Islam à Besançon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Coran, livre saint de l'islam.

La présence significative de l'islam à Besançon remonte à l'après-Seconde Guerre mondiale, et surtout à l'indépendance des pays du Maghreb. Avant cette époque, aucune source n'atteste de l'existence d'une communauté musulmane bisontine, bien que des soldats coloniaux aient été en garnison dans la région, de 1870 aux années 1920. La 1re armée française, comprenant une grande partie de tirailleurs originaires des colonies françaises, s'est illustrée dans la région et a notamment libéré une partie du Doubs, du Territoire de Belfort et de l'Alsace en 1944-1945. Les coloniaux ayant survécu repartiront pour la plupart dans leur pays d'origine après la guerre, se disperseront un peu partout en France ou s'établiront dans la capitale comtoise.

Durant les années 1960, les premiers migrants originaires d'Afrique du Nord arrivent en métropole, la grande majorité d'entre eux étant musulmane. À partir de cette époque, le besoin de lieux de culte se fait de plus en plus ressentir de la part de cette nouvelle population. Pendant plusieurs décennies les fidèles, faute de véritables lieux de culte, suivent leurs rites le plus souvent dans des locaux vétustes ou des halls d'immeubles. Mais en 1981, le centre culturel islamique de Franche-Comté, basé à Besançon, est créé ; l'association Sunna est ensuite fondée en 1987. Puis à partir de la fin des années 1990 et particulièrement depuis les années 2000, les premières mosquées sont construites dans la capitale comtoise, comme la mosquée Sunna, la mosquée Al-Fath et plus récemment la mosquée de Fontaine-Écu.

En 2010, même si aucun document officiel au niveau communal ne le confirme (excepté les propos des principaux dirigeants spirituels de la ville), l'islam serait la seconde religion des Bisontins après le christianisme. D'après la radio France Bleu Besançon, la ville compte 15 000 musulmans ce qui représente environ 13 % de la population totale de Besançon[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Islam en France.

L'islam est aujourd'hui la deuxième religion de France en nombre de fidèles[2],[3]. Au VIIIe siècle, la conquête musulmane fait passer une partie de la France sous domination islamique jusqu'à la bataille de Poitiers en 732Charles Martel défait les troupes musulmanes[4]. Mais la présence de musulmans sur le sol français ne redevient notable que lorsque des fidèles musulmans se réfugient dans le Midi de la France pour fuir la Reconquista puis l'inquisition[5]. Puis l'État français entretient de nouvelles relations avec les populations musulmanes, que ce soit par la diplomatie depuis François Ier et Soliman le Magnifique[6], par le commerce méditerranéen, par la Campagne d'Égypte[7], et à partir de 1830 par la constitution de colonies et protectorats, notamment au Maghreb ainsi que dans certains pays d'Afrique subsaharienne, surtout depuis la conférence de Berlin en 1884-1885[8].

La Grande Mosquée de Paris, première mosquée en métropole (1922-1926).

L'islam, religion dominante dans les départements français d'Algérie, pénètre sur le territoire français métropolitain avec les troupes supplétives coloniales engagées dans la Première Guerre mondiale[9], où près de 270 000 Maghrébins sont mobilisés parmi lesquels 190 000 prennent directement part aux combats en Europe[10], dont environ 19 % sont tués au front[11],[12]. Après la victoire française[13], la majorité des survivants font partie des troupes d'occupation de la rive gauche du Rhin et plus tard de la Ruhr ou rentrent dans leurs pays d'origine. La présence de troupes « noires » est ressentie comme une insulte et un scandale en Allemagne, dans un contexte de racisme virulent : les troupes coloniales se voient alors attaquées dans la presse allemande et dans les discours des partis racistes, tels le NSDAP. Elles sont les premières rapatriées lors de l'évacuation de la Rhénanie[13],[14]. Durant l'entre-deux-guerres, les coloniaux participent à l'économie industrielle du pays jusqu'à ce que des quotas d'immigration soient imposés durant le début des années 1930[15],[14].

Ces mêmes coloniaux participent également à la Seconde Guerre mondiale, et un grand nombre d'entre eux sont tués au combat, mais aussi lors de massacres perpétrés délibérément par l'armée nazie en 1940[16],[14]. Après la Seconde Guerre mondiale, l'immigration proprement dite commence entre l'Afrique du Nord et la métropole, lorsque la France fait appel à ses colonies afin de combler le manque cruel de main d'œuvre[17]. La fin de la guerre d'Algérie ainsi que la politique du regroupement familial accélèreront l'immigration[17], jusqu'aux années 1970 où la France stoppe petit à petit cette politique[17]. À partir des années 1970, l'État français délègue aux pays d'origine des immigrés le soin d'encadrer, sur le plan religieux, les ressortissants étrangers présents en France[9],[18]. Pourtant, la population musulmane du pays ressent de plus en plus le besoin d'exercer son culte et, même si le nombre de mosquées augmente (passant de cinq mosquées à environ 900 entre 1965 et 1985[9]), le nombre de lieux de prières et d'imams[19] reste insuffisant par rapport à celui des pratiquants. En 2003 sont créés le Conseil français du culte musulman[20] et les Conseils régionaux du culte musulman. L'islam, traversé par diverses organisations et courants de pensée, est alors en voie d'être institutionnalisé[21], à l'égal des autres cultes présents en France.

Histoire des musulmans bisontins[modifier | modifier le code]

Le débarquement de coloniaux à Besançon et sa région[modifier | modifier le code]

Quelques tombes musulmanes du cimetière militaire de Rougemont.
Carré musulman du cimetière de Saint-Claude de Besançon.

Après la guerre franco-prussienne de 1870 et surtout durant la première moitié du XXe siècle, la Franche-Comté, ainsi que le reste des régions frontalières de France, voit débarquer de nombreux soldats coloniaux dont beaucoup sont originaires du Maghreb[22]. Suite à la défaite du Second Empire face aux royaumes allemands unis derrière la Prusse en 1871, la France se prépare à la « Revanche » dès 1890, et enrôle de gré ou de force la population vivant dans ses colonies, en Afrique et en Indochine[23],[24]. Un article du journal bisontin La Dépêche daté du 2 janvier 1910 dit ainsi que  :

« Puisque nous ne voulons plus avoir d’enfants en nombre suffisant pour tenir notre drapeau en face d’une Allemagne de plus en plus pléthorique, nous n’avons qu’une ressource : recruter des soldats parmi les hommes primitifs qui, sous notre domination, consentent à naître et à mourir. Donc, le plus tôt possible, il faut organiser ces troupes noires et arabes pour constituer une force incomparable de 200 000 hommes de métier. Oui, il faut créer l’armée noire, l’armée arabe, soutien de notre décadence[25],[14]. »

La participation de soldats coloniaux dans la région de Besançon durant la Première Guerre mondiale est rappelée par la présence de tombes musulmanes situées dans le cimetière de Saint-Claude qui possède un carré musulman[14] à la mémoire des soldats tombés lors des deux guerres mondiales, et compte une vingtaine de stèles orientales. Cependant la présence de coloniaux avant et pendant la Première Guerre mondiale à Besançon semble secondaire, et il faudra attendre la Seconde Guerre mondiale pour que de véritables « armées indigènes » se battent en Franche-Comté. Une plaque commémorative située près du casino de Besançon rend hommage aux soldats de la 1re armée française qui se sont battus dans le Doubs[26] ; il est écrit  :

« À la Mémoire des 14.000 Morts Aux Combats de la PREMIÈRE ARMÉE FRANÇAISE - Armée d'Afrique (Armée B) qui, après des combats en Tunisie et en Italie, va débarquer en Provence avec une partie du 6e Corps d'Armée Américain, libérer Toulon et Marseille, puis arriver en un temps record dans le Doubs, où la difficulté du ravitaillement l'immobilise 2 mois. Le Général de Lattre de Tassigny qui commande cette unité procède à Besançon en son P.C. rue Lecourbe, à l'amalgame entre les volontaires issus de la Résistance (Forces Françaises de l'Intérieur), et les unités d'Afrique. C'est dans le Doubs au P.C. de Montbéliard que l'Armée (dite l'Armée B) prendra le nom de Première Armée Française.

