Intervention militaire du Kenya en Somalie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Intervention du Kenya en Somalie
Situation politique de la Somalie en juillet 2011.
Situation politique de la Somalie en juillet 2011.
Informations générales
Date Depuis mi-octobre 2011
Lieu Sud de la Somalie
Issue En cours
Belligérants
Drapeau du Kenya Kenya
Drapeau de la Somalie Somalie
Soutenus par :
Union africaine
Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
ShababFlag.svg Al-Shabaab
Forces en présence
Kenya : 1 600 hommes en octobre 2011, 4 600 en juin 2012
Somalie : 4 000 hommes
3 000 hommes[1] (estimation)
Pertes
Fin octobre 2011 :
28-65 tués[2],[3]
4 blessés[4]
1 patrouilleur endommagé[5]
1 hélicoptère détruit
18 octobre 2011 : 94 tués[6]
10 capturés
Guerre civile somalienne
Batailles
Opération des Nations unies en Somalie (1992-1995)
Opération Restore Hope · Mogadiscio


Guerre en Somalie (2006-2009)


Intervention militaire du Kenya en Somalie (2011 - en cours)
2e Kismaayo · Buulo Mareer · Westgate

L'intervention militaire du Kenya en Somalie, nom de code opération Linda Nchi[7] (« protéger le pays » en swahili), est une offensive coordonnée des armées kényane et somalienne du gouvernement fédéral de transition dans le cadre de la guerre civile somalienne. Elle a lieu depuis la mi-octobre 2011 lorsque des troupes en provenance du Kenya ont franchi la frontière dans les zones de conflit du sud de la Somalie[8]. Les soldats étaient à la poursuite de miliciens d'Al-Shabaab, accusés d'avoir enlevé plusieurs touristes étrangers et travailleurs humanitaires au Kenya[9].

Vue d'ensemble[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre civile somalienne.

Selon l'Associated Press, le Kenya n'avait pas participé aussi activement dans le conflit du sud de la Somalie avant cette opération[10]. L'armée kényane est considérée comme inexpérimentée et des doutes planent sur sa capacité à mener des opérations d'aussi grande envergure, selon des reporters présents à Nairobi[11].

Bien que l'ambassadeur de Somalie au Kenya, Mohamed Ali Nur, a été cité comme disant « Nous ne pouvons pas permettre à tout pays de nous envahir »[12], l'incursion aurait été coordonnée avec et à l'instigation de l'armée somalienne[13]. Yusuf Abdi, un général de l'armée somalienne, a indiqué que les troupes kényanes ont agi de concert avec l'armée somalienne : « Notre voisin, le Kenya, est entièrement disposé à nous soutenir militairement et notre mission est de conduire Al-Shabaab hors de la région. »[13]

Le porte-parole du gouvernement fédéral de transition, Abdirahman Omar, a par la suite confirmé ces propos, indiquant que « les gouvernements somalien et kényan coopèrent désormais dans la lutte contre Al-Shabaab[14] ». Le ministre de la Défense kényan, Mohamed Yusuf Haji (d'origine somali), fer de lance de l'opération, aurait signé un pacte avec la Somalie, qui prévoit de « coopérer en matière de sécurité entreprise et d'opérations militaires », notamment « coordonner des actions préventives »[15].

Le groupe islamiste Al-Shabaab nie officiellement avoir enlevé des travailleurs étrangers[15]. Cheikh Ali Mohamud Rage, un porte-parole du groupe, a déclaré que ses combattants attaqueraient le Kenya si les troupes kényanes refusent de se retirer du territoire somalien. Il a également affirmé que les bombardements aériens perpétrés par l'aviation kényane avaient causé des dommages aux infrastructures civiles et des victimes. Selon Al Jazeera, le groupe islamiste s'est dépeint comme une force de résistance contre les forces d'occupation étrangères et a exhorté les résidents locaux à prendre les armes contre les soldats kényans[16].

Les auteurs d'un dossier que doit publier en octobre 2013 la revue L'Afrique réelle expliquent quant à eux que « Derrière la lutte contre le terrorisme islamiste, l’intervention militaire du Kenya en Somalie cache une tentative de faire du Jubaland une zone tampon, un quasi protectorat. Ce territoire que Londres retira a la colonie du Kenya en 1925 pour le rattacher à la Somalie italienne en compensation de l’entrée en guerre de Rome aux côtés des Alliés durant la Première Guerre mondiale a toujours été considéré par Nairobi comme une partie du Kenya. »[17]

Déroulement de l'intervention[modifier | modifier le code]

Le 17 octobre 2011, les médias indiquent que les forces du gouvernement fédéral de transition ont pris le contrôle de la ville de Qoqani. Le soutien aérien de l'armée kényane aurait aidé à sa prise, des hélicoptères d'attaque bombardant les positions d'Al-Shabaab. Certains rapports ont également suggéré l'implication des États-Unis, bien que les responsables somaliens et kényans affirment que le Kenya et la Somalie ont seulement participé aux affrontements.

