Invasion d'Anjouan de 2008

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

12° 15′ S 44° 25′ E / -12.25, 44.417 ()

Invasion d'Anjouan de 2008
Plan de l'invasion d'Anjouan en 2008.
Plan de l'invasion d'Anjouan en 2008.
Informations générales
Date 25 mars - 26 mars 2008
Lieu Anjouan, Comores
Issue Victoire des Comores et de l'Union africaine ; renversement du gouvernement anjouanais
Belligérants
Drapeau des Comores Comores
Drapeau de l'Union africaine (2010).svgUnion africaine :
Drapeau du Soudan Soudan
Tanzanie Tanzanie
Sénégal Sénégal
Flag of Libya (1977-2011).svg Libye (soutien logistique)
Drapeau de la France France (soutien logistique)
Flag of Anjouan.svg Anjouan
Commandants
Drapeau des Comores Ahmed Abdallah Mohamed Sambi Flag of Anjouan.svg Mohamed Bacar
Forces en présence
2 000 soldats[1] 500 miliciens[1]
Pertes
aucune perte
(de source officielle)[2]
3 tués[2]
10 blessés[2]
100 prisonniers[2]
Notes
11 civils anjouanais blessés durant l'invasion[3].
Coordonnées 12° 15′ 00″ S 44° 25′ 01″ E / -12.25, 44.417 ()12° 15′ 00″ Sud 44° 25′ 01″ Est / -12.25, 44.417 ()  

L'invasion d'Anjouan de 2008, également connue sous le nom de code opération « Démocratie dans les Comores »[4], est un assaut amphibie militaire qui eut lieu le 25 mars 2008 sur l'île d'Anjouan. L'assaut est mené par les Comores avec le soutien de l'Union africaine, du Soudan, de la Tanzanie et du Sénégal, ainsi que l'appui logistique de la Libye et de la France[5],[6].

L'objectif de l'invasion est de renverser le colonel Mohamed Bacar suite à son refus de démissionner après une élection perdue en 2007, au mépris du gouvernement fédéral et de l'Union africaine[7]. L'invasion a lieu principalement dans la matinée du 25 mars 2008 ; les principaux villages sont rapidement saisis et l'île est déclarée sous contrôle le jour même par les forces d'invasion[8]. Bacar réussit à s'enfuir sur Mayotte le 26 mars et demande l'asile politique à la France[9].

Le 15 mai, sa requête est refusée mais l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) juge qu'il ne peut pas être extradé vers les Comores en raison des risques de persécutions à son encontre[10]. Certains analystes suggèrent que l'Union africaine espérait gagner facilement contre Anjouan afin de gagner un peu de prestige international pour compenser les échecs de ses missions de maintien de la paix au Soudan et en Somalie[11].

Contexte[modifier | modifier le code]

Rivalités politiques[modifier | modifier le code]

Les Comores sont, depuis leur indépendance en 1975, frappées par d'instabilité politique chronique s'étant traduite par de multiples coups d'État et interventions à partir de l'étranger. L'archipel des Comores a une histoire complexe depuis son indépendance vis-à-vis de la France, ayant subi au total plus d'une vingtaine de coups ou tentatives de coups d'État[12],[13]. L'île d'Anjouan est l'une des trois îles dirigées par l'état comorien, qui ne peut accepter que la deuxième île la plus peuplée échappe à son autorité, alors même que le président de l'Union est lui-même originaire d'Anjouan. L'île constitue l'un des foyers d'instabilité du pays, connaissant une crise sécessionniste en 1997 lorsque certains habitants ont violemment réclamé l'indépendance de l'île, voire son rattachement à la France[14].

