Ioánnis Varvákis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Ioánnis Varvákis, attribué à Vladimir Borovikovski.

Ioánnis Varvákis (grec moderne : Ιωάννης Βαρβάκης, russe : Иван Андреевич Варваци) né en 1745 ou 1750 sur Psara et mort le 10 janvier 1825 sur Zante était un pirate et homme d'affaires grec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Varvakeion.

Fils d'Andreas Leontidis et Maria Moros, Ioánnis Varvákis naquit Ioánnis Leontídis sur Psara. Devenu « marin », il se distingua rapidement et gagna le surnom de Varvákis (le « faucon »). Avant ses 20 ans, il possédait son propre navire, un chebec armé de canons. Avec celui-ci, il participa à la révolution d'Orloff lors de la guerre russo-turque de 1768-1774. Au cours de la bataille de Tchesmé, il sacrifia son navire, transformé en brûlot. Il décida alors de se rendre à Saint-Pétersbourg pour plaider sa cause auprès de Catherine II de Russie. Lors de l'audience qu'il obtint en 1772, celle-ci le récompensa de 1 000 roubles d'or, du grade d'enseigne de la marine russe et surtout d'un droit de pêche illimitée en mer Caspienne, ainsi qu'une exemption des droits de douanes.

Devenu Ivan Andreevich Varvatsi, il s'installa à Astrakhan. Là, il fit fortune avec ses pêcheries, principalement d'esturgeons. Il mit au point un moyen de conserver le caviar afin de l'exporter vers la Grèce dont il connaissait le marché. En 1788, il employait 3 000 ouvriers.

En 1810, il fut anobli par le tsar Alexandre Ier de Russie. Il fut décoré de l'Ordre de Sainte-Anne et de l'Ordre de Saint-Vladimir. En 1812, il s'installa à Taganrog, haut lieu de la diaspora grecque. Il usa alors de sa fortune à diverses entreprises philanthropiques : le canal dit « Varvatsievski » reliant Astrakhan à la Volga (qui lui permettait aussi d'exporter plus facilement son caviar) ; à Taganrog, il fit construire le monastère de Jérusalem de rite gre.

Après le massacre de Psara, il revint en Grèce. Il s'installa à Zante d'où il finança l'aide aux victimes de la guerre d'indépendance grecque. À sa mort, il laissa un million de drachmes pour le développement de l'éducation en Grèce libérée. Une partie de l'argent fut utilisée pour financer la construction du lycée qui portait son nom à Athènes, le Varvakeion, à côté du marché du même nom.

Hommages[modifier | modifier le code]

En plus du lycée athénien et du marché, diverses villes ont donné son nom à une rue.

En 2012, Yánnis Smaragdís réalise un biopic consacré à Ioánnis Varvákis : Dieu aime le caviar[1],[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « God Loves Caviar - New Film, Tue, 01/02/2011 », sur http://www.cyprusnewsreport.com/ (consulté le 13 octobre 2012)
  2. (en)/(fr) God Loves Caviar (2012) sur IMDB. Consulté le 13 octobre 2012.