Isaac Comnène (fils d'Alexis Ier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Isaac Comnène.

Isaac Comnène (en grec : Ἰσαάκιος Κομνηνός) (16 janvier 1093 - après 1152) est le troisième fils de l'empereur byzantin Alexis Ier Comnène et de l'impératrice Irène Doukas.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mosaïque représentant Isaac dans l'église de Saint-Sauveur-in-Chora.

Il est le frère de l'empereur Jean II Comnène et de l'historienne Anne Comnène. Isaac obtient la dignité de césar de la part de son père[1].

Lors de la montée sur le trône de Jean II en 1118, Isaac supporte son frère aîné contre les intrigues de l'impératrice mère Irène et de leur sœur Anne. Jean II élève Isaac au rang de sébastocrator qui devient presque l'égal de l'empereur[2]. À la différence de son frère principalement engagé dans les guerres tout au long de son règne, Isaac est aussi un érudit et un mécène[3]. Il est connu pour avoir composé et compilé de la poésie et est parfois identifié comme l'auteur se dénommant « Isaac Comnène le Porphyrogénète » qui compose trois traités philosophiques basés sur Proclos et deux travaux de commentaires sur Homère.

Toutefois, vers 1130 (et peut-être dès 1122), les relations entre Jean et Isaac se tendent. Isaac est alors contraint de quitter Constantinople avec ses fils durant six ans car il est accusé de conspiration. Isaac trouve refuge à la cour de l'émir danichmendide Gumuchtegin. Dans le même temps, il entreprend aussi un pèlerinage en Terre Sainte. Lors de son exil, Isaac cherche à créer une alliance avec d'autres dirigeants contre son frère incluant le sultanat de Roum, le prince indépendant de Trébizonde Constantin Gabras, les Arméniens du royaume de Cilicie et le royaume de Jérusalem. Cependant, la coalition ne se matérialise pas et Isaac est forcé de se réconcilier avec son frère en 1136[4]. Dès 1139, Jean, l'aîné des fils d'Isaac fait défection et rejoint les Turcs. À cette date ou peut-être un peu plus tard, Isaac est de nouveau banni de façon préventive à Héraclée du Pont[2].

Peu avant la mort sa mort en 1143, Jean II a désigné son quatrième et plus jeune fils Manuel comme son successeur. Toutefois, l'accession au trône de Manuel n'est pas assuré et il doit lutter pour y parvenir[5]. Isaac Comnène (le frère de Jean) donne son soutien à Isaac, le fils de Jean II. Malgré tout, Manuel parvient à s'emparer du trône. En dépit de son échec, Isaac tente en 1145-1146 selon Jean Cinnamus de profiter des difficultés de Manuel pour s'emparer du trône impérial[2],[4].

Après 1050, Manuel force son oncle à se retirer des affaires publiques et en 1151-1152, Isaac fonde le monastère cénobite de Kosmosoteira (« Le sauveur du Monde ») à Phéres. Le monastère est construit pour être sa résidence. Au sein du monastère, Isaac écrit un typikon sur lui-même. Isaac est aussi représenté dans l'église de Saint-Sauveur-in-Chora à Constantinople qui est entièrement reconstruite. Cette église est aussi l'endroit où se trouve la tombe d'Isaac avant qu'elle ne soit transférée dans le monastère de Kosmosoteira[6].

Famille[modifier | modifier le code]

Isaac Comnène est marié avec Irène, fille de Volodar de Galicie . D'autres auteurs l'ont identifiée à Cata de Géorgie, la fille de David IV de Géorgie et de Roussoudan d'Arménie. Il a quatre enfants[7] :

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Alexander Kazhdan, Oxford Dictionary of Byzantium, Oxford University Press,‎ 1991 (ISBN 978-0-19-504652-6)
  • (en) Paul Magdalino, The Empire of Manuel I Komnenos, 1143-1180, Cambridge University Press,‎ 2002 (ISBN 0521526531)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kazhdan 1991, p. 1145-1146
  2. a, b et c Kazhdan 1991, p. 1146
  3. Magdalino 2002, p. 191
  4. a et b Magdalino 2002, p. 193
  5. Magdalino 2002, p. 41-42 et 195
  6. Kazhdan 1991, p. 282, 428 et 1146
  7. Kazhdan 1991, p. 1145