Irma la douce (film, 1963)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Irma la douce (1963))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Irma la douce.

Irma la douce

Titre original Irma la Douce
Réalisation Billy Wilder
Scénario Billy Wilder et I.A.L. Diamond
d'après la comédie musicale éponyme d'Alexandre Breffort
Acteurs principaux
Sociétés de production Mirisch Corporation
Phalanx Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie romantique
Sortie 1963
Durée 147 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Irma la douce est un film américain réalisé par Billy Wilder et sorti en 1963.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Paris, Nestor Patou, un agent de police naïf, vient d'être affecté dans le quartier des Halles. Il est étonné par la présence matinale de nombreuses femmes qui déambulent dans la rue Casanova[1]. Il interroge une mignonne brune aux bas verts qui prétend promener son chien. En la voyant entrer avec un homme dans l'hôtel Casanova devant lequel elle stationnait, il comprend qu'elle et les autres filles sont des prostituées. Il alerte son commissariat pour qu'une descente soit effectuée dans l'hôtel. Son chef, qui se trouvait parmi les clients appréhendés, est furieux, et Nestor est renvoyé de la police. Le nouveau chômeur, de passage rue Casanova, rencontre de nouveau la fille aux bas verts dite « Irma la douce ». Mais le costaud Hippolyte, souteneur de celle-ci, voyant son gagne-pain perdre son temps en bavardages, vient brutalement interrompre leur conversation. Dans la bagarre qui s'ensuit, et à la faveur d'heureuses circonstances, Nestor en sort vainqueur. Irma n'a alors d'yeux que pour lui et désire qu'il soit son nouveau protecteur. Profondément épris d'elle, Nestor voudrait qu'elle change de métier, mais Irma tient à son travail de « prostituée de mère en fille », sa fierté étant que, par le fruit de son labeur, l'homme qu'elle entretient soit le plus élégant et le plus envié du quartier. Avec l'aide du bistrotier Moustache, Nestor met au point un plan pour qu'Irma n'ait plus qu'un seul client qui lui assure son revenu habituel. Il se grime en « Lord X », un Anglais impuissant, qui rétribue Irma pour qu'elle lui prête seulement une oreille compatissante à ses malheurs. Mais Nestor a beaucoup de difficultés à assurer à chaque aube qui vient son dur travail d'homme à tout faire aux halles, de surcroît en cachette d'Irma qui commence à s'interroger sur les causes de sa fatigue. Un matin, elle le surprend à son retour des halles et l'accuse d'avoir une liaison avec une fille du quartier, et leurs relations se détériorent. Il faudra que Nestor en arrive à faire disparaître Lord X pour retrouver les faveurs d'Irma, mais au prix d'un imbroglio, car il est suspecté d'avoir assassiné le Lord. Nestor avoue que, jaloux, il a commis un meurtre passionnel, la plus grande preuve d'amour pour Irma. Tout finit pour le mieux, car Nestor, après avoir « ressuscité » Lord X, réintègre la police et Irma accepte de devenir sa femme en renonçant à sa « profession » pour se consacrer à sa nouvelle tâche de maman...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Thèmes et contexte[modifier | modifier le code]

Adaptation de la comédie musicale française Irma la douce d'Alexandre Breffort et Marguerite Monnot. L'histoire a cependant été modifiée. Dans la séquence où Shirley MacLaine danse sur la table de billard dans le bistrot « Chez Moustache » sur le thème musical Ah ! Dis donc[5] de la comédie musicale, entourée de clients qui s'exclament avec elle « Dis donc ! », c'est une référence directe à l'œuvre d'origine, mais le film ne comporte aucune chanson et ne peut donc être considéré comme film musical. Néanmoins, cette réalisation de Billy Wilder prolongea l'immense succès obtenu par la comédie musicale qui fut jouée durant des années à Paris, Londres et Broadway.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Si la « rue Casanova » est imaginaire, il existe une rue Danielle-Casanova sur la rive droite de Paris, mais non située dans le quartier des Halles.
  2. Source : BiFi.
  3. a et b Source : The TCM Movie Database États-Unis.
  4. Source : IMDb.
  5. Extrait de la chanson :

    Ah ! Dis donc, dis donc, dis donc, dis donc, dis donc,
    J'sais pas ce qui m'arrive là,
    Ah ! Dis donc, dis donc, dis donc, dis donc, dis donc,
    Tous les jours c'est gala,
    C'est pas du boniment,
    Du bidon, car je sens
    Battre mon palpitant
    Quand je te vois.

Liens externes[modifier | modifier le code]