Le 14 novembre 1944, l'offensive libère le reste du département du Doubs, le Territoire de Belfort et l'Alsace, puis traverse le Rhin et poursuit l'ennemi jusqu'en Autriche. Le 8 mai 1945 son chef le Général de Lattre de Tassigny signe au nom de la France la capitulation à Berlin. Les armes de Colmar deviennent son insigne, les deux grands fleuves son appellation : Rhin et Danube. »

Preuve de la présence de nombreux coloniaux près de Besançon durant cette guerre, le cimetière militaire de Rougemont accueille 2 169 tombes de combattants français tous tombés lors de la Seconde Guerre mondiale, dont 1 251 ornées d’une stèle musulmane[27]. Une statue intitulée Les Sentinelles de la Mémoire située dans la promenade des Glacis rend hommage aux combattants étrangers[28], toutes origines confondues. La plupart des survivants présents dans la région s’établissent à Besançon après la guerre, notamment parce que le gouvernement de l'époque n’avait pas prévu de rapatriement pour ces populations[29].

De l’appel au front à celui de la main d’œuvre[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Immigration en France et Trente Glorieuses.
En haut : pays d'origine de l'immigration en France ; en bas : la population musulmane du monde par pays (1999).
Les immigrés nord-africains ont participé à la construction de nombreux quartiers de Besançon. Ici le secteur de Planoise, bâti de 1959 à 1968.

La ville de Besançon est depuis toujours une cité cosmopolite ayant accueilli et accueillant encore des populations aussi diverses que lointaines, le plus souvent pour des raisons économiques. Une première communauté juive est établie au Moyen Âge à Besançon[30] avant que les Juifs ne reviennent dès la fin du XVIIIe siècle, puis les Suisses débarquent dans la région au XIXe siècle et y fondent l'essentiel de l'activité horlogère[31], suivis des Portugais, des Espagnols et des Italiens dans les années 1930 pour la main-d'œuvre[32]. C'est donc dans ce contexte que la ville est une terre d'accueil, notamment pour les futurs flux migratoires venus d'Afrique et d'Asie qui interviennent à partir de la Première Guerre mondiale mais surtout à la suite de la seconde...

L'immigration des populations issues des ex-colonies et protectorats a joué un rôle majeur dans l'apparition de l'islam en France[33]. L'immigration maghrébine proprement dite intervient dès le début des années 1950, mais plus particulièrement à partir des années 1960, lorsque les pays du Maghreb obtiennent leur indépendance, jusqu'aux années 1970[9] et 1980 pour le Maroc[34]. Le fait que les musulmans algériens étaient de 1947 à 1962 des migrants régionaux comme les Bretons et les Corses avec le droit de vote, les mêmes droits et devoirs que les autres citoyens français[35],[36] a largement contribué à l'exode de cette population à Besançon, comme partout dans l'Hexagone. Cette liberté d'immigration accordée aux Algériens de la part de l'État français et ce, même après l'indépendance du pays en 1962, s'explique par la croissance économique sans précédent de la France nécessitant une énorme main d'œuvre[17] ; et la ville de Besançon n'est pas en reste[37]. En effet, la ville connaît à cette époque une véritable explosion démographique, qui s’accompagne d’une croissance économique considérable et, même si de nombreux immigrés italiens, espagnols et portugais viennent s'établir et travailler dans la ville, le manque de main d'œuvre reste récurrent et nombre d'entrepreneurs de travaux publics de la capitale comtoise décident de faire appel à des nord-africains[37]. En plus de la croissance industrielle représentée par le secteur de la confection et des textiles artificiels mais aussi de l'horlogerie, des industries alimentaires ou encore de la mécanique de précision[37], la main d'œuvre est très demandée lors de l'urbanisation de la ville, où des quartiers comme Planoise, les 408, les Clairs-Soleils, Palente-Orchamps ou encore Montrapon-Fontaine-Écu sont construits[37].

Cependant, la fin des années 1970 marque un tournant de cette période : suite à la fermeture de nombreuses usines bisontines (Lip en 1977, Rhodiacéta en 1982 ou encore Kelton peu après) et à plusieurs crises[38], le travail se fait plus rare et les conditions de vie se dégradent, notamment pour les étrangers[39]. La politique d'immigration se durcit à partir de 1974, bien que de nombreux Algériens s'établissent dans la capitale comtoise après cette date et notamment en 1976, année d'apogée de l'immigration algérienne à Besançon[34]. Quant aux Marocains, ils immigrent significativement à Besançon à partir de 1968 et leur population ne cesse de croître jusqu'aux années 1980[34]. Cette poursuite de l'immigration maghrébine bien après l'arrêt de l'immigration massive peut s'expliquer par la politique du regroupement familial[37],[17], permettant au conjoint et aux enfants de moins de dix huit ans d'un ressortissant étranger régulièrement autorisé à résider sur le territoire français à venir le rejoindre[40].

Une interview d'Abderrahmane Lahlou, consul d'Algérie à Besançon, datant de 1982 montre à quel point l'immigration algérienne a été importante à Besançon ainsi qu'en Franche-Comté, changeant le visage de la population et apportant de nouvelles coutumes ainsi qu'un autre culte, l'islam, représenté par diverses associations et également par le consulat algérien de la ville[41]. Un reportage datant de la même année rapporte que 50 000 musulmans vivaient en Franche-Comté à cette époque[42].

Évolution des nationalités des étrangers originaires de pays musulmans à Besançon entre 1946 et 1999[34],[43]
1946 1954 1962 1968 1971 1972 1973 1974 1975 1977 1979 1981 1983 1990 1999
Algériens 0 282 1034 1416 1899 2201 3652 3793 3837 3100 2695 2622 1718 2024 1545
Marocains 0 3 - 228 389 639 795 901 934 1134 1251 1231 1473 2057 1300
Tunisiens 0 2 - 36 142 241 299 300 297 300 299 332 313 316 288
Turcs 1 3 - - 27 49 120 114 154 282 287 341 327 464 522

L'intégration des étrangers arabo-musulmans[modifier | modifier le code]

Les anciens soldats qui ont choisi de s'établir dans la ville ont occupé pendant des années des casemates abandonnées dans les glacis (près de la gare Viotte), et vivaient dans des « conditions effroyables »[29], avant que des personnalités de la ville comme le maire Jean Minjoz, le franc-maçon Henri Huot, le pasteur protestant Jean Carbonare ainsi que l'abbé Chays s'allient pour leur assurer des conditions de vie décentes[29]. Dans les années 1960, plusieurs « cités » de transit sont alors construites pour accueillir les anciens coloniaux mais aussi les immigrés nord-africains fraîchement débarqués pour la main d'œuvre ; parmi ces groupes de logements figurent les Founottes devenues plus tard l'Escale[44], l'Amitié[45] ou encore les Acacias[46].

