Islam en Grèce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jeunes Grecs à la Mosquée. Cette peinture de Jean-Léon Gérôme montre de jeunes Grecs ayant été enlevés à leurs parents (paidomazoma) et convertis à l'Islam

L’islam est représenté en Grèce par un certain nombre de communautés autochtones et immigrées.

Pew Research Center estime le nombre de musulmans en Grèce en 2010 à 527 000 soit 4,7% de la population[1].

Musulmans autochtones en Grèce[modifier | modifier le code]

La population musulmane indigène en Grèce n'est pas homogène, elle se compose de trois communautés bien distinctes, les Turcs, les Pomaks et les Grecs. Ces musulmans grecs se sont convertis à l'islam principalement au XVIIe siècle et au XVIIIe siècle. Après la signature du traité de Lausanne en 1923, entre la Grèce et la nouvelle république turque de Mustafa Kemal Atatürk, la population musulmane du pays a baissé de manière significative au cours d'un échange de population. Près de 500 000 musulmans de Grèce ont été échangés contre 1,5 million de chrétiens de Turquie.

Depuis, il est interdit d'utiliser le terme « turc » pour parler des musulmans. Il est donc remplacé par le terme de minorité musulmane (Μουσουλμανική μειονότητα) qui se réfère à une minorité religieuse de la Thrace occidentale, une région de la Grèce du nord-est. Les musulmans de Thrace et les chrétiens d'Istanbul et des îles d'Imbros et de Ténédos sont les seules populations à ne pas avoir été échangées durant l'application du Traité de Lausanne.

La plupart des musulmans grecs autochtones se considèrent comme turcs. Ils composent presque 51 % de la population de la Nome (Département) de Rhodope et 41 % de la population de la Nome (Département) de Xánthi[2]. Des musulmans vivent également dans les îles du Dodécanèse qui étaient occupées par l'Italie de 1912 à 1947. La population musulmane de l'île n'a donc pas été soumise à l'échange de population de 1923. Pour la plupart turcs, ils sont environ 5 000 et vivent à Cos (2 000 membres) ainsi qu'à Rhodes (3 000 membres) - (voir l'article Turcs du Dodécanèse)[3].

Les Pomaks vivent quant à eux principalement dans les montagnes du Rhodope, à l'ouest de la Thrace. Les Roms vivant en Thrace sont pour la plupart musulmans.

La communauté pomak, 30 0000 habitants, est principalement de confession bektachi[4]

Immigrés musulmans en Grèce[modifier | modifier le code]

Les premiers musulmans à avoir immigré en Grèce sont les Palestiniens au cours des années 1970. Ils vivent dans de grandes villes comme Athènes et Thessalonique. Depuis le début des années 1990, il y a une augmentation d'immigrés musulmans en Grèce, plus de 50 % de ces immigrés proviennent de l'Albanie. Les autres sont originaires de divers pays du Moyen-Orient ainsi que du Pakistan de l'Inde et du Bangladesh.

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]