Isabelle d'Orléans (1900-1983)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Isabelle d'Orléans.
Isabelle d'Orléans, comtesse d'Harcourt.

Isabelle d’Orléans — de son nom de naissance, Isabelle Françoise Hélène Marie d’Orléans —, comtesse d’Harcourt puis princesse Murat, est née le 27 novembre 1900 à Paris (dans le VIIIe arrondissement) et est décédée le 12 février 1983, à Louveciennes (Yvelines). C’est une princesse de la maison capétienne d’Orléans.

Famille[modifier | modifier le code]

Isabelle d'Orléans est la fille aînée de Jean d'Orléans, « duc de Guise » et prétendant orléaniste au trône de France sous le nom de « Jean III », et de son épouse et cousine, Isabelle d'Orléans (1878-1961).

Isabelle d'Orléans est également la sœur d'un autre prétendant français, Henri d'Orléans (1908-1999), « comte de Paris » (le « Henri VI » des orléanistes).

Le 12 septembre 1923, Isabelle d'Orléans épouse en premières noces, à Le Chesnay, le comte Bruno d'Harcourt (1899-1930), fils du comte Eugène d'Harcourt et de sa femme Armande de Pierre de Bernis. Le comte est un coureur automobile réputé mais également un amateur de belles femmes qui entretient une relation avec la championne de Formule 1 Hellé Nice.

Le couple a quatre enfants :

  • le comte Bernard d’Harcourt (1925-1958), comte d’Harcourt, qui épouse, en 1948, Zénaïde Rachewska (1930) puis, en 1951, Yvonne de Contades (1928). D'où deux enfants du second mariage: Bruno (1951) et François (1953) qui épouse Colombe Anouilh, fille de Jean Anouilh et Nicole Anouilh, d'où deux filles.
  • Gilone d’Harcourt (1927), qui épouse le comte Antoine de Dreux-Brézé (1928-2013). D'où cinq filles.
  • Isabelle d’Harcourt (1927-1993), qui épouse, en 1948, le prince Louis Murat (1920-2004[1]), petit-fils du 5è prince Murat et cousin de son beau-père. D'où six enfants.

Devenue veuve, Isabelle d'Orléans épouse le 12 juillet 1934, à Jouy-en-Josas, le prince Pierre Murat (1900-1948), fils du prince Eugène Joachim Murat (1875-1906) et de son épouse Violette Ney d'Elchingen (1878-1936) et petit-fils de Louis Napoléon Murat.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le comte Bruno d'Harcourt dans sa Bugatti peu de temps avant sa mort, en 1930.

Isabelle d'Orléans passe son enfance aux côtés de sa famille en France, au Maroc et en Belgique.

Âgée de presque 23 ans, la princesse Isabelle d'Orléans épouse le comte Bruno d'Harcourt. Pour elle, cette union n'est guère prestigieuse : certes son époux est issu de l'une des plus grandes familles de l'aristocratie française mais il n'en est pas pour autant membre d'une Maison souveraine. Il est par ailleurs volage et le charme que lui donne sa qualité de coureur automobile lui donne l'occasion de nombreuses conquêtes. Bruno d'Harcourt entretient ainsi une liaison avec la séduisante Hellè Nice, elle-même adepte de courses de voitures.

Le 19 avril 1930, le comte Bruno décède à Casablanca après avoir eu un accident à Anfa pendant qu'il s'entraînait avec sa Bugatti pour participer au Grand Prix du Maroc. Devenue veuve, la princesse Isabelle se remarie quelques années après et termine son existence auprès de ses enfants.

Isabelle d'Orléans repose au cimetière Montparnasse.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel de Grèce, Mémoires insolites, Xo, Paris, 2004 (ISBN 2845631863).
  • Isabelle d'Orléans, comtesse de Paris, Tout m'est bonheur (souvenirs), Éditions Robert Laffont, coll. « Vécu », Paris, 1978. (ISBN 2-221-00107-9).
  • Isabelle d'Orléans, comtesse de Paris, Les Chemins creux (souvenirs, suite de Tout m'est bonheur), Éditions Robert Laffont, coll. « Vécu », Paris, 1981. (ISBN 2-221-00817-0).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]