Le porte-parole du GFT, Abdirahman Omar Osman, indique que les troupes kényanes ne fournissent qu'un soutien militaire et logistique et que ce sont les officiers militaires somaliens qui mènent l'ensemble des opérations contre Al-Shabaab. Le nombre de pertes est inconnu[18]. Un des quatre hélicoptères Harbin Z9 reçus en 2010[19] aurait été perdu en raison d'une panne mécanique alors qu'il menait des opérations de soutien dans la ville de Liboi contre les islamistes d'Al-Shabaab[20]. 5 soldats kényans sont morts dans le crash[21]. L'opération a ainsi impliqué des soldats, des hélicoptères et des avions de combat[22]. Au moins deux bataillons de 800 hommes de l'armée kényane ont participé à l'offensive[23] utilisant des véhicules blindés tels des AML 90 achetées à 72 exemplaires dans les années 1980 et MRAP sud-africains[24].

Une voiture piégée a explosé à Mogadiscio lorsque les ministres kényans ont visité la capitale somalienne le 18 octobre 2011, faisant au moins deux morts et 15 blessés[25]. Selon un porte-parole de l'armée kényane, la progression vers Afmadow le même jour est ralentie en raison de fortes pluies et d'un terrain boueux. Des témoins oculaires rapportent toutefois qu'Al-Shabaab serait parvenu à capturer des camions kényans et aurait acheminé des troupes fraîches à Afmadow et commencé à construire un système de retranchement[26].

Le 21 octobre 2011, l'autorité intergouvernementale pour le développement (Intergovernmental Authority on Development, IGAD) se réunit à Addis-Abeba et accepte à l'unanimité de soutenir les opérations militaires coordonnées dans le sud de la Somalie entre l'armée kényane et les forces du Gouvernement fédéral de transition. Le vice-premier ministre éthiopien, Hailemariam Dessalegn, indique également que son pays pourrait rejoindre la campagne militaire, étant donné que « l'objectif à long terme est d'éradiquer Al-Shabaab de Somalie et c'est le bon moment puisque l'offensive montre qu'Al-Shabaab est à sa fin »[27].

Le 23 octobre 2011, selon des officiels de l'armée kényane, la Marine française bombarde des positions d'Al-Shabaab sur la côte somalienne près de Kuday[28]. Des frappes aériennes contre Al-Shabaab sont également attribuées par le Kenya à la France et aux États-Unis, bien que ni le gouvernement français ni le gouvernement américain n'aient confirmé leur participation au conflit[29] et que le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major des armées française, déclare qu'« Aucune force française n'est engagée en Somalie », et qu'aucun tir contre des objectifs à terre n'avait été effectué depuis un navire français.

En revanche, à la demande des autorités du Kenya, la France apporte un soutien logistique limité. Un avion C-160 Transall transporte du matériel entre Nairobi et la base de Wajir, point de départ de certaines opérations militaires kényanes en Somalie au début de l'offensive[30] puis entre les 26 et 28 décembre[31], le navire collecteur de renseignements Dupuy-de-Lôme se trouve fin octobre dans le port kényan de Mombasa[32] et l'ambassadeur des États-Unis à Nairobi, Scott Gration, a évoqué « un solide programme de formation » de l'armée kényane et la livraison de « matériel, notamment de radars, pour renforcer le contrôle de la frontière »[33].

Le 24 octobre 2011, une grenade F1 explose dans une discothèque de la capitale kényane, Nairobi, blessant 14 personnes. La police locale accuse les islamistes d'Al-Shabaab d'avoir perpétré l'attentat[34]. Les forces kényanes annoncent dans la même journée qu'elles s'attendent à de rudes combats près d'Afmadow.

Le jeudi 27 octobre 2011, le premier affrontement a lieu quand 45 combattants islamistes ont attaqué une colonne de l'armée kényane du côté de Tabto, près de la ville frontalière de Dhobley. Les soldats kényans cherchaient à rejoindre Qoqani pour « renforcer leurs positions avancées ». Le Kenya déclare avoir eu 2 blessés dans ses rangs et tué 9 miliciens tandis que les shebab ont affirmé avoir tué 15 soldats « ennemis » et détruit cinq véhicules militaires[réf. nécessaire].

Le même jour, 4 fonctionnaires kényans ont été tués dans l'attaque au lance-roquettes de leur voiture près de la ville de Mandera[35].