À l'issue de cette crise sécessionniste est signé à Fomboni, en février 2001, un accord dit « Accord cadre pour la réconciliation au Comores[15] », jetant les bases d'une nouvelle constitution, octroyant un statut d'autonomie aux différentes îles du pays, officiellement adoptée par référendum le 23 décembre 2001. Suite à l'organisation d'élections locales le 31 mars 2002, Mohamed Bacar, officier de l'armée des Comores de facto aux commandes d'Anjouan suite à un coup d'État le 9 août 2001[16], devient alors le président de l'île, la dirigeant d'une main de fer[16].

La campagne électorale visant à le reconduire au poste de président a été selon l'union des Comores et l'Union africaine entachée d'irrégularités ; elles ont donc décidé de ne pas reconnaître la légalité du scrutin ayant eu lieu le 10 juin 2007 lequel s'est traduit par une victoire de Bacar avec 90 % des votes[7]. Bacar a par ailleurs été accusé de se livrer tout au long de sa présence à la tête d'Anjouan à de nombreuses exactions contre la population civile qui auraient causé la fuite de nombreux Anjouanais vers Mayotte, île de l'archipel situé en territoire français[17].

Accroissement des tensions[modifier | modifier le code]

En 1997, les îles d'Anjouan et de Mohéli déclarent leur indépendance vis-à-vis de l'Union des Comores[18]. Toutefois, les deux entités sécessionnistes y sont réintégrées en 2002 et une nouvelle constitution mandataire est votée, obligeant l'élection d'un président d'Anjouan, dépendant du président fédéral. Mohamed Bacar, qui avait dirigé le gouvernement séparatiste depuis 2001, est élu pour un mandat de 5 ans en tant que président d'Anjouan. Son mandat expire le 14 avril 2007, et le président de l'Assemblée, Houmadi Caambi, devient président par intérim du 15 avril au 10 mai 2007[19].

Les troupes fédérales comoriennes tentent alors en vain de prendre le contrôle d'Anjouan et d'installer un président de transition tel que mandaté par un tribunal constitutionnel comorien en mai 2007. L'opération est un échec, et plusieurs soldats sont tués dans ces affrontements[20]. Le gouvernement fédéral décide alors de retarder la tenue d'une élection aux Comores en raison de ces événements. Néanmoins, Bacar entreprend des élections en juin 2007, revendiquant une victoire écrasante de 90 %[21].

En octobre 2007, l'Union africaine impose des sanctions à Bacar et aux autres responsables du gouvernement anjouanais, gelant également leurs avoirs à l'étranger tout en appelant à de nouvelles élections. En outre, un blocus maritime de l'île est mis en œuvre[22]. En février 2008, les Comores rejettent les sanctions renforcées de l'Union africaine contre Anjouan, optant plutôt pour une solution militaire. Le gouvernement fédéral déclare ainsi que les sanctions de l'Union africaine visant à écarter Bacar du pouvoir n'ont pas réussi à atteindre leur objectif[23].

Renforcement de l'armée comorienne[modifier | modifier le code]

En mars 2008, le gouvernement fédéral rassemble des centaines d'hommes et du matériel sur l'île de Mohéli, qui est toute proche d'Anjouan. Le Soudan et le Sénégal fournissent également 750 soldats tandis que la Libye offre un support logistique pour l'opération. En outre, 500 soldats tanzaniens doivent arriver peu de temps après[5],[24]. La France, l'ancienne puissance coloniale des Comores, offre quant à elle aux troupes de l'UA un transport aérien[6].

Jose Francesco Madeira, un envoyé de l'UA, déclare à propos de Bacar que s'il essaie de résister, « Il sera accablé... Je suis désolé de dire cela s'il essaie de le faire, ce sera sa fin physiquement, si nécessaire[5]. » Dans une interview accordée à l'IRIN, Mohamed Bacar rejette la menace de forces de l'Union africaine et des Comores : « [Le président national Ahmed Abdallah Mohamed Sambi] ne connaît rien à propos de ce qui concerne l'armée, mais si je devais lui donner des conseils, je dirais que ce n'est pas la solution. La première fois que l'armée est venue [en 1997], nous les avons expulsés. La deuxième fois que l'armée est venue [en mai 2007], nous les avons expulsés. Cela signifie que si elle tente d'intervenir une troisième fois, nous les mettrons dehors[21]. »

Le gouvernement anjouanais promet cependant d'organiser de nouvelles élections en mai 2008, le président de l'Afrique du Sud, Thabo Mbeki, voyant dans ce futur suffrage une possibilité de résoudre la crise. Il envoie même une requête à l'UA, appelant à éviter de procéder à une invasion, mais cette dernière la rejette[25].

Incidents avant l'invasion[modifier | modifier le code]

Le 3 mars 2008, un navire de carburant alimentant l'armée comorienne prend feu dans le port de la capitale des Comores, Moroni. La cause de l'incendie est inconnue[26]. Le 11 mars, une incursion armée se produit sur l'archipel où trois membres de la milice fidèle au président d'Anjouan, Mohamed Bacar, sont capturés et emmenés pour interrogatoire à Mohéli[24]. Les pourparlers diplomatiques reprennent avec l'intervention du président sud-africain Thabo Mbeki, qui tente de retarder l'invasion de l'UA prévue au grand dam distinct du gouvernement comorien[12]. Il est ainsi avancé que Mbeki aurait appelé le président de l'UA, le tanzanien Jakaya Kikwete, afin de renoncer à l'invasion visant à renverser Bacar[27].

Malgré cette intervention, un bateau de pêche transportant des soldats part de Mohéli pour atteindre Anjouan le 14 mars. Il y eut des déclarations contradictoires des deux côtés, avec des sources comoriennes et militaires de l'UA citant qu'un bateau de pêche transportant environ cinquante soldats de l'Armée nationale de développement (AND, armée comorienne) a débarqué dans le sud d'Anjouan et a tenté de capturer un poste de police. Dans une déclaration publiée plus tard, le chef d'état-major comorien Salim Mohamed révise l'information et indique qu'une équipe de reconnaissance d'environ 10 soldats avait débarqué le 14 mars dans le sud d'Anjouan et avait atteint la ville méridionale de Domoni. Deux soldats auraient été blessés selon une source gouvernementale, déclarant également que « l'objectif de l'opération était le poste de police de Domoni afin de libérer des prisonniers politiques[25],[28] ».

Les troupes fédérales par la suite battent en retraite vers Mohéli avant de retourner sur Anjouan le 16 mars dans le but de secourir les deux soldats blessés. L'un aurait été blessé au bras tandis que l'autre aurait été blessé à la jambe[29]. Ces faits sont contestés par les autorités anjouanaises qui affirment que l'un des deux soldats a été tué et que le poste de police n'a pas été capturé, déclarant également que les forces comoriennes et de l'UA ont été prises en embuscade par les troupes anjouanaises durant les premiers stades de leur incursion à Domoni et ont été forcées de se retirer dans une situation désespérée :

« Contrairement à sa mission républicaine, l'Armée nationale de développement se consacre à la prise en otage des citoyens innocents dont le seul tort est d'être anjouanais et non pas sambiste. En plus des pêcheurs enlevés à Marahare et Mromhouli, une seconde agression des forces dissidentes de l'Armée nationale de développement soutenue par un chalutier fourni par les Iraniens a échoué. Les éléments de la gendarmerie [anjouanaise] ont riposté en état de légitime défense, blessant deux des assaillants dont un mortellement. »

— porte-parole du gouvernement d'Anjouan[30].

Le rôle de la France dans la crise est remis en cause le 19 mars lorsqu'un hélicoptère français qui avait décollé à partir de l'île de Mayotte se pose d'urgence au large la ville de Sima à Anjouan. Les rapports des officiels aux Comores déclarent que personne n'a été blessé dans l'accident. L'hélicoptère appartenait à la police des frontières de Mayotte[31]. Certains Comoriens soutiennent de ce fait que l'hélicoptère est impliqué dans une tentative d'exiler Bacar sur le territoire français et qu'il est seulement retenu si longtemps parce qu'il est protégé par l'armée française[32] :

« Nous ne savons pas ce qu'il faisait. Vous pouvez imaginer les rumeurs. Le gouvernement des Comores ne leur permettait pas de venir. Ils n'étaient pas autorisés... Les Français ont dit qu'ils avaient envoyé des moyens aériens et navals pour ramasser l'équipage. »

— Salimou Mohamed, porte-parole du gouvernement des Comores[33].

L'armée française a ainsi déjà transporté quelque 300 soldats tanzaniens et 30 tonnes de fret à la Grande Comore entre le 14 mars et le 16 mars. Selon les rapports d'un diplomate français, la France est prête à transporter des troupes sénégalaises également, mais ne l'a pas encore fait. La source diplomatique a déclaré que la France reste « favorable » au dialogue, mais à condition que Bacar accepte la présence de troupes africaines dans le port et l'aéroport d'Anjouan[34].

L'invasion de l'île[modifier | modifier le code]

Le 24 mars[modifier | modifier le code]

Dans la matinée du 24 mars 2008, cinq bateaux transportant environ 1 500 soldats de l'Union africaine quittent le port de Fomboni, capitale de l'île de Mohéli[18]. Bacar et ses troupes jurent alors de se battre jusqu'au dernier homme, un lieutenant anjouanais déclarant également : « Nous allons nous battre jusqu'à la mort[35] ». Simultanément, des hélicoptères larguent des tracts pro-gouvernementaux à Mutsamudu à Anjouan, appelant la population à rester chez elle du fait qu'un assaut militaire est imminent[11].

Il a été signalé que la piste de l'aéroport de Ouani à proximité de Mutsamudu est bloquée par des chariots à bagages et que l'atmosphère est tendue sur l'île en raison de l'invasion imminente. Avant que les lignes téléphoniques ne soient coupées, un porte-parole du gouvernement anjouanais a été cité comme déclarant : « Ils ont décidé de tuer, mais nous n'avons pas peur. Nous sommes bien préparés. Nos forces sont prêtes et cela va marcher[36] ! »

Le 25 mars[modifier | modifier le code]

Environ 450 soldats débarquent sur la côte nord de la baie d'Anjouan à l'aube le 25 mars. Les premiers coups de feu sont entendus vers 5 heures (GMT+3) sur l'île, dans la ville d'Ouani, près de l'aéroport et de la résidence présidentielle[37]. Les forces combinées de l'UA et des Comores avancent rapidement sur la ville de Ouani afin de sécuriser l'aérodrome. La BBC rapporte que la prise de la capitale de l'île (Mutsamudu), de l'aéroport, du port et de Ouani ont provoqué chez la population locale des scènes de liesse, les soldats étant accueillis en libérateurs[8]. À la mi-journée, le palais présidentiel est vidé de ses occupants[37]. Toutefois, certains journalistes soulignent que les « envahisseurs ont eu du mal à progresser sous le feu automatique des forces d'Anjouan[35] », et que dans l'après-midi, « des affrontements à l'artillerie lourde continuent de secouer la ville de Ouani[35] ». L'armée comorienne aurait été à la recherche de la cachette de Mohamed Bacar[38] :

« Le colonel Mohamed Bacar a été repéré dans le village de Sadanpoini où il se dirige sans aucun doute vers un lieu afin de s'exiler à bord d'un kwassa (petite pirogue) en direction de l'île Mayotte, il semble, selon diverses sources, qu'il soit habillé comme une femme. »

— Abdourahim Said Bacar, porte-parole du gouvernement des Comores[24].

Après que l'aéroport est sécurisé, les troupes d'invasion sont divisées en deux groupes : l'un a pour mission de prendre le contrôle du sud-ouest de l'île et de nettoyer les poches de résistance tandis que l'autre groupe a pour mission de prendre le contrôle du sud-est de l'île, en capturant le port de Mbambao Mtsanga et la ville de Domoni sans véritable résistance de la part des forces anjouanaises[8].

Les premiers rapports indiquent que le gouvernement de Bacar a fui à l'intérieur de l'île, où il se cache. Mais, plus tard, des rapports non confirmés par le gouvernement comorien le 25 mars indiquent qu'il a fui l'île incognito, cherchant à s'exiler à Mayotte[24]. Il n'y a pas de commentaire de la part du gouvernement anjouanais mais le porte-parole du gouvernement comorien déclare que les troupes d'invasion sont activement à sa recherche et effectuent des perquisitions domiciliaires[2].

Le 26 mars[modifier | modifier le code]

Les forces d'invasion continuent d'affronter des poches de résistance dans toute l'île la journée suivante, le 26 mars 2008. De nombreuses ambulances évacuent les militaires anjouanais blessés au combat à l'hôpital de l'île et des tirs sporadiques sont encore entendus. Les officiels de l'armée comorienne déclarent que trois rebelles ont été tués et que dix autres ont été blessés dans les affrontements. En outre, les troupes comoriennes et de l'UA capturent plus de cent prisonniers, la plupart d'entre eux étant des membres de la gendarmerie d'Anjouan ou des proches de Bacar appartenant au gouvernement anjouanais[39].

Conséquences et bilan[modifier | modifier le code]

Situation de l'île d'Anjouan au sein de l'Union des Comores.

Mohamed Bacar réussit à s'échapper à Mayotte en bateau et des rapports confirment sa présence sur l'île le 26 mars, alors qu'il a demandé l'asile politique en France[9]. L'Associated Press rapporte de Paris que la France est en train d'examiner sa demande d'asile politique[40] mais les dirigeants comoriens exigent que Bacar soit renvoyé aux Comores[41], des manifestations anti-françaises ayant même lieu[12]. La France déclare qu'elle va examiner la requête d'asile le plus vite possible[42].

Le 27 mars 2008, Bacar est transféré à l'île française de La Réunion, où il est inculpé pour « entrée illégale sur le territoire français », tout en transportant des armes, avec 23 de ses partisans[43]. L'affaire est rejetée pour des raisons de procédure, mais Bacar et ses partisans restent en garde à vue[44]. À la fin du mois de mars, plusieurs proches de Bacar sont capturés, y compris Caabi El-Yachroutu, un ancien vice-président, le Premier ministre et président par intérim des Comores. Trois autres sont découverts dans des cachettes près de Domoni, y compris Mohamed Abdou Mmadi (un ancien ministre des Transports et porte-parole de Bacar), Ibrahim Halidi (un ancien Premier ministre et conseiller de Bacar), et Ahmed Abdallah Sourette (un ancien président de la Cour constitutionnelle)[45].

Le 5 avril 2008, Bacar est placé en détention provisoire[46]. Le président comorien, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, visite l'île début avril marquant sa première visite à Anjouan depuis mai 2007. Il déclare qu'il espère que le séparatisme à Anjouan cessera avec le renversement de Bacar du pouvoir, félicitant aussi les dirigeants africains qui lui ont fourni une assistance militaire pour l'invasion de l'île[47]. Contrairement aux précédents rapports qui montraient que la France était contre l'invasion, la France a donné son approbation et a contribué alors au transport aérien de troupes de l'Union africaine sur l'île[6].

Le 18 avril 2008, Bacar et 21 membres de sa garde rapprochée voient leur détention suspendue et sont placés en résidence surveillée à la base aérienne militaire de La Réunion[48]. Le 23 avril, il est annoncé que l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) a accordé l'asile à deux des hommes de Bacar et a refusé l'asile pour six d'entre-eux ; ceux dont les demandes ont été rejetées devraient être envoyés vers un pays tiers et ne pas être restituées aux Comores, par crainte de persécutions. Elle ne s'est toutefois pas prononcée sur le cas de Bacar et de ses autres hommes[49].