La cité des Founottes devient dès le début des années 1960 un véritable bidonville de transit, où une trentaine de familles formant une communauté de plus de 300 personnes constituée majoritairement d'Algériens et de quelques gitans, vivent entassées dans des baraques en tôle sans chauffage ni lumière[47]. En 1969 la municipalité décide de détruire ces « taudis » au profit d'immeubles en dur, et en profite pour changer le nom des Founottes en cité de l'Escale[39] probablement pour ne plus associer le site à un bidonville. Cependant, ces logis deviennent pour la plupart vétustes à partir des années 1980, ce qui suscite une nouvelle mobilisation des services municipaux qui décident de détruire ces logements permettant ainsi la construction d'une route[48].

Les trois tours de la cité de l'Amitié, 2009

Le secteur de l'Amitié est, quant à lui, constitué de trois tours situées dans le quartier de Saint-Ferjeux opérationnelles à partir de 1968 et pouvant accueillir jusqu'à 80 familles dont une grande majorité étaient d'origine étrangère[45] ; contrairement à l'Escale le secteur ne subira aucun changement majeur depuis sa construction. Enfin, la ville compte une dernière cité de transit, elle aussi située dans le quartier de Saint-Ferjeux : la cité des Acacias, où 431 personnes réparties dans 120 logements dont des Algériens, des Marocains, ainsi que des Turcs, vivent[49]. Alors que cette cité devait être détruite dans les années 1990, elle échappe à la démolition grâce à la mobilisation des habitants qui réhabilitent parfois eux-mêmes les bâtiments afin que le quartier ne se transforme en « taudis »[46].

Les autres immigrés originaires d'Afrique du Nord se répartissent également dans d'autres nouveaux quartiers de la ville, comme aux Clairs-Soleils, à Montrapon-Fontaine-Écu[37], et par la suite à Planoise, aux Orchamps et à Palente ou encore aux « 408 ». Un reportage de France 3 montre les difficultés d'intégration de la communauté à Montbéliard et sous-entend qu'elle n'est pas aussi malaisée à Besançon, où une jeune femme kabyle a déclaré que le fait d'être musulmane ne posait pas de problème, et qu'elle sortait même plus librement qu'en Algérie[50].

L’organisation d'une communauté musulmane[modifier | modifier le code]

Le consulat algérien de Besançon.

La première vraie institution arabo-musulmane est le consulat algérien de la ville, établi à Besançon depuis la fin des années 1960 dans le quartier des Chaprais[51] afin de faciliter les démarches administratives de la communauté algérienne de la ville, qui est dès cette époque l'une des plus importantes de la cité[52]. Cependant le consulat ne peut régler les problèmes de la population liés aux cultes et au cadre de vie, et même si la ville dispose d'une mosquée à cette époque, les infrastructures et les moyens restent très insuffisants. En effet, un reportage de 1982 présente la mosquée centrale de Besançon, alors petit bâtiment vétuste en préfabriqué, et donne une interview de Rabah Doudou, président de l’époque de l’Association des Musulmans de Franche-Comté[42]. La vétusté des infrastructures religieuses est de nouveau décrite dans un second reportage de France 3 de 1984 sur la fête du mouton : les modestes lieux de culte bâtis dans la ville rendaient en effet la pratique de la religion difficile, même si l'une des personnes interviewées note qu’il est plus facile de pratiquer son culte qu'auparavant[53]. Ahmed Dahmani, actuel imam de la mosquée de Planoise, raconta lors d'une interview qu'une centaine de fidèles priaient dans les années 1970-1980 à Besançon, dans l’ancien cinéma Montjoye avenue Montrapon ainsi qu'au foyer de l’AATEM, avenue Clemenceau, puis rue de Vesoul et au chemin des Montarmots, ainsi que dans une cave au numéro 8 de l’avenue Île de France et enfin dans les années 1990, au pied de l’immeuble du 9 rue de Cologne à Planoise[54].

L’Association culturelle turque française.

Il faut attendre 1987 pour que se forme une véritable association pour les musulmans de la ville. Après plusieurs décennies passées dans des caves ou des halls d'immeubles faisant office de lieu de culte pour la plupart, les musulmans de Besançon peuvent désormais pratiquer leurs rites religieux par le biais de l'association Sunna[9]. Cette congrégation, maintenant située dans le quartier de Saint-Claude, est créée en 1987 dans une salle de prière du secteur des Montarmots à l'instigation d'étudiants musulmans voulant répondre aux besoins cultuels et éducatifs des musulmans de la ville[9]. Peu à peu d'autres associations prennent forme et s'organisent : sont créées par la suite l'Association Culturelle des Turcs de Besançon et l'Amicale Franco-Turque de Besançon-Planoise, présentes à la salle de prière de Châteaufarine, ainsi que l'Association de la Jeunesse Musulmane de Besançon et l'Association islamique des Turcs de Besançon situées quant à elles dans la salle de prière des Clairs-Soleils[9]. Pendant les années 1990 le nombre d'associations et de salles de prières se multiplient, mais il faut néanmoins attendre le XXIe siècle pour que des fidèles bisontins puissent pratiquer leur culte dans de véritables mosquées.

L’affaire des sept islamistes[modifier | modifier le code]

Article connexe : Islamisme.

Un événement a contribué à la dégradation de l'image des musulmans bisontins[55].

Le 13 novembre 2007, sept musulmans dont trois d'origine française, trois autres d'origine bosniaque et un dernier originaire d'Algérie, sont arrêtés avec une dizaine d'armes de poing et notamment une Kalachnikov, alors qu'ils prévoyaient de « faire un djihad »[56] ou de préparer un attentat[57]. Six des sept hommes résident alors dans les quartiers de Planoise, Saint-Claude et Saint-Ferjeux, le dernier logeant dans un immeuble de Pontarlier[56]. Ils semblent s'inspirer de forums radicaux et de divers sites Internet sur les conflits et attentats au Proche-Orient[56]. Adeptes du salafisme[58], les prévenus sont mis en examen pour « association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste » et « infraction à la législation sur les armes » et incarcérés en attendant leur procès à Paris[59]. Deux autres personnes basées à Carcassonne ayant des liens de parenté avec l'un des radicaux de Besançon étaient en relation directe avec le groupe bisontin, s’entraînant également au tir avec le groupuscule franc-comtois[57].

