Isabelle de Croÿ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'archiduchesse Isabelle vers 1907.

Nathalie Isabelle Hedwige Françoise de Croÿ, princesse de Croÿ puis, par son mariage, archiduchesse d’Autriche et duchesse de Teschen, est née à Dülmen, en Westphalie, le 27 février 1856, et est décédée à Budapest, en Hongrie, le 5 septembre 1931. C’est un membre de la famille impériale austro-hongroise et une photographe.

Famille[modifier | modifier le code]

Issue de la branche westphalienne de la Maison de Croÿ, la princesse Isabelle est la fille du prince Rodolphe de Croÿ (1823-1902) et de sa première épouse la princesse Nathalie de Ligne (1835-1863).

Le 8 octobre 1878, la princesse Isabelle épouse, au château de l'Hermitage de Condé-sur-l'Escaut, en France, l’archiduc Frédéric d'Autriche (1856-1936), prince de Teschen, lui-même fils de l’archiduc Charles-Ferdinand d’Autriche (1818-1874) et de son épouse l’archiduchesse Élisabeth d’Autriche (1831-1903).

De ce mariage naissent neuf enfants :

Biographie[modifier | modifier le code]

Un mariage prestigieux[modifier | modifier le code]

Sur cette photo, l'archiduc Frédéric et son épouse Isabelle (debout, au deuxième plan) sont accompagnés des archiduchesse Élisabeth (à droite) et Marie-Christine d'Autriche (à gauche) et de la princesse Marie-Thérèse de Modène (au milieu), respectivement mère, sœur et demi-sœur de Frédéric.

Issue de la Maison de Croÿ, médiatisée au début du XIXe siècle, la princesse Isabelle conclut, en 1878, un mariage prestigieux avec l’archiduc Frédéric d’Autriche-Teschen, membre d’une branche cadette de la Maison de Habsbourg-Lorraine.

En 1895, l’archiduc Albert d’Autriche, oncle de Frédéric et chef de la branche de Teschen, trouve la mort et l’archiduc Frédéric et son épouse héritent de la majeure partie de son immense fortune : d’importantes propriétés situées à Ungarisch-Altenburg et Presbourg (en Hongrie), à Belleje et Saybusch (en Silésie), à Seelowitz et Friedeck-Freiberg (en Bohème-Moravie) et à Vienne, avec l’Albrechtspalais et ses superbes collections d’art.

Une princesse engagée[modifier | modifier le code]

Femme de goût et d’esprit, la princesse Isabelle soutient son époux dans la gestion de ses domaines. Mère d’une famille nombreuse, elle élève avec soin son fils et ses filles, avec l’espoir qu’ils réaliseront de brillantes alliances matrimoniales, une fois devenus adultes. Comme toutes les aristocrates de son époque, la princesse soutient nombre d’œuvres de bienfaisance. Elle soutient ainsi le développement économique et social de la Hongrie en y appuyant l’artisanat traditionnel (broderie, crochet) ainsi que l’éducation des enfants et des femmes.

Passionnée par la langue et la culture tsiganes (comme son cousin, l’archiduc Joseph), Isabelle est également une joueuse de tennis reconnue et une photographe talentueuse, dont nombre de clichés ont été exposés et publiés (en 1904 et 1905, notamment). Certaines de ses œuvres possèdent d’ailleurs aujourd’hui un intérêt ethnographique certain.

Un projet matrimonial qui s’effondre[modifier | modifier le code]

En 1898, l’archiduc François-Ferdinand d'Autriche, neveu et héritier de l’empereur François-Joseph, passe plusieurs semaines chez l’archiduchesse et son époux, à Halbturn. Désireuse de faire entrer ses enfants dans les meilleures familles, Isabelle nourrit l’espoir que l’héritier du trône s’éprenne de l’une de ses filles.

Cependant, l’archiduchesse découvre un jour avec stupéfaction que François-Ferdinand porte sur lui un médaillon qui contient la photo de l’une de ses demoiselles d’honneur, Sophie Chotek, au lieu du portrait de l’une de ses filles. Scandalisée par ce qu’elle considère comme une relation inégale, l’archiduchesse devient alors l’ennemie jurée du jeune couple et tente par tous les moyens de rendre impossible leur union.

Après cet événement, Isabelle conserve une haine profonde pour les mariages morganatiques. Elle tente ainsi sans succès d’empêcher son propre neveu, le prince Charles de Croÿ, d’épouser, en 1913, la roturière américaine Nancy Leishman.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1914, l’archiduc Frédéric décide de se retirer de l’Armée, suite aux demandes de son épouse qui refuse de le voir passer un jour sous les ordres de François-Ferdinand. Mais, lorsque l’héritier du trône et son épouse sont assassinés à Sarajevo le 28 juin, Isabelle persuade son époux de rester temporairement à son poste.

Pendant plusieurs années, Frédéric sert l’Autriche-Hongrie contre les forces de l’Entente. Cependant, lorsque l’empereur Charles Ier succède à François-Joseph Ier sur le trône en 1916, celui-ci décide de démettre son oncle de ses fonctions et de le remplacer. Toujours aussi ambitieuse, Isabelle prend le geste du nouvel empereur pour une insulte personnelle. Elle est par ailleurs choquée que le souverain ne soit pas plus proche de son gendre et de sa fille, pourtant frère et belle-sœur de l’impératrice Zita.

Après l’Empire[modifier | modifier le code]

Le 1er décembre 1918, l’archiduc Frédéric prend définitivement sa retraite de l’Armée. Peu de temps après, l’Autriche-Hongrie s’effondre et les gouvernements des États qui succèdent à l’Empire exproprient largement les biens de l’ancienne dynastie. La branche de Teschen perd ainsi de nombreuses propriétés nationalisées par la toute nouvelle Tchécoslovaquie.

Malgré les difficultés, Isabelle cherche à profiter de l’éclatement de l’Empire des Habsbourg pour mettre en avant sa progéniture. Après l’échec de la restauration de Charles Ier et de son épouse à Budapest, l’archiduchesse cherche à placer son fils Albert sur le trône royal de Hongrie. Le projet est un échec, mais l’archiduc conserve, dans le pays, une forte popularité durant toute la régence de Horthy.

Décès et inhumation[modifier | modifier le code]

L’archiduchesse trouve la mort dans un sanatorium de Budapest le 5 septembre 1931, à l’âge de 75 ans. Son corps est enterré dans la crypte de l’Église Matthias de Budapest.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) V. Heiszler, M. Szakacs et K. Voros, Photo Habsburg: The Private Life of an Archduke, Corvina, 1989 (ISBN 056909190X)

(les photos de cet ouvrage ont toutes été prises par l'archiduchesse Isabelle)


(hu) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en hongrois intitulé « Isabella von Croÿ-Dülmen » (voir la liste des auteurs)