Irazú

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Irazú
Vue du lac du cratère principal de l'Irazú.
Vue du lac du cratère principal de l'Irazú.
Géographie
Altitude 3 432 m
Massif Cordillère volcanique centrale
Coordonnées 9° 58′ 44″ N 83° 51′ 07″ O / 9.979, -83.8529° 58′ 44″ Nord 83° 51′ 07″ Ouest / 9.979, -83.852  
Administration
Pays Drapeau du Costa Rica Costa Rica
Provinces Cartago, San José
Géologie
Type Volcan gris
Activité Actif
Dernière éruption 8 décembre 1994
Code 1405-06=
Observatoire Observatorio Vulcanológico y Sismológico de Costa Rica

Géolocalisation sur la carte : Costa Rica

(Voir situation sur carte : Costa Rica)
Irazú

L'Irazú est un stratovolcan actif situé dans la Cordillera Volcánica Central, au Costa Rica. Il culmine à 3 432 mètres d'altitude. Le cratère héberge un lac acide, qui s'est lentement évaporé en avril 2013 suite à la reprise de l'activité volcanique[réf. nécessaire].

Il se trouve à l'intérieur du parc national qui porte son nom, le parc national du Volcán Irazú, à environ trente kilomètres à l'ouest de la ville de Cartago.

Les volcans Turrialba et Irazú sont parfois qualifiés de jumeaux car ils prennent appui sur le même socle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation, topographie[modifier | modifier le code]

Vue du cratère Diego de la Haya avec son petit lac.

Le volcan Irazu est situé à 30 km de la ville de San Rafael de Oreamuno, dans la province de Cartago. Il s'élève à 3 432 mètres d'altitude et sa forme est subconique irrégulière[Quoi ?].

La zone intra-cratére est constituée de trois structures principales :

  • le cratère actif fait 1 000 m de diamètre, une profondeur de 180 m et héberge un lac coloré ;
  • le cratère Diego de la Haya Fernández (inactif) se trouve au nord de la caldera avec une profondeur de 80 m ;
  • sur le côté une large structure semi-plane qui correspond aux restes d'une ancienne terrasse nommée Playa Hermosa.

Au sud de ces cratères et séparé par la terrasse de Playa Hermosa, se trouvent les restes d'une bordure d'une ancienne caldeira. À l'est du Diego de la Haya se trouve un cône pyroclastique bien préservé de 80 m d'altitude, avec un cratère détruit au nord. Ce cône est bordé sur le côté est et sud par les restes de deux cratères. Dans le secteur est existait les restes d'un antique cône très érodée. Au nord-est du cratère principal se trouvent des coulées de lave. Hacia el sud de la cime principale se trouvent les cônes pyroclastiques de cerro Noche Buena, cerro Gurdián, cerro Pasquí.

Géologie[modifier | modifier le code]

Les dépôts volcaniques sont constitués par une série de flux de laves mélangés avec le manteau de scories rouges.

Les laves de l'Irazú peuvent se classer comme andésitiques, andésites basaltiques et basaltiques.

Vue panoramique du volcan Irazú.

Climat[modifier | modifier le code]

La température au sommet oscille entre -6 et 17 °C.

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire humaine[modifier | modifier le code]

Sur ses contreforts se trouvait en 1569 un peuple indigène appelé Istarú ou Iztarú. On croit[Qui ?] qu'au cours du temps ce nom s'est déformé jusqu'à aujourd'hui. Il existe un nom de famille en basque Irazú qui signifie « lieu de fougères »[réf. souhaitée] et sur les contreforts du volcan les fougères arborescentes se trouvent facilement. De plus, l'usage du nom Irazú est relativement récent et il ne se trouve pas mentionné dans les documents des XVIe et XVIIe siècles, à l'époque le volcan est nommé simplement en tant que volcan de Carthage. Il est aussi connu comme Santa Bárbara Mortal de la Naturaleza.

Histoire éruptive[modifier | modifier le code]

Il a fait fréquemment éruption dans les temps historiques, au moins 23 fois depuis sa première éruption inscrite en 1723. L'éruption la plus récente a commencé en 1963 et s'est poursuivi jusqu'en 1965. Elle a commencé lors d'une visite du président américain John F. Kennedy au Costa Rica et a couvert de cendres la capitale et la majeure partie de la vallée Centrale.

Depuis l'éruption de 1963, le volcan a été inactif, bien que les tremblements de terre fréquents montrent que le magma se déplace toujours sous le volcan.

En 1994 une petite éruption phréatique, causée par des pluies abondantes qui ont déstabilisé le versant du volcan, a dérivé dans la décompression rapide du système hydrothermal ce qui a provoqué un mouvement dans la masse et de grandes avalanches qui sont arrivées jusqu'à 20 km vers le nord en suivant le lit du Río Sucio.

Actuellement[Quand ?] des manifestations sont observées, des fumeroles à l'intérieur du lac du cratère et un champ de fumeroles se maintient actif au nord-ouest dans le mur externe du cratère principal. Tout l'édifice volcanique est extrêmement instable. Son passé géologique a laissé des traces dans ses flancs qui montrent que de grands segments de ces murs sont susceptibles aux mouvements lents mais régionaux, lesquels provoquent des mouvements dramatiques dans la masse. Les basses parties de l'édifice où Carthage s'assoient, trouvent remplies à ras bord avec les restes de ces évènements[pas clair].

Dans une moindre mesure, mais avec une plus grande fréquence, des glissements des secteurs les plus pentus se déchargent suites à des pluies intenses. Vers les secteurs nord-ouest et nord, le lac du cratère suspendu à plus de trois kilomètres de hauteur constitue un risque significatif en cas d'un débordement à cause de la sismicité ou d'une instabilité physique.

Vue panoramique du volcan Irazú.

Risque volcanique[modifier | modifier le code]

Par son histoire éruptive, son altitude, sa position géographique et les conditions climatiques, la volcan Irazú constitue une des sources de risques majeurs de désastre naturel pour la vallée Centrale. Ses cendres sont susceptibles de paralyser les principales activités socio-économiques de la région la plus peuplée du pays, incluant l'aéroport international par où transite le flux primaire de l'économie nationale : le tourisme et l'exportation de biens.

Les principaux risques sont représentés par les lahars et les événements pyroclastiques, ainsi que les explosions latérales et la formation de nouveaux foyers éruptifs.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :