Ismène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ismène (homonymie).
Tydée et Ismène, amphore corinthienne à figures noires, v. 560 av. J.-C., musée du Louvre (E 640)

Dans la mythologie grecque, Ismène (en grec ancien Ἰσμήνη / Ismếnê) est la fille incestueuse d'Œdipe et de Jocaste et la petite-fille de Laïos et Jocaste. Elle est la sœur d'Étéocle, de Polynice, et d'Antigone.

Mythe[modifier | modifier le code]

Étéocle et Polynice devaient régner sur Thèbes un an chacun à tour de rôle. Mais Étéocle voulait la place pour lui seul. Sept grands princes étrangers que Polynice avait gagnés à sa cause furent défaits devant les sept portes de Thèbes. Les deux frères ennemis s'entretuèrent sous les murs de la ville. Créon, leur oncle et nouveau roi, ordonna qu'à Étéocle, le bon frère, il serait fait d'imposantes funérailles, mais que Polynice, le vaurien, le révolté, le voyou, serait laissé sans pleurs et sans sépulture, la proie des corbeaux et des chacals. Quiconque osera lui rendre les devoirs funèbres sera impitoyablement puni de mort (comme le rappelle l’Antigone de Sophocle).

À la différence de sa sœur Antigone, Ismène n'a pas le courage de braver l'ordre impie de Créon[1]. Mais quand Antigone est condamnée à mort par Créon, prise peut-être de remords, Ismène veut partager son sort. Elle se heurte cependant au refus de sa sœur.

Évocations artistiques[modifier | modifier le code]

Dans les œuvres de Sophocle, il y a une opposition récurrente entre les deux sœurs Antigone/Ismène, comme Électre/Chrysothémis. Si Antigone et Électre représentent la liberté et le primat de l'individu sur la société, en revanche Ismène et Chrysothémis représentent le respect de l'autorité. Elles ne désobéissent pas à la loi de la cité et se soumettent au fatum. Contrairement aux héroïnes tragiques, elles s'effacent et ne défient pas le destin.

Œuvres où Ismène apparaît[modifier | modifier le code]

Principales interprétations[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Psychanalyse[modifier | modifier le code]

Le syndrome d'Ismène est un trouble psychique que rencontrent certaines femmes occidentales nées entre 1950 et 1965. On utilise parfois à leur sujet le terme de « génération de la misère sexuelle ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mythorama : Sophocle traduit par Leconte de Lisle, « Extrait - Scène 01 - vers 1 à 99 - Antigone indique à Ismène qu'elle ira enterrer Polynice contre l'ordre de Créon » (consulté en 10 février 2008)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :