Musée Isabella Stewart Gardner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

42° 20′ 19″ N 71° 05′ 56″ O / 42.3386, -71.0989

L'Isabella Stewart Gardner Museum est un musée de Boston, Massachusetts, consacré à l'art européen et américain, fondé en 1903 par Isabella Stewart Gardner (1840–1924).

Historique[modifier | modifier le code]

Collections[modifier | modifier le code]

Sandro Botticelli, La Tragédie de Lucrèce (1496–1504).

Isabella Stewart Gardner a su rassembler et présenter une collection de plus de 2500 objets – peintures, sculptures, meubles, étoffes, éléments architecturaux, dessins, argenterie, céramique, manuscrits enluminés, livres rares, photographies, lettres – depuis la Rome antique, l'Europe médiévale, la Renaissance italienne, l'Asie, le monde islamique, jusqu'au XIXe siècle en France et en Amérique. Parmi les artistes représentés dans les galeries, on compte Titien, Rembrandt, Michel-Ange, Raphaël, Botticelli, Manet, Degas, Whistler et Sargent. Le premier Matisse entré dans une collection américaine est abrité dans la Chambre jaune.

Parmi les œuvres les plus célèbres de la collection figurent L'Enlèvement d'Europe de Titien, El Jaleo et le Portrait d'Isabella Stewart Gardner de John Singer Sargent, La Mort et l'Assomption de la Vierge de Fra Angelico, un Autoportrait de Rembrandt à 23 ans, Bindo Altoviti de Cellini, et l'Hercule de Piero della Francesca.

Les archives détiennent plus de 7 000 lettres d'un millier de correspondants, parmi lesquels Henry Adams, T.S. Eliot, Sarah Bernhardt et Oliver Wendell Holmes, en plus des albums de voyages, reçus de marchands d'art et livres d'or des visiteurs.

Les galeries contiennent aussi, bien que peu connue, une vaste collection de livres d'Isabella Stewart Gardner, comprenant des manuscrits et premières éditions imprimées de Dante, des œuvres du miniaturiste Jean Bourdichon, des incunables et des manuscrits enluminés.

Vol de tableaux en 1990[modifier | modifier le code]

Annonce du vol par la direction du musée.

Dans les premières heures de la matinée du 18 mars 1990, alors que la ville était tout entière aux célébrations de la Saint-Patrick, deux voleurs déguisés en policiers de Boston ont pénétré dans le musée et dérobé treize œuvres d'art.

La valeur totale des pièces volées a été estimée à 500 millions de dollars, ce qui en fait le vol le plus important de biens privés de l'histoire des États-Unis. Des cadres vides ont été accrochés dans la galerie de peinture néerlandaise en lieu et place des œuvres disparues, dans l'espoir de leur retour. Le choix des œuvres volées a laissé perplexes les experts, parce que beaucoup d'entre elles n'étaient pas parmi les plus précieuses présentes dans le musée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]