Les sept hommes originaires de Besançon, fidèles de la mosquée Sunna de Saint-Claude, étaient surveillés par les Renseignements généraux depuis plus de deux ans à cause de leur radicalisation[60],[55]. Ils sont accusés d'avoir préparé un attentat terroriste, et d'avoir tenté d'évincer un imam d'une salle de prière de la ville pour prendre le contrôle d'une mosquée, essayant ainsi de radicaliser un plus grand nombre de personnes[57]. Leur procès s'est tenu à Paris à partir du 26 mai 2010[58], au terme duquel des peines allant de un à cinq ans de prison ont été requises à l'encontre du groupuscule bisontin ainsi que deux autres personnes[61], mais les sentences prononcées n'ont pas excédé un an de prison ferme[59].

La communauté arabo-musulmane au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXIe siècle est synonyme de prospérité pour la communauté de Besançon. En effet, les fidèles disposent dès lors de véritables lieux de cultes en nombre suffisant, comme à Saint-Claude (moquée Sunna, début des années 2000[9]), à Planoise (mosquée Al-Fath, 2009[62]) ou à Montrapon-Fontaine-Écu (mosquée de Fontaine-Écu, 2010[63]) en plus des salles de prières disséminées dans la ville[9]. En 2010, les lieux de prières les plus fréquentés sont la mosquée Sunna de Saint-Claude, la salle des Montarmots, la mosquée Al-Fath de Planoise, la salle des Clairs-Soleils puis celle de Châteaufarine[9] (voir la rubrique Les mosquées et associations). Cependant, les communautés musulmanes bisontines et françaises connaissent également de nombreuses polémiques, notamment sur la burqa[64],[65], la place des minarets en France[66] et aussi mais de façon moins directe sur la question de l'identité nationale[67] (voir la rubrique L'opposition à l'« islamisation »).

Dans certains quartiers de la ville, la présence de la communauté arabo-musulmane est très visible. Ainsi, à Planoise, et notamment dans le secteur de Cassin, l'économie est essentiellement fondée sur les commerces traditionnels liés à l'immigration maghrébine et asiatique. Ainsi, toutes les boucheries de Planoise sont de type halal ou kascher et un grand nombre de restaurants et épiceries proposent des produits issus de l'abattage rituel. Outre le secteur alimentaire, on trouve des magasins de vêtements traditionnels orientaux ainsi que des « bazars » proposant des objets d'art ou de culte d'origine arabo-musulmane. Cette présence est également visible dans d'autres parties de la ville comme dans le centre historique et surtout à Battant, où des restaurants maghrébins, des kebabs[68] ainsi que des « bars chicha » ont connu une forte expansion durant ces dix dernières années. Toutefois, le projet d'un Quick halal dans la ville n'est pas prévu à court terme[69].

Un camion de kebabs turcs typique, situé rue des Causses à Besançon (2010).

La communauté dispose de deux radios : radio Sud, une antenne locale créée en 1983 spécialement pour les Algériens et les musulmans de la ville, émettant à Besançon et dans son agglomération[70], considérée aujourd'hui comme un véritable marqueur de la vitalité de la scène algéro-bisontine[71], ainsi que la radio nationale radio Orient[72], véritable « lien » entre l'Orient et l'Occident[73].

La maison d'arrêt de Besançon compte au moins 65 % de prisonniers musulmans, d'après le site Ceras-projet.org[74], ce qui ne serait pas une situation exceptionnelle d'après le quotidien américain The Washington Post, puisqu’entre 60 et 70 % de la population carcérale en France serait de confession musulmane[75],[76].

En 2009, la municipalité doit trancher la question de la cuisine halal dans les cantines : après la demande par un nombre de plus en plus grand de familles de l'introduction de nourriture halal (définissant les aliments permis pour les musulmans) dans les cantines scolaires, la municipalité décide que toutes les cantines scolaires resteront non confessionnelles[77]. En janvier de la même année, la communauté s’implique dans les manifestations pro-palestiniennes lors d'un appel lancé par le Centre culturel islamique de Franche-Comté (CCIFC), le 10 janvier 2009[78], où plus d'un millier de personnes se rassemblent place de la Révolution[79]. Par la suite, de nouvelles manifestations sont organisées, notamment le 5 juin 2010 après l'abordage de la flottille pour Gaza, avec le soutien, entre autres, du CCIFC[80].

En 2010, l'islam serait la seconde religion des Bisontins après le christianisme mais dans des proportions plus fortes qu'au niveau national, selon les principaux représentants spirituels de la ville. Cette affirmation est confirmée par la radio France Bleu Besançon, qui chiffre le nombre de musulmans à Besançon à 15 000 personnes soit 13 % de la population totale de la ville[1], obtenant un pourcentage un peu plus élevé qu'au niveau national, chiffré à environ 8 à 10 % de la population totale du pays selon certaines sources (cinq à six millions de musulmans sur une population de 63 millions d'habitants pour Le Point ou Le Figaro[81],[82]), et de 3,1 à 3,7 % en 1999 selon d'autres sources[83],[84].

Une enquête réalisée par Najib Kawtar auprès de quelques musulmans de la capitale comtoise révèle que la pratique n'est pas toujours associée à la croyance, et que les cinq prières quotidiennes recommandées par l'islam ne sont pas toujours observées en raison de l'activité professionnelle, ou sont seulement respectées en période de fêtes religieuses[9]. Le jeûne de ramadan est nettement plus respecté que l'Aïd el-Kabir ; le sacrifice du mouton n'est pas toujours observé, souvent faute de moyens financiers[9]. Cette même enquête montre que, pour les étrangers musulmans de la ville interrogés, la religion islamique est plus facilement praticable dans leur pays d'origine qu'en France, ceux-ci redoutant en effet l'hostilité à l'égard de leur culte[9]. Les Français musulmans pensent quant à eux que l'État est le garant de leurs droits en matière de religion, et qu'il est largement possible d'être à la fois citoyen français et musulman, l'islam étant une affaire personnelle au même titre que les autres religions[9]. Pourtant l'islam souffre d'une mauvaise image chez les Français non-musulmans, notamment à cause du conflit au Proche-Orient, de la révolution islamique en Iran ou encore des opérations terroristes[9],[85].

Composition de la communauté actuelle[modifier | modifier le code]

Les Algériens, première communauté étrangère de la ville. Ici une voiture où des passagers brandissent un drapeau de l'Algérie à Planoise lors de la qualification pour la coupe du monde de football de 2010.

Au début du XXIe siècle, la communauté est composée d'un grand nombre de Bisontins originaires d'Afrique du Nord, et plus particulièrement du Maghreb (Maroc, Algérie et Tunisie) d'où la première génération a émigré après la Seconde Guerre mondiale[22] et surtout dans les années 1950-1960[29]. Les Français musulmans forment la majorité de cette première génération, et sont à l'origine de la plus grande partie de la communauté musulmane de la ville, même si les plus jeunes sont moins scrupuleux quant à la pratique de l'islam que leurs aînés[86]. Une petite minorité de la population venue d'Afrique du Nord est cependant juive et les séfarades Pieds-Noirs représentent actuellement un pourcentage significatif des juifs de la ville[30]. Les Algériens constituent la plus grande communauté étrangère de la ville[52] avec une population estimée à 1 933 individus[87], dont une grande partie est originaire de la Wilaya de Khenchela, dans les Aurès[88]. La communauté marocaine est en seconde position avec 1 485 individus[87], quant aux Bisontins originaires de Tunisie, ils sont proportionnellement trois fois moins nombreux en Franche-Comté que dans l'ensemble des régions métropolitaines, et constituent en 2010 l'une des plus petites ethnies de la région[89].

La ville comprend également d'autres populations musulmanes dont la présence est moins visible, venant de pays qui n'ont pas été colonisés comme la Turquie ou l'Indonésie ; d'autres ethnies sont aussi originaires de régions à majorité chrétiennes, comme c'est parfois le cas en Afrique noire. La communauté turque de la ville, constituée en 1999 de 482.5 personnes[87], s'est installée dans la capitale comtoise à partir des années 1970[90], mais plus particulièrement depuis les années 1980. Elle constitue une communauté de moyenne importance pour Besançon, devancée en nombre par les Portugais et les Italiens (avec respectivement 1 010 et 800 individus[87]), bien que la Franche-Comté soit la région française accueillant le plus de Turcs après l'Alsace[89]. Depuis une dizaine d'années, des musulmans originaires du Kosovo[91], de Bosnie[89], de Serbie[89] et plus généralement d'Europe de l'Est[89] se sont installés dans la capitale comtoise, donnant ainsi un nouveau visage à la communauté. Dans une moindre mesure, la communauté musulmane de Besançon est également représentée par des fidèles originaires de Mayotte, ainsi que par une population provenant d'Afrique subsaharienne et plus particulièrement d'anciennes colonies noires-africaines[92] ayant immigré plus récemment. Quant aux asiatiques de confession musulmane, ils sont peu nombreux à Besançon et les immigrés originaires de cette région établis dans la ville sont majoritairement bouddhistes[9]. Les « Français de souches » (nés en France de parents et grands-parents français[réf. nécessaire]) convertis à l'islam n'ont fait l'objet d'aucune étude au plan local, mais les estimations au niveau national font état d'environ 60 000 personnes qui se seraient converties à l’islam[93], avec environ 3 600 conversions tous les ans. Ahmed Dahmani répertoria pas moins de quatorze nationalités différentes de personnes qui priaient à la mosquée de Planoise, dont des Algériens, des Marocains, des Tunisiens, des Mauritaniens, des Yéménites ou encore des Libanais[54].

Les personnalités arabo-musulmanes de Besançon et sa région[modifier | modifier le code]

La capitale comtoise compte quelques personnalités originaires du Maghreb, dont la plupart sont de confession musulmane. On peut citer Rachid Djebaili, un footballeur algérien ayant grandi à Planoise[94], Mohamed Louhkiar un footballeur marocain[95], Khedafi Djelkhir un boxeur d'origine algérienne[96], Ghani Yalouz un lutteur né à Casablanca, le groupe de rap Mifa Saï Saï, le conseiller municipal Michel Omouri ou encore Salah Gaham, mort héroïquement en essayant d'arrêter des incendies de voiture durant les émeutes de 2005[97].

La ville compte plusieurs grandes familles issues de l'immigration, dont la plus importante et la plus connue est la famille Hakkar[98],[99]. Originaire de Khenchela[98], les Hakkar ont une histoire typique des familles algéro-musulmanes de la capitale comtoise. Merzoug Hakkar est l'un des premiers Algériens à immigrer dans la ville en 1957, après avoir combattu aux côtés de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, puis pour l'indépendance de l'Algérie[98]. Sa famille le rejoint dans les années suivantes[98], et petit à petit, les Hakkar forment la plus importante famille de la ville, comptant actuellement environ 1 000 membres[99]. Les plus illustres d'entre eux sont le boxeur Morrade Hakkar et le cinéaste Amor Hakkar, mais d'autres membres sont aussi médecins, avocats, chefs d'entreprise[99]

Médecin et homme politique pontalissien ayant un impact médiatique considérable dans la région, Philippe Grenier est le premier député musulman de l'histoire de France[100],[101],[102]. Né en 1865 dans la ville de Pontarlier, il effectue ses études secondaires dans la capitale comtoise avant de poursuivre à la faculté de médecine de Paris, puis revient dans sa ville natale[101]. Philippe Grenier fait plusieurs voyages en Algérie, étudie les us et coutumes arabes ainsi que le Coran, avant de se convertir totalement à l'islam en 1894[101]. Il entreprend par la suite un voyage dans la Masjid al-Haram de La Mecque, puis adopte le costume traditionnel algérien et se fait élire conseiller municipal de Pontarlier à son retour en France[101]. Après le décès de l'ancien député du Doubs, Philippe Grenier se lance dans la campagne électorale et parvient à obtenir 51 % des voix au deuxième tour le 20 décembre 1896 ; il devient alors la curiosité de la presse régionale et nationale de l'époque[101]. Les années suivantes, il se consacre moins à sa carrière politique, et est battu aux deux élections suivantes[101]. Il s'éteint dans sa ville natale le 25 mars 1944 à l'âge de 79 ans, quelques mois avant qu'une unité de tirailleurs algériens ne libère Pontarlier des armées nazies[101]. Ultime hommage, un collège[101], une rue ainsi que la mosquée de Pontarlier[103] portent son nom. On peut également citer Éric Geoffroy, un islamologue arabisant et écrivain français reconnu, spécialiste du soufisme et converti à l'islam[104], né à Belfort en 1956.

Les bâtiments et institutions arabo-musulmanes[modifier | modifier le code]

Les mosquées et associations[modifier | modifier le code]

L'association Sunna (sunna signifiant « cheminement » ou « pratique(s) ») est fondée en 1987 par un groupe d'étudiants musulmans bisontins[9]. Elle dispose depuis le début des années 2000 d'une mosquée : la mosquée Sunna, dite « mosquée des Algériens »[9] établie sur un terrain cédé gratuitement par la ville de Besançon[105]. C'est aujourd'hui la seule mosquée franc-comtoise comportant un minaret, avec la Mosquée Arrahma de Vesoul. L'édifice est situé au numéro 98 de la rue de Vesoul, au cœur du quartier de Saint-Claude. La mosquée est ouverte au culte pour les hommes et femmes, et propose également des cours de langue arabe et d'apprentissage du Coran pour les enfants et adultes[106]. D'autres salles de prières existent dans les quartiers des Montarmots (mosquée Abou-Bakr), aux Clairs-Soleils, ainsi que dans le secteur de Châteaufarine (mosquée Al-Nour). Les musulmans de la Grette-Butte, et plus particulièrement de la cité dite des « 408 », se réunissent dans un hall du 6e dans le premier bâtiment. Une autre mosquée voit le jour dans le quartier de Montrapon-Fontaine-Écu, inaugurée le 2 novembre 2009, en présence du maire de la ville, Jean-Louis Fousseret, ainsi que des principaux représentants juifs et catholiques de la ville[63].

La mosquée Al-Fath.

Jusqu’en 2007, l’association Al-Fath, créée au début des années 2000, œuvre dans le quartier de Planoise dans un bâtiment appelé le « tripode », situé rue de Cologne, dans le secteur d'Île-de-France[107], ce même local servant également de lieu de culte pour les musulmans du quartier. Mais, en 2007, un programme de rénovation urbaine est mis en place prévoyant la démolition du « tripode », et la municipalité propose alors aux musulmans du quartier un terrain pour construire un lieu de culte[107]. La ville loue pour 99 ans à la communauté le terrain pour un euro symbolique[107]. Ne manquent plus alors que les fonds nécessaires à la construction du bâtiment, problème rapidement résolu grâce aux dons de centaines de particuliers[108]. À partir de 2006, commence la construction de la mosquée Al-Fath au numéro 29 de la rue Clément Marot, à la limite de la commune d'Avanne-Aveney limitrophe du quartier. Le 25 mai 2008, le nouveau lieu de culte est inauguré en présence du maire et de plusieurs élus[62]. Le terme Al-Fath signifie « le destin », la « conquête ». La mosquée tire donc son nom de la sourate 48 du Coran[109]. L'association Al-Fath est consacrée à la pratique du culte musulman, à l'organisation d'activités sportives, de sorties et de voyages, de cours d’enseignements civique et religieux, mais aussi à l'aide et à l'accompagnement des musulmans dans certaines démarches administratives et à la lutte contre « la discrimination et la ségrégation »[110]. Depuis 2008, Monsieur Dahmani est l'imam de la mosquée[62].

Le cimetière musulman de Besançon[modifier | modifier le code]

Le cimetière de Saint-Claude, situé dans le quartier éponyme, recueille depuis la Première Guerre mondiale la dépouille des soldats musulmans morts au combat[14]. Une vingtaine de stèles de style oriental côtoient les autres tombes en croix latine des militaires métropolitains, tombés lors de la Première et de la Seconde Guerre mondiale. À proximité de ces dernières, un espace a été aménagé pour recueillir les tombes des musulmans civils et compte aujourd'hui une cinquantaine de sépultures, dont les plus anciennes remontent aux années 1960.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Aspect culturel et identitaire[modifier | modifier le code]

L'islam est un mode de vie qui s'accompagne parfois en plus de l'aspect cultuel, des us et coutumes parmi lesquels on retrouve la langue, les codes vestimentaires ou encore les arts (et notamment la musique). Bien que ces cultures soient en général un peu oubliées, elles sont encore présentes en France et dans la capitale comtoise. La langue arabe est le dialecte véhiculaire universel de l'islam, et se parle en tant que tel par de nombreux musulmans y compris en France et à Besançon, étant compris et correctement parlés dans 2 % des foyers français[111] bien que le français reste clairement la langue la plus parlée. Cependant il n'est pas rare d'entendre ces langues dans des lieux typiques de certains quartier de la ville, comme dans des boucheries halal ou lors de marchés, notamment dans le quartier de Planoise[111]. À noter également que certains mots arabes et étrangers sont présents dans l'argot français contemporain, notamment parce que les Français d'origine maghrébine sont une composante importante des populations des quartiers populaires[112].

Les habits traditionnels arabos-musulmans sont globalement peu portés, même si la présence de voiles islamiques et costumes traditionnels (essentiellement des hijabs ainsi que des djellabas) est occasionnellement visible, mais principalement portés par la première génération, d'origine maghrébine. L'imam de la mosquée de Planoise, Ahmed Dahmani, déclare à ce propos lors d'un témoignage[54] : « le port du hidjab est prescrit par le Coran ; il est donc en principe obligatoire. Mais ici les femmes portent le voile volontairement ; le foulard, c’est pas être tout en noir, comme ce que je vois à Planoise. » Planoise, qui organise sa propre fête de la musique grâce à des habitants du secteur, propose des musiques de style oriental, kabyle, turc, kosovar ainsi que des musiques du monde montrant la diversité ethnique de la ville et faisant découvrir à ses habitants les musiques traditionnelles pour la plupart de pays musulmans. Cependant rares sont les chanteurs bisontins d'origine étrangère ayant interprété des chansons en d'autres langues que le français (ou l'anglais), la jeune génération préfère généralement le hip-hop.

Paradoxalement, bien que la jeune génération d'origine marocaine et maghrébine soit moins scrupuleuse quant à l'application de la religion et des coutumes de leurs parents[113], ils se considèrent plus comme ressortissants de leurs pays d'origine que de la France et gardent un contact régulier avec le pays d'origine de leur parents[113].

L’opposition à l’« islamisation »[modifier | modifier le code]

Le port de la burqa, objet de débats en France. Ici une femme en Afghanistan.

À Besançon, certains groupes politiques affichent très clairement leur opposition à l’islam, comme le Front national[114], mais aussi le Front comtois, un parti qui s’est notamment distingué par son engagement contre l’immigration et « l’islamisation française » lors des élections régionales françaises de 2010[115],[116]. Le Front comtois a ainsi publié nombre d’affiches avec des slogans tels que « Ni minarets, ni burqas » ou encore « Islam, hors d’Europe »[115]. Il s’est également fait remarquer par certaines de ses actions, comme par exemple lors d’une manifestation à Dole où des membres du parti ont défilé dans les rues revêtus d’un masque de porc afin de troubler le « Cercle de silence » organisé par Réseau éducation sans frontières pour soutenir des clandestins[117]. Le Front comtois rassemblerait aujourd’hui environ une centaine de militants dans la région[117].

La construction de la mosquée Sunna a également provoqué l'indignation de certains, comme on peut le voir sur un site anti-islamique qui s’oppose à la construction de nouvelles mosquées. C'est ainsi qu'une page a été rédigée pour dénoncer la construction de ce lieu de culte, et invite les internautes à prévenir le conseil municipal ainsi que les futurs riverains pour ne pas dire « On ne savait pas... »[118]. Le Front national de Franche-Comté s'émeut également d'un « safari banlieue » organisé par une troupe de théâtre dans le quartier de Montrapon-Fontaine-Écu, lors duquel se seraient tenues des « ventes de burqa ainsi que de fausses agressions »[119]. Ce même parti s'était déjà vivement opposé à la construction d'une nouvelle mosquée à Montbéliard[120], ainsi qu'à Belfort, voyant cette dernière comme « la marque d'une conquête physique de l'Islam », « l'organisation en France de communautés étrangères soumises à la loi islamique [Charia], incompatible avec nos traditions et nos mœurs », ainsi que d'une « mise en place des conditions des conflits ethniques de demain »[121].

Compléments[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Najib Kawtar, Immigration et pratiques religieuses. La question de l'intégration. Les disparités de pratiques religieuses dans les quartiers de Besançon, p. 116.
  • Pierre Chauve (coordination), Jean-Michel Blanchot, Nicole Brocard, Pascal Brunet, Yves Calais, Jean-Marc Debard, Laurence Delobette, Paul Delsalle, Bernage de Vregille, Boris Gauzente, Laurent Lecomte, Corinne Marchel, Danièle Pingué, Philippe Plagnieux, Francis Weill, La vie religieuse à Besançon, du IIe siècle à 2010, 2011, page p. 82.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Journal du 11 août 2010 de France Bleu Besançon, à propos du jeûne du Ramadan en France et à Besançon (consulté le 13 août 2010).
  2. L'islam, seconde religion de France sur La Vie, no 3209, du 1er mars 2007.
  3. Les religions en France sur Alliance magazine (consulté le 11 août 2010).
  4. Mohammed Arkoun, Histoire de l’islam et des musulmans en France du Moyen Âge à nos jours, Albin Michel, p. 14.
  5. Jonathan Laurence et Justin Vaïsse, Intégrer l'Islam p. 33, Odile Jacob, 2007, ISBN 978-2-7381-1900-1.
  6. (en) Suleiman the Magnificent - Merriman, op cit, p. 129.
  7. (en) Tricolor and crescent, France and the Islamic world - William E. Watson p. 13-14.
  8. Moïse Léonard Jamfa Chiadjeu, Comment comprendre la "crise" de l'État postcolonial en Afrique?: un essai d'explication structurelle à partir des cas de l'Angola, du Congo-Brazzaville, du Congo-Kinshasa, du Liberia et du Rwanda, éd. Peter Lang, 2005, p. 106.
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r L'histoire des musulmans de Besançon sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 11 mai 2010).
  10. Jacques Frémeaux, Les colonies dans la Grande Guerre, 14-18 Éditions, 2006, p. 63.
  11. La décision de construire la Grande Mosquée de Paris, première mosquée construite en France métropolitaine, est prise après la Première Guerre mondiale pour rendre hommage aux 36 000 Maghrébins, essentiellement des tirailleurs, tués lors de ce conflit, Maurice Barbier, La laïcité, L'Harmattan, 1995, p. 98.
  12. Jacques Frémeaux, op. cit., p. 202-207.
  13. a et b Les coloniaux dans l’histoire militaire du nord-est de la France (2e partie) sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 31 mai 2010).
  14. a, b, c, d, e et f Le député de Besançon et l’armée indigène en 1915 sur le BVV de novembre 2006 (consulté le 1er mai 2010).
  15. Les coloniaux dans l’histoire militaire du nord-est de la France (3e partie) sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 31 mai 2010.
  16. Les coloniaux dans l’histoire militaire du nord-est de la France (4e partie) sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 31 mai 2010).
  17. a, b, c, d et e L'immigration en France sur Vie-publique.fr (consulté le 22 août 2010).
  18. Alain Boyer, L'islam en France, op. cit., p. 72.
  19. Le manque d'imams en France sur Maghress.com (consulté le 13 août 2010).
  20. Le conseil français du culte musulman sur Portail-Religion.com (consulté le 28 mai 2010).
  21. L'islam en France sur le site du conseil de la communauté marocaine à l'étranger (consulté le 13 août 2010).
  22. a et b Les coloniaux dans l’histoire militaire du nord-est de la France (1re partie) sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 31 mai 2010).
  23. Histoire des soldats coloniaux français sur Histoire-immigration.fr (consulté le 31 mai 2010).
  24. Inventaire détaillé des coloniaux, pour un total de 565 000 mobilisés (dont 97 100 tués ou disparus) :
    • 175 000 Algériens (dont 35 000 tués ou disparus)
    • 40 000 Marocains (dont 12 000 tués ou disparus)
    • 80 000 Tunisiens (dont 21 000 tués ou disparus)
    • 180 000 Africains noirs (dont 25 000 tués ou disparus)
    • 41 000 Malgaches (dont 2 500 tués ou disparus)
    • 49 000 Indochinois (dont 1 600 tués ou disparus)
    Pascal Blanchard et Sandrine Lemaire, Culture coloniale, la France conquise par son Empire (1873-1931), Éditions Autrement, 2002, p. 117.
  25. Le député de Besançon et l’armée indigène en 1915 sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 31 mai 2010).
  26. Inauguration de la plaque commémorative des Chaprais sur le BVV (consulté le 3 juin 2010).
  27. Le cimetière militaire de Rougemont sur Racines-Comtoises.net (consulté le 1er juin 2010).
  28. Les Sentinelles de la Mémoire sur Besac.com (consulté le 22 août 2010).
  29. a, b, c et d « D'où viennent les Bisontins ? », sur l'Express (consulté le 16 août 2010).
  30. a et b Magazine Tribune juive, numéros 91 et 92 - spécial histoire de la communauté Juive de Besançon, 27 mars 1970-2 avril 1970.
  31. Les Suisses et l'horlogerie sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 17 août 2010).
  32. 1919-1939 : l'immigration à Besançon, sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 18 août 2010).
  33. Michèle Tribalat, L’islam en France, op. cit., p. 28.
  34. a, b, c et d Évolution des nationalités des étrangers à Besançon de 1945 à 1974 sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 21 août 2010).
  35. Gérard Noiriel,Immigration, antisémitisme et racisme en France, Fayard, 2007, p. 517
  36. L'article 3 de la loi du 20 septembre 1947 sur le Statut de l'Algérie précisait notamment « Quand les Français musulmans résident en France métropolitaine, ils y jouissent de tous les droits attachés à la qualité de citoyens français et sont donc soumis aux mêmes obligations », Statut organique de l'Algérie Loi n°47-1853 du 20 septembre 1947
  37. a, b, c, d, e et f L'immigration à Besançon de 1945 à 1974 sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 22 août 2010).
  38. C. Fohlen, Histoire de Besançon, t. II, p. 570-571.
  39. a et b L'immigration à Besançon de 1974 à nos jours sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 24 août 2010).
  40. Décret n°76-383 du 29 avril 1976, relatif aux conditions d'entrée et de séjour en France des membres des étrangers autorisés à résider en France.
  41. L'immigration algérienne de Besançon sur le site de l'INA (consulté le 20 mai 2010).
  42. a et b Le ramadan à Besançon sur le site de l'INA (consulté le 20 mai 2010).
  43. Évolution des nationalités des étrangers à Besançon de 1975 à 1999 sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 21 août 2010).
  44. La cité de l'Escale, sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 21 août 2010).
  45. a et b La cité de l'Amitié sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 24 août 2010).
  46. a et b La cité des Acacias (partie 1) sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 23 août 2010).
  47. La destruction du bidonville des Founottes sur le site de l'INA (consulté le 23 août 2010).
  48. Projet de destruction de la cité de l'Escale à Besançon, sur le site de l'INA (consulté le 24 août 2010).
  49. La cité des Acacias (partie 2) sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 23 août 2010).
  50. L'intégration des musulmans de Franche-Comté sur le site de l'INA (consulté le 20 mai 2010).
  51. Site officiel du consulat algérien de Besançon (consulté le 14 août 2010).
  52. a et b « Les Algériens restent majoritaires à Besançon en comparaison des autres populations nord-africaines », sur Migrations.Besançon.fr consulté le 14 août 2010).
  53. La fête du mouton à Besançon sur le site de l'INA (consulté le 20 mai 2010).
  54. a, b et c Les Nord-Africains à Besançon — De la Libération aux années 60, Ville de Besançon, 2007. Témoignage de Ahmed Dahmani, imam de la mosquée de Planoise ; propos recueillis par Colette Bourlier et Alain Gagnieux les 21 septembre et 31 octobre 2006.
