Irina Ionesco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ionesco.

Irina Ionesco

Naissance 3 septembre 1935 (79 ans)
Paris
Nationalité France France
Profession
Famille
Lukas Ionesco, Eva Ionesco

Irina Ionesco (née le 3 septembre 1935 à Paris, France) est une photographe française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents étaient des immigrés roumains. Elle a passé sa jeunesse à Constanţa, en Roumanie avant de s'installer à Paris. Elle a voyagé et peint durant des années avant de découvrir la photographie. Son travail est qualifié d'érotique.

En 1974, son exposition à la Nikon Gallery (Paris) a fortement attiré l'attention. Bientôt, elle fut publiée dans de nombreux magazines et recueils et exposa dans les galeries du monde entier.

Irina Ionesco a été pendant une dizaine d'année la compagne du peintre Corneille, fondateur du mouvement Cobra.

Ses photographies mettant en scène sa fille, Eva l'ont fait connaître d'un public étranger au monde de l'art. Les nus de celle-ci provoquèrent de grands débats, de par les postures artistiques mais néanmoins érotiques qu'elle lui faisait prendre, tout comme elle l'aurait fait avec un modèle plus âgé. Néanmoins, malgré des détracteurs, le travail photographique d'Irina Ionesco est présent dans les plus grandes collections du monde entier et appartient désormais à l'histoire de la photographie.

La plus grande partie des œuvres d'Irina montre des femmes savamment habillées, parées de bijoux, gants et autres atours, accompagnées d'objets symboliques comme des foulards et autres symboles fétichistes, posant d'une manière provocante, s'offrant à moitié dénudées comme objets de possession sexuelle.

Au cours des années 2000 et notamment entre 2000 et 2012, Irina Ionesco réalise un travail de photographie de mode pour la presse très important avec notamment le magazine français Stiletto. La collaboration d'Irina Ionesco avec les plus grandes marques de la haute couture française donne ainsi naissance à une nouvelle dimension de l'oeuvre photographique d'Irina Ionesco. Dans ces nouveaux clichés aux travers desquels l'univers traditionnel de la photographe est sublimé dans des ambiances glamour consacre le talent d'une photographe dont le cheminement et l'univers atypiques restent universellement reconnus et appréciés.

Ouvrages personnels publiés[modifier | modifier le code]

  • Liliacées langoureuses aux parfums d’Arabie (1974)
  • Femmes sans tain (1975)
  • Nocturnes (1976)
  • Litanies pour une amante funèbre (1976)
  • Temple aux miroirs (1977)
  • Cent onze photographies érotiques (1980)
  • Le Divan (1981)
  • Les Passions (1984)
  • The Eros of Baroque (1988)
  • Les Immortelles (1991)
  • Égypte chambre noire (1991)
  • Méditerranéennes (1991, avec Elisabeth Foch)
  • Kafka ou le passant de Prague (1992)
  • TransEurope (1994)
  • Nudes (1996)
  • Eva: Éloge De Ma Fille (2004)
  • L'Œil de la poupée (2004, avec Marie Desjardins)
  • R (2004)
  • Le Japon interdit (2004)
  • Master Set, Edition YNOX Paris (2014)
  • Sylvia Kristel, Edition YNOX Paris (2014)

Ouvrages collectifs publiés[modifier | modifier le code]

  • 1979 – Women on Women ( Twelve Photographic Portfolio , A&W Publication, Deborah Turbeville, Karin Szekessy, Alice Springs, Sacha, Marcia Resnick, Christa Peters, Sarah Moon, Linda Benedict/Jones, Irina Ionesco, Jo alison Feiler, Shirley Beljon, Caroline Arber.
  • 1979 – La Photographie et le Charme Féminin, Editeur Christophe Collomb, 144 p. Photographies de : Michael Boys, John Kelly, Robert Farber, John Swannell, Alan Kaplan, James Wedge, Irina Ionesco, Ray Garcia, Hideki Fujii, Uwe Omner.
  • 1982 – Le Nu Français - Editions Jannink, 1982, Paris (France). Texte de Jacques Laurent, photos de Jeanloup Sieff, Edouard Boubat, Henri Cartier Bresson, Jean-Philippe Charbonnier, Lucien Clergue, Jean Dieuzaide, Robert Doisneau, Anne Garde, Irina Ionesco, J.H. Lartigue, Man Ray, Meerson, Michaud et Willy Ronis -).
  • 1984 – Passions - Irina Ionesco, Michael Lonsdale & Pierre Bourgeade ( Le Club Du Livre Secret & Pink Star Editions ). 69 photographies d'Irina Ionesco. 31 x 24,4 cm. Couverture souple.
  • 2014 – Black Forest, 50 photographes contemporains ( Roger Ballen, Arthur Tress, Joel-Peter Witkin...), Russell Joslin, Candela Books, New York ( USA )

Collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Musées d'Art Moderne de la Ville de Paris
  • Bibliothèque Nationale de France (BNF)
  • BPI (Paris)
  • Maison Européenne de la Photographie (MEP)
  • Musée Ludwig (Köln - Allemagne)
  • Musée Symboliste de Belgique (Bruxelles).

