Invidia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Invidia gravure de Jacques Callot (1620)

Dans la mythologie romaine, Invidia est la déesse de l'envie et de la jalousie. Pour des fins littéraires, celles-ci sont personnifiées. Les Anciens romains utilisaient Invidia à la place de deux concepts grecs : Némésis, « l'indignation par rapport à un avantage injuste », et Phtonos, l'envie[1].

Dans le christianisme, Invidia devient l'un des sept péchés capitaux, présent dans l'iconographie gothique et de la Renaissance.

Elle était représentée sous la forme d'un spectre féminin, le tête ceinte de couleuvres, le teint livide avec des serpents dans les mains [réf. souhaitée].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Critique du livre : David Konstan, Keith Rutter, Envy, Spite and Jealousy: The Rivalrous Emotions in Ancient Greece. Edinburgh: Edinburgh University Press, 2003. Pp. xii, 305. ISBN 0-7486-1603-9, Bryn Mawr Classical Review 2003.12.28