Ion Creangă

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Ion Creangă (Neamț)
Ion Creangă


Ion Creangă est l'un des classiques de la littérature roumaine. D'abord diacre, il devint instituteur d'école, et éditeur de manuels scolaires. Membre du cénacle littéraire Junimea (« La Jeunesse »), il publia le livre autobiographique Amintiri din copilărie (« Souvenirs de mon enfance ») en 1892, qui le rendit célèbre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa biographie est tout à fait spéciale. Ion Creangă est un villageois, non pas un bourgeois. Tout comme Ioan Slavici, Creangă vient du milieu rural, mais par rapport à celui-là, celui-ci est issu d'une famille tout à fait modeste. C'est un écrivain qui sent le terroir, qui décrit le monde rural avec sincérité et naïveté, à travers des récits parsemés d'expressions patoisantes.

Sa vie nous est bien connue, puisqu'il l'a décrite dans ses notes autobiographiques et surtout dans ses Souvenirs de mon enfance.

D'après ce qu'il a laissé écrit, il serait né le 1er mars 1837, dans le village de Humulești, village de la commune actuelle de Târgu Neamț. Ses parents étaient: Ștefan «a lui Petrea Ciubotariul» («Stéphane [fils] de Pierre le Corroyeur») de Humulești et son épouse Smaranda, fille de David «Creangă» («Branche») du village de Pipirig.

D'autres pensent que l'auteur est né le 10 juin. En effet, il n'y a aucun document qui atteste sa date de naissance.

Ion Creangă passe son enfance dans son village. À partir de 1847 il a suivi les cours de primaire donnés par le chantre Basile, dans un bâtiment aménagé dans ce but par les villageois. Ensuite il a étudié à Broșteni et Târgu Neamț, pour aller enfin à l'école de catéchètes de Fălticeni. Il devait suivre une formation en vue de la prétrise, mais les écoles formatrices venaient de cesser leur activité. Il a dû donc déménager en ville et ainsi partir pour le séminaire de Socola.

Ce lui fut dur de quitter la vie rurale, comme il en témoigne :

«Maman et papa, mes frères, mes sœurs et les gars du village, mes copains d'enfance, je les adorais. C'est avec eux que je jouais en hiver, les jours de froid, en patinant sur la glace et en faisant de la luge, et encore en été, les beaux jours de fête, en chantant et en criant, je me baladais dans les forêts et sur les prairies pleines d'ombre, dans les champs de blé et de fleurs, et les belles collines où le crépuscule me souriait, en cet âge trop insouciant de la jeunesse! De même, j'adorais les soirées, les travaux communautaires, les réunions et toutes les fêtes du village, dont je prenais part avec toute mon âme.»

De 1855 à 1859 Ion Creangă est séminariste ; ayant obtenu le diplôme d'attestation professionnelle, il rentre à la maison. Ensuite il épouse la fille d'un doyen et est ordonné diacre. Il officie à l'Église des 40 Martyrs à Iassy et dans d'autres paroisses.

Quoique assez âgé et marié depuis trois ans, il pense à quitter les ordres. Il suit les cours de l'école normale Vasile Lupu de Iassy, afin de lui permettre de trouver plus tard un moyen de subsistance. Il devient instituteur dans une école de Iassy, tout en demeurant diacre.

Vers 1871, il ose porter un chapeau à la place de la toque, ce qui ne plait pas au clergé. De surcroît, on retient comme chef d'accusation contre lui le fait d'avoir chassé des corneilles, pratique qui irait à l'encontre d'un canon d'un concile local qui demande que les clercs soient déposés en cas d'effusion de sang. Il est donc déposé du clergé, par le métropolite de la Moldavie, tandis que le ministre Tell le destitue du poste d'instituteur, sous prétexte qu'il était immoral d'avoir quitté les ordres.

Ion Creangă essaya de faire du commerce, puis il donna des cours dans une école privée de Iassy. Lorsque Titu Maiorescu arriva au ministère de l'éducation, il lui redonna ses fonctions.

Traductions parues en français[modifier | modifier le code]

  • Ion Creangă, Opere - Œuvres [texte bilingue roumain - français, en français par Yves Augé (Souvenirs d'enfance) et Elena Vianu (Souvenirs (autres textes) et Contes], Editura Meridiane, București, 1963 - Éditions Meridiane, Bucarest, 1963, 704 pages.