Irwin Stone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Irwin Stone (1907 - 1984) était un biochimiste et ingénieur chimiste. En 1934, il commence à travailler sur les propriétés anti-oxydantes des ascorbates, suite aux travaux de Albert Szent-Györgyi. Il les utilise pour conserver la nourriture en limitant les effets de l'exposition à l'air et de l'oxydation. À la fin des années 1930, il dépose ses premiers brevets sur l'utilisation industrielle de l'acide ascorbique.

Stone continue de travailler sur l'acide ascorbique et porte son attention sur le scorbut. À la fin des années 1950, il avance que le scorbut ne serait pas un problème diététique, mais un problème mal compris par les nutritionnistes. D'après lui, les ascorbates ne seraient pas une vitamine, nécessaires en quantités infinitésimales, mais un composé nécessaire en quantités importantes. Il publie alors plusieurs articles entre 1965 et 1967 dans lesquels il décrit le besoin humain d'ascorbates comme résultant d'une anomalie génétique qu'il baptise hypoascorbemia.

Stone fait face à des difficultés importantes pour être publié. Néanmoins, après avoir pris sa retraite de son poste d'ingénieur chimiste au sein de Wallerstein company en 1971, il continue à travailler à plein temps sur les ascorbates. Il publie de nombreux articles et un livre The Healing Factor: "Vitamin C" Against Disease en 1972, préfacé par les deux prix Nobel Linus Pauling et Albert Szent-Györgyi.

Durant ces années, Irwin Stone amène Linus Pauling à s'intéresser à la vitamine C et contribue en cela à l'émergence de la médecine orthomoléculaire.

Hypothèse de l'hypoascorbémie : l'Homo sapiens ascorbicus[modifier | modifier le code]

L'hypoascorbémie est le nom qu'Irwin Stone a donné à une affection évoquée dans un de ses travaux formulés à la fin des années 1950, relative à ses recherches au sujet de l'acide ascorbique[1] .

Cette déficience empêche la synthèse de l'enzyme L-gulonolactone oxydase. Cette enzyme intervient dans la dernière étape d'une chaîne de réactions permettant de convertir le glucose en acide ascorbique. Cette mutation génétique serait intervenue, selon les plus récentes estimations, il y a environ plus de 60 millions d'années[réf. nécessaire].

En traitement de cette affection, Irwin Stone, cofondateur de la médecine orthomoléculaire, propose de prendre des quantités de vitamine C plus grandes que ce qui est nécessaire pour prévenir le scorbut (et les apports journaliers recommandés, qui visaient alors principalement la prévention de cette maladie) : il s'agit de pallier cette synthèse déficiente. L'être humain qui corrige par des moyens alimentaires cette déficience enzymatique est appelé par Stone l'Homo sapiens ascorbicus[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Irwin Stone, The Healing Factor: "Vitamin C" Against Disease, Ed Putnam Pub Group 1974, ISBN 0-448-11693-6. livre consultable en ligne
  • Stone I. The natural history of ascorbic acid in the evolution of the mammals and primates and its significance for present-day man. Journal Orthomolecular Psychiatry 1:Nos 2 & 3:82-89, 1972.
  • Stone I. Humans, the mammalian mutants. American Laboratory 6:No 4: 32-39, 1974.
  • Stone I. The Healing Factor. “Vitamin C” Against Disease. Grosset & Dunlap, New York, 1972.
  • Stone I. Eight decades of scurvy. The case history of a misleading dietary hypothesis. J Orthomolecular Psychiatry, In press, 1979.
  • Stone I. The CSS Syndrome, a medical paradox. Northwest Academy Preventive Medicine Journal 1:No 1:24-28, 1977.
  • Stone I. On the genetic etiology of scurvy. Acta Geneticae Medicae et Gemellologiae 15:345-350, 1966.
  • Stone I. The genetic disease, hypoascorbemia. A fresh approach to an ancient disease and some of its medical implications. Acta Geneticae Medicae et Gemellologiae 16:52-62, 1967.
  • Belfield WO, Stone I. Megascorbic prophylaxis and megascorbic therapy: a new orthomolecular modality in veterinary medicine. Journal International Academy Preventive Medicine 2:No 3:10-26, 1975.
  • Stone I. Sudden death. A look back from ascorbate’s 50th anniversary. Journal International Academy Preventive Medicine In Press, 1979.
  • Stone I. Reference 3, Chapter 18, Aging.
  • Stone I. Reference 3, Chapters 12, The Common Cold and 13, The Viral Diseases.
  • Stone, I. Reference 3, pages 73-74, 1972.
  • Stone I. Megadoses of vitamin C Nutrition Today 10:No 3:35, 1975.
  • Stone I. Reference 3, Chapter 15, Cancer.
  • Stone I. The importance of fully correcting the genetic liver-enzyme disease, hypoascorbemia, in preventive medicine. In vol 2 New Dynamics Of Preventive Medicine, Leon R. Pomeroy, Editor. Stratton Intercontinental Medical Book Corp, New York & London, pages 19-29, 1974.
  • Stone I. Cancer therapy in the light of the natural history of ascorbic acid. Journal International Academy Metabology 3:No 1:56-61, 1974.
  • Stone I. The genetics of scurvy and the cancer problem. Journal Orthomolecular Psychiatry 5:No 3:183-190, 1976.
  • Stone I. Megascorbic therapy of the disease called “leukemia”. Cancer Control Journal 2:No 1:1-4, 1974.
  • Cameron E, Pauling L. Vitamin C and cancer. International Journal Environmental Studies, 10:303-305, 1977.
  • Stone I. Reference 3, Chapter 16, The Heart, Vascular System and Strokes.
  • Libby PS, Stone I. The Hypoascorbemia-Kwashiorkor approach to drug addiction therapy: a pilot study. Journal Orthomolecular Psychiatry 6:No 4:300-308, 1977.
  • Stone I. Reference 3, Chapter 18, Aging.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. A History of Medicine par Lois N. Magner, (1992) CRC Press. Page 238.
  2. I. Stone, « Homo sapiens ascorbicus, a biochemically corrected robust human mutant. », Med Hypotheses, vol. 5, no 6,‎ juin 1979, p. 711-21 (PMID 491997, lire en ligne)