La demande d'asile de Bacar est finalement rejetée le 15 mai 2008[10] et il est condamné à 3 mois de prison avec sursis pour « importation illégale d'armes » le 5 juin 2008[50]. Le 19 juillet 2008, l'arrêté de reconduite à la frontière est mis en exécution. Il se retrouve alors expulsé avec ses compagnons d'exil en direction du Bénin[51]. La Cour nationale du droit d'asile n'examine son recours que le 3 décembre 2008, rejetant celui-ci en affirmant notamment que les Forces armées anjouanaises (FGA) se sont rendues coupables d'exactions et de violations des droits de l'homme et « qu'il existe des raisons sérieuses de penser que le requérant, en raison de ses fonctions de chef d'État et de chef des FGA, s'est rendu coupable, (...) en les couvrant de son autorité, d'agissements contraires aux buts et aux principes des Nations unies » (art. 1er F de la Convention de Genève)[52].

De nouvelles élections présidentielles ont alors lieu à Anjouan le 15 juin 2008 et le 29 juin 2008[53]. Elles voient la victoire de Moussa Toybou (52,42 % des voix) face à Mohamed Djaanfari (47,58 % des voix) au second tour de l'élection[54].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « COMOROS: Military action irreversible », IRIN, mis en ligne le 14 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  2. a, b, c, d et e (en) « Comoros says its troops have taken Anjouan capital », Reuters, mis en ligne le 25 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  3. (en) « Bacar has asked for asylum in France », France 24, mis en ligne le 27 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  4. « L'opération "Démocratie aux Comores" », Le Monde, mis en ligne le 25 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  5. a, b et c (en) « AU troops arrive in the Comoros », BBC News, mis en ligne le 11 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  6. a, b et c (en) « African forces invade rebel Comoros island », AFP, mis en ligne le 25 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  7. a et b « Crise à Anjouan - Histoire d'une guerre des îles », allAfrica.com, mis en ligne le 19 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  8. a, b et c (en) « Battles on Comoros rebel island », BBC News, mis en ligne le 25 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  9. a et b (en) « Comoran rebel seeks French asylum », BBC News, mis en ligne le 27 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  10. a et b (en) « Comoran rebel asylum plea refused », BBC News, mis en ligne le 15 mai 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  11. a et b (en) « Leaflets dropped on Anjouan to warn of attack », France24, mis en ligne le 24 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  12. a, b et c (en) « Anti-French protests in Comoros », BBC News, mis en ligne le 27 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010.
  13. (en) « Troops head for Comoros island », Al Jazeera, mis en ligne le 24 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010.
  14. « Les troupes africaines chassent le chef rebelle d'Anjouan », Le Figaro, mis en ligne le 26 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010.
  15. Mémorandum sur la réforme constitutionnelle aux Comores, Union des Comores, mis en ligne le 5 mars 2009. Consulté le 27 décembre 2010
  16. a et b « Aux Comores, une double crise, séparatiste et institutionnelle », Comores-Online, mis en ligne le 22 décembre 2003. Consulté le 27 décembre 2010.
  17. « Les victimes du colonel Bacar à Anjouan », France24, mis en ligne le 14 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010.
  18. a et b « L'île d'Anjouan figure de la balkanisation de l'archipel des Comores », EchoGeo, mis en ligne le 2 septembre 2008. Consulté le 27 décembre 2010.
  19. « Installation de l'assemblée d'Anjouan : rentrée parlementaire », Comores-Online, mis en ligne le 21 mai 2004. Consulté le 27 décembre 2010.
  20. « Comores : Deux soldats gouvernementaux tués à Anjouan », Reuters, mis en ligne le 4 mai 2007. Consulté le 27 décembre 2010
  21. a et b (en) « COMOROS: Military invasion of Anjouan imminent, government warns », IRIN, mis en ligne le 31 janvier 2008. Consulté le 27 décembre 2010.
  22. (en) « Timeline: Comoros - A chronology of key events », BBC News. Consulté le 27 décembre 2010.
  23. « Intervention militaire imminente sur l'île d'Anjouan », Afrik.com, mis en ligne le 2 février 2008. Consulté le 27 décembre 2010.