Le Kenya déclare que l'Érythrée ravitaille les shebabs. Le 4 novembre, la marine kényane coule 2 bateaux et déclare que 18 militants shabaab sont morts[36]. Un journal local estime qu'il s'agit d'une bavure et que cela a coûté la vie à au moins 7 pécheurs kényans [37]. Des actes de guérilla de la part des Shebabs ont lieu sporadiquement.

Les 19 et 20 novembre 2011, quelques troupes éthiopiennes pénètrent en territoire somalien pour des missions de reconnaissance.

Le 24 novembre 2011, les armées kényane et somalienne déclarent que leurs forces, soutenues par des hélicoptères, ont détruit la base shebab de Hawina, au lendemain du bombardement de deux bases situées près de Badade. Au moins deux attentats à la grenade ont lieu dans la ville-frontière kényane de Garissa faisant au moins trois morts et vingt-sept blessés. Un soldat kényan est mort et quatre autres ont été blessés dans l'explosion d'un camion de l'armée près de la frontière avec la Somalie, à Mandera[38].

Le 25 novembre, l'Éthiopie a annoncé qu'elle prévoyait d'envoyer des forces en Somalie « pour une courte période », afin d'aider les forces du TFG, de l’AMISOM et du Kenya à lutter contre Al Shebab[39]. Le port de Kismaayo qui est devenu la place forte des Shahab depuis que ceux-ci se sont retirés de Mogadiscio fait l'objet d'un blocus aéronaval retirant ainsi aux Shababs l’une de leurs plus importantes sources de revenu : les taxes portuaires des navires qui y accostent et celles levées sur les marchandises de contrebande destinées au Kenya outre au charbon de bois qui est exporté au Moyen-Orient.

Durant le mois de décembre 2011, on recense 15 attaques à la grenade et utilisation d'engin explosif improvisé dans les régions du nord du Kenya, où vivent environ 463 000  réfugiés, principalement Somaliens[40].

Un Harbin Z9 construit en Chine. Les différents types d'hélicoptères de l'armée kényane sont utilisés lors de cette opération.

Au début janvier 2012, les combats se déroulent toujours dans la région de Jubbada Hoose mais les forces terrestres kényanes n'ont pas encore assiégé Kismaayo.

Le 2 février 2012, la ville de Badhadhe, à 180 km au sud de Kismayo, est prise par le Kenya après de violents combats, coupant une des lignes logistiques des Shebabs[41].

Le 14 février, l'armée kényane affirme avoir perturbé 75 des capacités de financement des Shebabs. Sur le plan politique, le Kenya comptait faire du Jubaland une zone tampon, via la mise sur pied d'une force locale de sécurité et avait pour cela entraîné des Somaliens au Kenya mais l'idée a fait chou blanc et le soutien occidental sous forme d'aide militaire, sur lequel comptait le Kenya s'est avéré modeste. J. Peter Pham, du centre de réflexion Atlantic Council déclare que « Les responsables kényans étaient sérieusement déconnectés de la façon dont le monde fonctionne s'ils sont partis en guerre sans les liquidités adéquates et comptaient sur la communauté internationale »[42].

Le 24 mars, les opérations continuent et le ministère de la Défense demande une rallonge urgente de 12,5 milliards de shillings kényan (110 millions d'euros) pour financer les opérations mais ce sont plus de 21 milliards qui sont nécessaires pour terminer l'année fiscale[43].

Début juin 2012, le contingent kényan officiellement de 4 631 soldats, selon le décompte a été intégré à la Mission de l'Union africaine en Somalie. Le premier ministre kényan, Raila Odinga, demande de l'aide de l'Union européenne et des États-Unis pour conquérir le port somalien de Kismaayo dont la population est estimée entre 160 000 et 190 000 habitants en 2012 d'ici août 2012 avec les autres groupes internationaux qui sont en Somalie[44].

Des attentats au Kenya frappent régulièrement, ainsi le 10 mars 2012, une grenade lancée dans un bus à Nairobi fait 6 morts et 70 blessés[45] et le 1er juillet 2012, lorsque dix-sept personnes ont été tuées dans l'attaque de deux églises menée par des hommes armés à Garissa, une ville de l'est du Kenya proche de la Somalie[46].

Le vendredi 28 septembre 2012, les forces kényanes et gouvernementales somaliennes sous le commandement du brigadier-général Anthony Ngere, commandant du contingent Kenyan de l'AMISOM entrent dans Kismaayo[47] après avoir, entre autres débarqué sur la plage en déployant un total de 7 navires, avec un soutien héliporté, blindé et d'artillerie. Dans la nuit, les Shebabs annoncent leur repli de la ville[48]. Les pertes à déplorer pour l'AMISOM sont estimées à 118 morts et 60 blessés[49].

