sur Gallica.

Nécrologies[modifier | modifier le code]

Ouvrages spécialisés[modifier | modifier le code]

Dictionnaire des opéras[modifier | modifier le code]
Histoire de l’Opéra-Comique : La Seconde Salle Favart (1860-1887)[modifier | modifier le code]
  1. a et b Soubies et Malherbe 1893, p. 174, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)]disponible sur Open library.
  2. Soubies et Malherbe 1893, p. 239, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], disponible sur Open library.
  3. Soubies et Malherbe 1893, p. 181, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], disponible sur Open library.
  4. Soubies et Malherbe 1893, p. 186, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 8 janvier 2013)], disponible sur Open library.
  5. Soubies et Malherbe 1893, p. 188, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], disponible sur Open library.
  6. Soubies et Malherbe 1893, p. 192-193, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], disponible sur Open library.
  7. Soubies et Malherbe 1893, p. 195-196, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], disponible sur Open library.
  8. Soubies et Malherbe 1893, p. 206, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], disponible sur Open library.
  9. Soubies et Malherbe 1893, p. 210, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], disponible sur Open library.
  10. Soubies et Malherbe 1893, p. 224, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], disponible sur Open library.
  11. Soubies et Malherbe 1893, p. 226, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], disponible sur Open library.
  12. Soubies et Malherbe 1893, p. 231, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], disponible sur Open library.
Histoire du Grand-Théâtre de Marseille (31 octobre 1787-13 novembre 1919)[modifier | modifier le code]
  1. a et b Combarnous 1980, p. 83, op. cit..
  2. Combarnous 1980, p. 87, op. cit..
  3. Combarnous 1980, p. 94, op. cit..
  4. a et b Combarnous 1980, p. 113, op. cit..
  5. Combarnous 1980, p. 114, op. cit..
Nos artistes, portraits et biographies[modifier | modifier le code]
  1. Martin 1895, p. 318, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 3 janvier 2013)], disponible sur Open Library.
  2. Martin 1895, p. 83, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 3 janvier 2013)], disponible sur Open Library.
Le Théâtre à Nantes, depuis ses origines jusqu'à nos jours[modifier | modifier le code]
  1. Destrange 1893, p. 264, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 3 janvier 2013)], disponible sur Gallica.
  2. Destrange 1893, p. 423, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 3 janvier 2013)], disponible sur Gallica.
Le Théâtre de la Monnaie, depuis sa fondation jusqu'à nos jours[modifier | modifier le code]
  1. Ismardon 1890, p. 452-453, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 3 janvier 2013)], disponible sur Gallica.
  2. Ismardon 1890, p. 454, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 3 janvier 2013)], disponible sur Gallica.
  3. Ismardon 1890, p. 454, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 3 janvier 2013)], disponible sur Gallica.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Pierre 1900, p. 447, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 6 janvier 2013)], disponible (partiellement) sur Google books.
  2. a et b Vapereau 1870, p. 943, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 6 janvier 2013)], disponible sur Google Books.
  3. Palianti et al. 1852, p. 118, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], disponible sur Gallica.
  4. Kutsch et Riemens 2003, p. 2 202, op. cit..
  5. Walsh 1981, p. 317-318, op. cit..
  6. Walsh 1981, p. 317-319, op. cit..
  7. a, b, c, d, e et f Casaglia 2005, p. « Ismaël », op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)].
  8. Heylli (d’) 1887, p. 205, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], disponible sur Gallica.
  9. Emplacement de la villa de Jean-Vital Jammes à Marseille, au nord-est du repère rouge Google Maps [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], sur Google Maps.
  10. a, b et c Bitard 1887, p. 161, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], disponible sur Gallica.
  11. Registre des mariages de la commune de La Guillotière, Archives municipales de Lyon, 1852, p. 18.
  12. Hippolyte-Ferréol Rivière, « Acteurs : Propriété des noms et pseudonymes », Pandectes françaises, vol. 2,‎ 1887, p. 6-7 (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  13. Traitement des instituteurs (1850-1875)
  14. [PDF] Solde d’un colonel d’infanterie 1840-1880
  15. Blaringhem 1877, p. 53, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], disponible sur Gallica.
  16. Alfred Sergoville, « M. Herman Devriès », Marseille artiste, no  87, 1893, p. 1-2, visible sur Wikimedia Commons.
  17. Le Passage « Conférence-concert, une présidente ravie », La Dépêche, 12 mars 2014, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  18. « Chronique, Départements, Marseille », La Renaissance musicale, vol. 2e année, no 12,‎ 19 mars 1882, p. 95 (lire en ligne), op. cit., disponible sur Gallica.
  19. Fortuné 1908, p. 55, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)], disponible sur e-corpus.
  20. Élart 2004, p. 131, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 11 janvier 2013)], disponible sur Gallica
  21. Yon 2000, p. 448, op. cit., [lire en ligne (page consultée le 7 janvier 2013)] disponible (partiellement) sur Google Books.
  22. BNF catalogue général
  23. Archives départementales des Bouches-du-Rhône

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Livres[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Bitard, Dictionnaire général de biographie contemporaine française et étrangère, Paris, Maurice Dreyfous,‎ 1878 (lire en ligne), disponible sur Gallica, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Adolphe Bitard, Dictionnaire général de biographie contemporaine française et étrangère, Paris, A. Lévy et Cie,‎ 1887 (lire en ligne), disponible sur Gallica, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Léon Blaringhem, Album des théâtres : Opéra, Vichy, Imprimerie C. Bougarel,‎ 1877, in-12, ca 69 p. (lire en ligne), disponible sur Gallica, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Félix Clément et Pierre Larousse, Dictionnaire des opéras : Dictionnaire lyrique, Paris, Administration du grand dictionnaire universel,‎ 1881 (lire en ligne), disponible sur Gallica, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Victor Combarnous, Notes et Souvenirs : L'Histoire du Grand-Théâtre de Marseille : 31 octobre 1787 - 13 novembre 1919, Marseille, Laffitte reprints,‎ 1980, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Étienne Destrange, Le Théâtre à Nantes, depuis ses origines jusqu’à nos jours, Paris, Fischbacher,‎ 1893 (lire en ligne), disponible sur Gallica, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Joann Élart, Catalogue des fonds musicaux conservés en Haute-Normandie, vol. 1, t. 1, Bibliothèque municipale de Rouen : Fonds du Théâtre des Arts (XVIIIe et XIXe siècles), Rouen-Le Havre, Université de Rouen Havre,‎ 2004 (lire en ligne), disponible (partiellement) sur Google Books, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Joël-Marie Fauquet (préf. Joël-Marie Fauquet), Dictionnaire de la musique en France au XIXe siècle, Paris, Fayard,‎ 2003, 1 405 p. (ISBN 9-782213-593166).
  • François-Joseph Fétis et Arthur Pougin, Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique : Supplément et complément, vol. 2, Paris, Firmin-Didot,‎ 1878 (lire en ligne), visible sur Brandeis University, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Julien Fortuné, Le Théâtre à Aix depuis ses origines jusqu’en 1908, B. Niel,‎ 1908 (lire en ligne), disponible sur Imprimés de la bibliothèque Méjanes, Aix en Provence, France, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Georges Heylli (d’), Dictionnaire des pseudonymes, Paris, Dentu et Cie,‎ 1887 (lire en ligne), disponible sur Gallica, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Jules Huret, Le Théâtre national de l’Opéra-Comique, Paris, Société de publication d’art,‎ 1898, 1e éd. (le=29 décembre 2012 lire en ligne), disponible sur University of Toronto, Robarts library, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Jacques Ismardon (préf. Arthur Pougin), Le Théâtre de la Monnaie, depuis sa fondation jusqu’à nos jours, Bruxelles, Schott frères éditeurs,‎ 1890 (lire en ligne), disponible sur Gallica, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • (de) K. J. Kutsch et Leo Riemens, Grosses Sängerlexikon, Munich, K. G. Saur,‎ 2003, 4e éd. (ISBN 9783598115981), Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Jules Martin, Nos artistes, portraits et biographies, Paris, Paul Ollendorf,‎ 1895 (lire en ligne), disponible sur Open Library, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Joannis Milliet (Dr), De l’air comprimé comme agent thérapeutique, Lyon, Imprimerie Louis Perrin, 6 rue d’Amboise,‎ 1854 (lire en ligne), disponible sur Gallica, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • M. Palianti (dir.) et al., Almanach des spectacles : Pour 185N, contenant : …, Paris, Émile Brière,‎ 1852-1853 (lire en ligne), Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Constant Pierre, Le Conservatoire national de musique et de déclamation, vol. 1, Paris, Imprimerie nationale,‎ 1900 (lire en ligne), disponible (partiellement) sur Google Books, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Edmond-Antoine Poinsot, Dictionnaire des pseudonymes (lire en ligne), disponible (partiellement) sur Google books , Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Hippolyte-Ferréol Rivière (dir.) et al., Pandectes françaises : Nouveau répertoire de doctrine, de législation et de jurisprudence, vol. 2, Paris, Chevalier-Marescq,‎ 1887 (lire en ligne), disponible sur Gallica, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Albert Soubies et Charles Malherbe, Histoire de l’Opéra-Comique : La Seconde Salle Favart (1860-1887), Paris, Ernest Flammarion,‎ 1893 (lire en ligne), disponible sur Open library, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, vol. 2, Paris, Hachette,‎ 1870 (lire en ligne), disponible sur Google books, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • (en) T.J. Walsh, Second Empire Opera : The Théâtre Lyrique, Paris 1851–1870, New York, Riverrun Press,‎ 1981 (ISBN 9780714536590), Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Jean-Claude Yon, Jacques Offenbach, Paris, Gallimard,‎ 2000, 796 p. (lire en ligne), disponible (partiellement) sur Google Books, Document utilisé pour la rédaction de l’article.

Périodiques[modifier | modifier le code]

Sites Internet[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]