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1970 – Jalmar Galerie, Amsterdam
  • 1971 – Galleria La Lanterna, Trieste – Milan
  • 1973 – Photographer’s Gallery, Londres
  • 1974 – Galerie Nikon, Paris • Galerie Spectrum, Barcelona
  • 1975 – Canon Photo Gallery, Amsterdam • Pentax Gallery, Tokyo • Galerie 5-6, Gand • Galerie Bernard Letu, Genêve
  • 1976 – Galerie Canon, Genêve • Studio d’Arte Contemporanea, Roma • Galerie Loplop, Tokyo
  • 1978 – FNAC Montparnasse, Paris
  • 1980 – Galerie Aspects, Bruxelles • Hansen Gallery, New York ( USA) • Galerie Jade, Colmar
  • 1982 – "Les Carnets d'Aryan", Galerie Créatis, Paris • Galerie Bijam Alam, Paris
  • 1983 – Galerie Aspects, Bruxelles
  • 1984 – Zeit Photo Salon, Tokyo
  • 1987 – Galerie Interform, Japon
  • 1989 – " Photographies 1969-1969 ", Espace Photographique, Paris Audiovisuel • " Rêve d’Egypte ", Centre Culturel Français, Le Caire & Alexandrie
  • 1991 – " Les Immortelles ", Galerie Contrejour, Paris • " Kafka ou le Cercle de Prague " et " Le Château de Mucha à Prague ", Galerie Nationale, Prague • Bursary Léonard de Vinci: Institut Français de Prague ( Tchéquie )
  • 1992 – " Baby Jane ", Galerie Turbulence, New York ( USA )
  • 1992-1995 – Galerie De Zwarte Man, Bruxelles et Knocke-Le-Zoute
  • 1993 – " Regards sur Tanger ", Institut du Monde Arabe, Paris, France • Galerie Vrais Rêves, Lyon
  • 1994 – Photogalerie Bild, Aarau, Suisse
  • 1995 – " Les rituels et le jours ", Bon Marché Rive Gauche, Paris
  • 1996 – "Souvenirs des jours ", Galerie Nikon, Tokyo & Osaka ( Japon ) • Past Rays Gallery, Yokohama ( Japon ) • " In color ", Delta Mirage, Tokyo ( Japon ) 
  • 1998 – Past Rays Photo Gallery, Yokohama ( Japon ) • " L'Or du Temps ", galerie de la Reine Margaux, Paris
  • 2000 – " Les Femmes ", Galerie Accento, Etterbeek • Past Rays Photo Gallery, Yokohama ( Japon )
  • 2001 – " Anges ", Past Rays Photo Gallery, Yokohama ( Japon ) • Galleria 70, Milan ( Italie ) • Past Rays Photo Gallery, Yokohama ( Japon )
  • 2002 – Galleria 70, Milan, (Italie) • Past Rays Photo Gallery, Yokohama ( Japon )
  • 2003 – MiArt, International Fair of Modern and Contemporary Art, Milan Galleria 70 • Past Rays Photo Gallery, Yokohama ( Japon ) 
  • 2004 – " Le Japon Interdit ", Arts Galerie Benchaieb, Paris
  • 2005 – Eva-The Nymph Of Dream, Parco Museum of art and beyond, Tokyo ( Japon ) 
  • 2006 – Galleria 70, Milão • Palais de Tokyo—Ultra Peau, Paris (France) • Biennale Internazionale di Fotografia di Brescia (Italy)
  • 2007 – II Corpo Nudo, Museo di Fotografia Contemporanea Ken Damy, Brescia (Italy) • Irina Ionesco et Christine Spengler, " Interlude Photo", Ynox Gallery Palais-Royal, Paris (France) 
  • Kowasa Gallery—L’Eternel Féminin, Barcelona (Spain) 
  • Galerie Baudoin Lebon, Paris (France) 
  • 2008 – Musée de l’Elysée, “Controverses: Une Histoire Juridique et Ethique de la Photographique,” Lausanne (Switzerland)
  • 2009 – NU(E)S, Baudoin Lebon, Paris (France)
  • 2009-2010 – “Collection de Gilles Deves”, Musée Tavet-Delacour, Pontoise (France)
  • 2010 – Irina Ionesco, One Piece Contemporary Art, Roma (Italy) • Sogno svelato, Camera16 contemporary art, Milano (Italy) • Irina Ionesco, Galerie E.G.P, Paris (France)

Polémique et procès de famille avec sa fille Eva[modifier | modifier le code]

Après avoir intenté un premier procès à sa mère pour lequel elle fut débouté de toutes ses revendications, Eva Ionesco entreprend une nouvelle action en justice après la sortie de son film en 2012. Irina Ionesco est condamnée par le tribunal de grande instance de Paris, le lundi 17 décembre 2012, à verser 10 000 euros de dommages et intérêts[1] au lieu des 200 000 euros demandés pour atteinte au droit à l’image et à la vie privée de sa fille Eva[2] pour ces photos prises durant les années 1970 alors qu’Eva était âgée de 4 à 12 ans[1]. En revanche, le tribunal de grande instance de Paris déboute Eva Ionesco de sa demande de récupérer la propriété des négatifs de sa mère où elle figure. Irina Ionesco ayant rappelé au cours de l'audience qu'aucune juridiction dans le monde n'avait jamais censuré ses photographies et qu'Eva Ionesco, elle-même, a participé, adulte, à la diffusion et à la commercialisation de ces photographies en signant des contrats d'édition sur lesquels elle touchait des royalties. Le Tribunal a ainsi octroyé à Irina Ionesco le droit de conservation de l'ensemble des négatifs des photographies sur lesquelles apparaît Eva Ionesco. Eva Ionesco a donc fait appel de ce jugement. Celui-ci étant toujours en délibéré malgré une tentative de négociation et de conciliation d'Eva Ionesco avec sa mère en échange de l'obtention d'un droit de regard sur les photographies diffusées la représentant ainsi que le versement d'une commission de 50% sur le montant des ventes de ces mêmes photographies.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Filmographies[modifier | modifier le code]

  • Le Divan, Henry Chapier
  • Nocturne Porte Dorée, Delphine Camolli

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site officiel