Iphigénie en Tauride (Campra)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Iphigénie en Tauride.
Iphigénie en Tauride
Image décrite ci-après
Couverture du livret

Genre Opéra (tragédie)
Nbre d'actes 5 actes et un Prologue
Musique André Campra Henry Desmarest
Livret Antoine Danchet Joseph-François Duché de Vancy
Langue
originale
Français
Dates de
composition
commencé en 1696
Création 6 mai 1704
Paris, à l'Académie royale de musique

Iphigénie en Tauride est une tragédie en musique en cinq actes et un prologue, commencée par Henry Desmarest, aux environs de 1696, sur un texte de Joseph-François Duché de Vancy. Obligé de quitter la France pour la Belgique, puis l'Espagne, il laissa l'œuvre inachevée.

Elle fut achevée par André Campra avec le concours d'Antoine Danchet. On doit à Campra le prologue entier, la plus grande partie de l'acte V, deux airs du Ier acte, un air du IIe et du IIIe acte, deux airs du IVe acte.

Distribution[modifier | modifier le code]

Rôles Typologies vocales Première, le 6 mai 1704
Iphigénie dessus (soprano) Mlle Desmatins
Diane bas-dessus (contralto) Mlle Maupin (Julie d'Aubigny)
Électre dessus Mlle Armand
Oreste basse-taille (basse chantante) Gabriel-Vincent Thévenard
L'Ordonnateur des Jeux, L'Océan basse-taille Charles Hardouin
Pylade haute-taille (ténor) M Poussin[1]
Triton haute-contre Pierre Chopelet
Thoas basse Jean Dun (père)
Diane dessus Mlle Desmatins
Isménide dessus Mlle Bataille
Un Habitant de Délos haute-contre Antoine Boutelou
le Grand Sacrificateur haute-contre Louis Mantienne

Argument[modifier | modifier le code]

Sources et notes[modifier | modifier le code]

  1. Poussin, qui mourrait tout jeune quelque temps après ((en) Pitou, Spire, The Paris Opéra. An Encyclopedia of Operas, Ballets, Composers, and Performers – Genesis and Glory, 1671-1715, Greenwood Press, Westport/London, 1983, ISBN 0-313-21420-4, article: "Poussin, Mme", p. 295) , avait été engagé par l'Académie Royale de Musique comme haute-taille (tenor-baryton), mais le rôle de Pylade qui fut créé par lui dans cette tragédie lyrique, deviendrait ensuite l’apanage des plus grandes hautes-contre du siècle (Le Magazin de l'opéra baroque, pages: « Iphigénie en Tauride » et « Cassandre »)