Isidor Philipp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Philipp.

Isidor Philipp

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Isidor Philipp vers 1909

Naissance 2 septembre 1863
Budapest, Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Décès 20 février 1958 (à 94 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale pianiste, pédagogue
Activités annexes compositeur
Lieux d'activité France, États-Unis
Années d'activité de 1890 à 1955
Éditeurs Durand, Janin et Fils, Leduc, Heugel, Salabert, Eschig
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Georges Mathias (piano), Théodore Ritter, Camille Saint-Saëns, Stephen Heller
Enseignement Conservatoire de Paris; Conservatoire de Fontainebleau
Élèves Jean Françaix, Albert Schweitzer, Nikita Magalov, Rolande Falcinelli

Isidor (ou Isidore) Philipp (Budapest, 2 septembre 1863 - Paris, 20 février 1958) était un pianiste, pédagogue et compositeur français d'origine hongroise.

Il est moins connu aujourd'hui pour ses activités de compositeur que pour ses publications d'ouvrages sur la technique pianistique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Isidor Philipp arrive à Paris dans son enfance. Il entre au Conservatoire et étudie le piano avec Georges Mathias et obtient un 1er Prix en 1883. Il travaille ensuite avec Théodore Ritter, Camille Saint-Saëns et Stephen Heller. En 1890, il fonde une association de musique de chambre avec Loeb et Berthelier, et se produit en concert avec succès. En 1896, il réorganisa la Société des Instruments à vent de Paris. Puis il est professeur de piano au Conservatoire de Paris de 1903 à 1934. Il enseignera aussi au Conservatoire Américain de Fontainebleau, où il aura Robert Casadesus comme assistant.

Parti aux États-Unis en 1941, il enseigna à New York ainsi qu'à L'Alliance Française de Louiseville (Québec). En Amérique, il se produisit comme pianiste tout en poursuivant sa carrière universitaire. Il donna son dernier concert le 20 mars 1955 à l'âge de quatre-vingt-onze ans dans la sonate pour violon et piano de César Franck. En plus d'un brillant pianiste, Philipp est l'auteur de nombreux ouvrages didactiques de valeur.

Les Archives Isidor Philipp ont été déposées en 1977 à l'Université de Louiseville par l'American Liszt Society. Elles rassemblent ses compositions pour le piano, ses exercices et études, ses éditions des œuvres de Franz Liszt, ainsi que des exercices, études et travaux sur d'autres compositeurs, des enregistrements, sa correspondance, des photographies, etc.

Isidor Philipp compte beaucoup de pianistes, chefs d'orchestres et compositeurs célèbres hier et aujourd'hui parmi ses élèves. Citons, entre autres, Maurice Dumesnil, Aaron Copland, Wilfrid Pelletier, le Prix Nobel Albert Schweitzer, Alexandre Tcherepnine, André Lavagne, Germaine Thyssens-Valentin et Jean Françaix.

Publications[modifier | modifier le code]

Philipp a publié un certain nombre d'études techniques pour le piano, parmi lesquelles :

  • École du mécanisme (Lyon, Janin et Fils, 1900)
  • Exercices de tenue (Paris, Heugel, 1904)
  • Gradus ad Parnassum (10 fascicules, Paris, Leduc, 1911-1914)
  • Petit Gradus ad Parnassum (Leduc, 1913-1914)
  • Technique journalière du pianiste (Heugel, 1929)
  • Exercices pour l'enseignement moderne du piano (Paris, Salabert, 1933)
  • Nouveaux exercices préparatoires pour l'enseignement supérieur du piano (Paris, Eschig, 1937)
  • Exercices sur les touches noires (Eschig, 1942)

Ses compositions[modifier | modifier le code]

  • Rêverie mélancolique
  • Sérénade humoristique
  • Concertino pour 3 pianos
  • Suite pour 2 pianos

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Marc Honegger, Dictionnaire de la musique - Les Hommes et leurs Œuvres, Paris, Bordas, 1986.