  55. a et b Retour sur le groupe islamiste de Besançon sur Ma.Commune.info (consulté le 20 mai 2010).
  56. a, b et c L'affaire des sept islamistes de Besançon sur le site officiel de l'Est Républicain (consulté le 28 mai 2010).
  57. a, b et c Les sept islamistes de Besançon sur l'Alsace.fr (consulté le 28 mai 2010).
  58. a et b Le procès des sept islamistes présumés sur MaCommune.info (consulté le 13 août 2010).
  59. a et b Jugement définitif du groupe islamiste de Besançon, sur MaCommune.info (consulté le 13 août 2010).
  60. L'affaire des islamistes de Besançon sur le journal Le Monde du 16 novembre 2007.
  61. Groupe islamiste de Besançon: un à cinq ans requis, sur MaCommune.info (consulté le 13 août 2010).
  62. a, b et c Inauguration de la mosquée Al-Fath sur le site officiel du journal de la Passerelle (consulté le 10 mai 2010).
  63. a et b La mosquée de Fontaine-Écu sur le site officiel de l'Union des Organisations Islamiques de France (consulté le 11 mai 2010).
  64. Le débat sur le voile intégral sur Courrier-international.com (consulté le 11 août 2010).
  65. Un projet de loi pour interdire le voile intégral en France, sur LePoint.fr (consulté le 11 août 2010).
  66. La place des minarets en France sur LePoint.fr (consulté le 11 août 2010).
  67. L'islam et le débat sur l'identité nationale en France sur Saphirnews.com (consulté le 18 août 2010).
  68. Les kebabs à Besançon sur Kebab-frites.com (consulté le 15 août 2010).
  69. « Pas de Quick halal à Besançon » sur Ma.Commune.info (consulté le 1er septembre 2010).
  70. Radio Sud Besançon sur Schoop.fr (consulté le 13 mai 2010).
  71. « Radio sud, marqueur de la vitalité de la scène algéro-bisontine », sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 14 août 2010).
  72. Zone d'émission de radio Orient sur Radioactu.com (consulté le 13 mai 2010).
  73. Site officiel de Radio Orient (consulté le 15 août 2010).
  74. Débat sur les intervenants extérieurs dans les prisons sur Ceras-projet.org (consulté le 10 août 2010).
  75. (en) En France, les prisons sont pleines de musulmans, sur le site du Washington Post (consulté le 13 août 2010).
  76. L'islam, première religion carcérale en France sur Saphirnews.com (consulté le 13 août 2010).
  77. Le halal ou la laïcité dans les cantines scolaires de Besançon, sur Bivouac-id.com (consulté le 11 août 2010).
  78. Les manifestations pro-palestiniennes en France sur l'Association France Palestine solidarité (consulté le 13 août 2010).
  79. La manifestation pro-palestinienne du 10 janvier 2009 sur MaCommune.info (consulté le 13 août 2010).
  80. Les organisations ayant appelé à cette manifestation sont notamment le Centre Culturel Islamique de Franche-Comté (CCIFC), la CGT, la Fédération syndicale unitaire (FSU), la Ligue des droits de l’homme (LDH), le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP), le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) et le Parti communiste français. Une représentante de l'Union juive française pour la paix a aussi participé à la manifestation. Voir la photocopie d'un article de l'Est républicain du 6 juin 2010 à la page 11 du lien suivant : « GAZA AFPS Besançon », sur Association France-Palestine,‎ 5 mai 2011 (consulté le 26 octobre 2012)
  81. Entre cinq et six millions de musulmans en France, Le Point du 28 juin 2010 (consulté le 15 août 2010).
  82. Cinq à six millions de musulmans en France, Le Figaro du 28 juin 2010 (consulté le 15 août 2010).
  83. Michèle Tribalat, « Le nombre de musulmans en France : qu’en sait-on ? », L’islam en France, p. 29.
  84. En l'absence de chiffres officiels et fiables, des estimations très divergentes du nombre de musulmans en France sont avancées.
  85. Alain Gresh, L'islam, la République et le monde, op. cit., p. 91.
  86. L'immigration marocaine à Besançon et en Franche-Comté sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 14 août 2010).
  87. a, b, c et d L'immigration à Besançon sur le site de l'INSEE (consulté le 16 août 2010).
  88. Note du consulat de Besançon sur les Algériens de la ville (consulté le 10 juin 2010).
  89. a, b, c, d et e L'immigration en Franche-Comté sur le site de l'INSEE (consulté le 16 août 2010).
  90. L'immigration turque en Franche-Comté sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 14 août 2010).
  91. L'immigration kosovare en Franche-Comté sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 14 août 2010).
  92. L'immigration africaine en Franche-Comté sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 15 août 2010).
  93. « La France des convertis », sur l'Express (consulté le 16 août 2010).
  94. Rachid Djebaili sur Dzfoot.com (consulté le 6 juin 2010).
  95. Mohamed Louhkiar sur le site de L'Équipe (consulté le 6 juin 2010).
  96. (en) Khedafi Djelkhir sur Boxrec.com (consulté le 6 juin 2010).
  97. BVV, numéro 340 (novembre 2009), page 29 (consulté le 6 juin 2010).
  98. a, b, c et d La famille Hakkar sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 6 juin 2010).
  99. a, b et c La famille Hakkar sur l'Express (consulté le 6 juin 2010).
  100. Philippe Grenier sur le site de France 3 (consulté le 12 août 2010).
  101. a, b, c, d, e, f, g et h Philippe Grenier sur Racinescomtoises.net (consulté le 12 août 2010).
  102. Philippe Grenier sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 12 août 2010).
  103. Association musulmane et cultuelle de la Mosquée Philippe Grenier sur le site de la ville de Pontarlier (consulté le 12 août 2010).
  104. (en) Biographie d'Éric Geoffroy sur son site officiel (consulté le 5 décembre 2010).
  105. Séance du 28 juin 1993 du Conseil municipal de Besançon sur le site officiel de la ville (consulté le 12 août 2010).
  106. Site de la mosquée Sunna de Besançon (consulté le 11 août 2010).
  107. a, b et c La mosquée Al-Fath sur le bulletin officiel de la commune de Besançon, 16 janvier 2006 (consulté le 12 août 2010).
  108. La mosquée Al-Fath sur le bulletin officiel de la commune de Besançon (consulté le 11 mai 2010).
  109. La sourate Al-Fath sur le site de l'islamophile (consulté le 11 mai 2010).
  110. L'association Al-Fath sur le journal officiel de la Direction de l'information légale et administrative (consulté le 11 mai 2010).
  111. a et b Les langues issues de l'immigrations sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 20 septembre 2010).
  112. « Parler djeunn’s et arabe dialectal » sur Dilap.com (consulté le 20 septembre 2010).
  113. a et b L'immigration marocaine à Besançon sur Migrations.Besançon.fr (consulté le 20 septembre 2010.
  114. La position du front national et les communiqués sur la question de l’islam sur le site officiel du parti (consulté le 12 août 2010).
  115. a et b Site officiel du Front comtois (consulté le 12 août 2010).
  116. Le front comtois sur LePost.fr (consulté le 12 août 2010).
  117. a et b Le Front comtois sur le journal Le Progrès du 4 avril 2009 (consulté le 21 mars 2010).
  118. Non aux grandes mosquées de Besançon, sur Coranix.org (consulté le 12 août 2010).
  119. Communiqué du FN de Franche-Comté sur le « Safari Banlieue » de Montrapon-Fontaine-Écu (consulté le 12 août 2010).
  120. Communiqué du FN de Franche-Comté sur la construction d'une nouvelle mosquée à Montbéliard (consulté le 12 août 2010).
  121. Communiqué du FN de Franche-Comté sur la construction d'une nouvelle mosquée à Belfort (consulté le 12 août 2010).
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 24 septembre 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.