En septembre 2013, l'attaque du centre commercial Westgate de Nairobi par un groupe se réclamant des Shebabs devient l'acte terroriste le plus meurtrier commis au Kenya par les Shebabs avec plus de 60 victimes civiles. L'aviation réplique en octobre en bombardant avec ses F-5 un camp d’entraînement des Shebabs. Dans la nuit du 9 au 10 janvier 2014, un autre raid est lancé faisant, selon les bilans, 10 ou 30 victimes par les militants [50].

Le 4 août 2014, un chef de la police somalienne a été tué aujourd'hui dans le nord du pays lors d'un attentat revendiqué par les islamistes shebab[51].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Al Shabab topics.nytimes.com, 17 octobre 2011
  2. (en) Kenya sends more troops to Somalia, 10 AU soldiers killed, Reuters, 21 octobre 2011
  3. (en) Kenya Pursues Al-Shabaab Rebels in Somalia After Abductions, Bloomberg, 17 octobre 2011
  4. (en) Rain halts Kenyan troops in Somalia, Capital News, 20 octobre 2011
  5. (en) Timeline: Operation Linda Nchi, 24 octobre 2011
  6. (en) Kenya Cabinet meeting backs military operation in Somalia, Coastweek.com, 18 octobre 2011
  7. (en) Cabinet endorses ‘Operation Linda Nchi’, NTV Kenya, 18 octobre 2011
  8. (en) Kenya's Offensive Against al Shabaab in Somalia, Stratfor Global Intelligence, 18 octobre 2011
  9. (en) Kenya sends troops to attack al-Shabab, AlJazeera, 17 octobre 2011
  10. (en) Kenya to pursue militants into Somalia to protect border after spate of European kidnappings, Associated Press, 15 octobre 2011
  11. (en) Kenya says making gains against al-Shabab , AlJazeera, 19 octobre 2011
  12. (en) Kenya sends in troops to Somalia in pursuit of al-Shabaab militants, The Independent, 17 octobre 2011
  13. a et b (en) Kenya, Somali troops target al Shabaab bases in Somalia, Reuters, 16 octobre 2011
  14. (fr) L'armée kényane intervient en Somalie contre Al Chabaab, L'Express, 16 octobre 2011
  15. a et b (en) Kenyan ramps up security at Somali border, eyes al Shabaab, Reuters, 17 octobre 2011
  16. (en) Al-Shabab threatens to attack Kenya, Al Jazeera, 17 octobre 2011
  17. « Pourquoi le Kenya est ciblé par le terrorisme somalien », sur L'Opinion,‎ 24 septembre 2013 (consulté le 26 septembre 2013)
  18. (en) Kenya: Army Hit Somali Terror Base, allAfrica.com, 17 octobre 2011
  19. (zh) « 中国直9型武装直升机将出口肯尼亚 », Xinhuanet,‎ 14 janvier 2010 (consulté le 25 octobre 2011).
  20. (en) Kenya: Military Chopper Crashes, allAfrica.com, 16 octobre 2011
  21. (en) Somali militants threaten suicide attacks in Kenya, USATODAY, 17 octobre 2011
  22. (en) Kenyan troops enter Somalia to attack rebels, AFP, 16 octobre 2011
  23. (en) Kenyan army in for ‘mother of all battles’, Sunday Nation, 17 octobre 2011
  24. Philippe Chapleau, « Increvables! Les AML 90 de l'armée kenyane ouvrent la voie dans le sud somalien », Ouest-France,‎ 1er janvier 2012 (lire en ligne)
  25. (en) Deadly blast hits Somali capital, Al Jazeera, 18 octobre 2011
  26. (en) Kenya troops 'advance into Somalia near Afmadow', BBC News, 18 octobre 2011
  27. (en) E. African Nations Back Kenyan Offensive in Somalia, Voice of America, 22 octobre 2011
  28. (en) Fighter jet targets southern Somali port , Al Jazeera, 24 octobre 2011
  29. (en) Other Nations Join Somalia Fight, Kenya Says, The New York Times, 23 octobre 2011
  30. Philippe Chapleau, « Somalie: pas de coup de main français pour corriger les islamistes somaliens? », Ouest-France,‎ 24 octobre 2011 (lire en ligne)
  31. Philippe Chapleau, « Coup de main aérien aux Kenyans: Paris remet ça », [[Ouest-France|Ouest-France]],‎ 2 janvier 2012 (lire en ligne)
  32. Jean Guisnel, « Comment les Français aident le Kenya dans son offensive en Somalie », Le Point,‎ 25 octobre 2011 (consulté le 27 octobre 2011).
  33. Philippe Gelie, « Somalie : la France au soutien du Kenya », