Isabel Allende

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Allende.
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec la femme politique Isabel Allende Bussi.

Isabel Allende

Description de cette image, également commentée ci-après

Isabel Allende à Barcelone, le 23 avril 2008 à l'occasion de la présentation de son livre "La suma de los días"

Activités romancière
Naissance 2 août 1942 (72 ans)
Lima (Pérou)
Mouvement Réalisme magique
Genres roman, nouvelle, littérature d'enfance et de jeunesse
Distinctions Prix National de la Littérature Chilienne

Isabel Allende (née le 2 août 1942 à Lima, au Pérou) est une écrivaine chilienne d'expression espagnole.

Biographie[modifier | modifier le code]

Isabel Allende, de nationalité chilienne, est née à Lima au Pérou, où son père, Tomás Allende, cousin de Salvador Allende, était diplomate. En 1945, ses parents se séparent et sa mère retourne vivre au Chili avec ses trois enfants.

De 1953 à 1958, la famille réside successivement en Bolivie et au Liban (Beyrouth). En Bolivie, Isabel Allende fréquente une école privée américaine et à Beyrouth une école privée anglaise. En 1958, elle retourne au Chili, où elle achève ses études secondaires. Elle rencontre alors son futur mari, Miguel Frías.

De 1959 à 1965, elle travaille pour la FAO (Food and Agriculture Organization) des Nations unies, à Santiago. En 1962, elle épouse Miguel Frías. L'année suivante naît sa fille Paula.

Les années 1964-1965 sont occupées par un long séjour en Europe. Elle réside notamment à Bruxelles et en Suisse. Elle retourne en 1966 au Chili, où naît son fils Nicolás.

À partir de 1967, elle fait partie de la rédaction de la revue Paula. En 1973-1974, elle collabore à la revue pour enfants Mampato. Elle publie deux contes pour enfants, La abuela Panchita (Grand-mère Panchita) et Lauchas y lauchones (Petites et grosses souris), ainsi qu'un recueil d'articles, Civilice a su troglodita (Civilisez votre troglodyte). Elle anime des émissions à la télévision chilienne (chaînes 13 et 7).

En 1973, sa pièce de théâtre El embajador (L'ambassadeur) est représentée à Santiago. Le coup d'État du 11 septembre de la même année, mené par le général Pinochet, cause la mort de son oncle Salvador Allende, président élu du Chili[1]. Cela rend la position d'Isabel Allende difficile ; en 1975 elle s'installe avec sa famille au Venezuela. Elle y restera treize ans. Elle travaille au journal El Nacional de Caracas, puis dans une école secondaire jusqu'en 1982.

En 1981, en apprenant que son grand-père, âgé de 99 ans, est en train de mourir, elle commence à lui écrire une lettre, qui deviendra le manuscrit de La Maison aux esprits (La casa de los espíritus), son premier roman. Publié l'année suivante, il connaîtra un immense succès et sera plus tard adapté au cinéma par Bille August.

Séparée de son mari, elle épouse en secondes noces Willie Gordon, le 7 juillet 1988, à San Francisco. Elle réside depuis cette date à San Rafael, en Californie. Sa fille Paula meurt le 6 décembre 1992, après avoir été dans le coma durant toute une année, des suites de la porphyrie. Au cours des heures interminables passées dans les couloirs de Madrid puis à son chevet en Californie, cette douloureuse épreuve lui inspire Paula, paru en 1994.

Isabel Allende est la cousine de la femme politique chilienne Isabel Allende Bussi.

Style et thèmes[modifier | modifier le code]

Quand Isabel Allende écrit, elle élabore un contexte en choisissant le lieu et l'époque, et à partir de là, les personnages et l'intrigue viennent d'eux-même. L'humour est partie intégrante de ses œuvres. Avec l'écriture de La ciudad de las bestias, elle s'adresse à un public plus jeune qu'à l'accoutumée. Son œuvre est classée dans le mouvement littéraire Post Boom, qui se caractérise par un retour au réalisme et une écriture plus simple (en opposition à la méta-littérature).

Critiques[modifier | modifier le code]

Malgré un succès populaire retentissant, certains critiques ou écrivains considèrent sa littérature comme commerciale ; d'autres l'accusent de copier Gabriel García Márquez.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Trilogie involontaire[modifier | modifier le code]

Autres romans[modifier | modifier le code]

  • D'amour et d'ombre (De amor y de sombra), 1984
  • Eva Luna, 1987
  • Le Plan infini (El plan infinito), 1991
  • Aphrodite, Contes recettes et autres aphrodisiaques, 1997
  • Zorro (El Zorro: Comienza la leyenda), 2005.
En France, cette version de Zorro a été adaptée en comédie musicale aux Folies Bergère
  • Inés de mon âme (Inés del alma mía), 2006
  • L'Île sous la mer (La isla bajo el mar), 2009
  • Le Cahier de Maya (El cuaderno de Maya), 2011
  • El juego de Ripper, 2014 (roman policier)

Autobiographies romancées et Mémoires[modifier | modifier le code]

  • Paula (roman / autobiographie), 1994
  • Afrodita (roman / autobiographie), 1997
  • Mon pays réinventé (Mi país inventado) (mémoires), 2003
  • La Somme de jours (La suma de los días) (roman / autobiographie), 2007

Ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse[modifier | modifier le code]

Recueil de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Les Contes d'Eva Luna (Cuentos de Eva Luna), 1989

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • L'Ambassadeur (El embajador) , 1972
  • La Ballade de la classe moyenne (La balada del medio pelo), 1973
  • Yo soy la Tránsito Soto, 1973
  • La Maison aux sept miroirs (La casa de los siete espejos), 1975

Autre publication[modifier | modifier le code]

  • Amor, 2013

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

Entre autres : Meilleure nouvelle de l'année, Chili 1983 ; Auteur de l'année, Allemagne 1984 ; Livre de l'année, Allemagne 1984 ; Meilleur roman, Mexique 1985 ; Auteur de l'année, Allemagne 1986 ; Meilleure roman étranger, Portugal 1987 ; Livre de l'année, Suisse 1987 ; "Library Journal's Best Book", États-Unis 1988 [réf. souhaitée]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La thèse officielle chilienne concernant la mort de Salvador Allende est celle d'un suicide à la fin du coup d'État de Pinochet. Cependant, plusieurs parutions comprenant la déclassification de documents appartenant à la CIA ; le rapport du Sénat Américain [Alleged Assassination Plots Involving Foreign Leaders: An Interim Report of the Select Committee to Study Governmental Operations. 1975 puis 2001. ISBN 158963182X] où est décrite une instruction de la CIA d’envisager un assassinat de Salvador Allende maquillé en suicide ; ainsi que la parution du livre de Jonathan Haslam [The Nixon Administration and the Death of Allende's Chile: A Case of Assisted Suicide. Editions Verso. 2005. ISBN 1844670309] tendent à infirmer la version du suicide au profit de celle d'un assassinat.

Liens externes[modifier | modifier le code]