  24. a, b, c et d (en) « Comoros troops capture fighters on rebel island », Reuters, mis en ligne le 12 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  25. a et b (en) « Deadly clashes' in the Comoros », BBC News, mis en ligne le 18 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  26. (en) « Comoros military tanker ship destroyed by fire », Reuters, mis en ligne le 3 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  27. (en) « Mbeki intervenes to halt AU invasion », IOL News, mis en ligne le 16 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  28. (en) « Comoran forces and Anjouan followers clash », France24, mis en ligne le 16 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  29. (en) « Clashes erupt between Comoran forces and Anjouan fighters », AFP, mis en ligne le 15 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  30. (en) « Comoros-Anjouan-intervention », African Press Agency, mis en ligne le 17 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  31. « Atterrissage forcé d'un hélicoptère français à Anjouan », Malango Actualité, mis en ligne le 20 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  32. (en) « Comoros anger over chopper crash », BBC News, mis en ligne le 20 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  33. (en) « Comoros says French helicopter crashes on Anjouan », Reuters, mis en ligne le 19 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  34. (en) « Army chief: Comoros islands troops in clash with loyalists of renegade Anjouan ruler », AP Worldstream, mis en ligne le 18 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  35. a, b et c (en) « Bacar's troops in Anjouan not to give up until last man standing », AFP, mis en ligne le 25 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  36. (en) « Comoros warns rebel island of attack », Reuters, mis en ligne le 24 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  37. a et b (en) « African Union forces seek rebel leader », France24, mis en ligne le 26 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  38. (en) « Comoros says rebel capital captured », AP, mis en ligne le 25 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  39. (en) « Comoros rebel leader flees to French-run island », Reuters, mis en ligne le 27 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  40. (en) « France considering granting asylum to deposed Comoros rebel leader Col. Mohamed Bacar », Associated Press, mis en ligne le 27 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  41. (en) « Comoros wants return of ousted leader », PressTV, mis en ligne le 27 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  42. (en) « France considering deposed Comoros strongman's asylum request », AFP, mis en ligne 27 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  43. (en) « France flies rebel out of Comoros », BBC News, mis en ligne le 28 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  44. (en) « COMOROS: Rebel leader in limbo », IRIN, mis en ligne le 15 mai 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  45. (en) « Former VP, other Bacar's allies arrested in Anjouan », African Press Agency, mis en ligne le 30 mars 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  46. (en) « Comoran rebel remanded in custody », BBC News, mis en ligne le 5 avril 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  47. (en) « Comoran president gets a hero's welcome in Anjouan », African Press Agency, mis en ligne le 5 avril 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  48. « Mohamed Bacar remis en liberté », Malango Actualité, mis en ligne le 18 avril 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  49. « Comores: asile politique en France pour deux hommes du colonel Bacar », AFP, mis en ligne le 23 avril 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  50. « Comores : à quoi joue la France avec Mohamed Bacar ? », Afrik.com, mis en ligne le 5 juin 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  51. (en) « Reunion expels rebel Comoros leader », AFP, mis en ligne le 19 juillet 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  52. « Recueil annuel de la jurisprudence 2008 de la CNDA », sur le site de la Cimade, p. 4 et jugement p. 93 sq. Consulté le 27 décembre 2010
  53. (en) « Anjouan to elect new leader after rebel ousted », AFP, mis en ligne le 13 juin 2008. Consulté le 27 décembre 2010
  54. (en) « Moussa Toybou declared Anjouan president », AfriqueJet, mis en ligne le 3 juillet 2008. Consulté le 27 décembre 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]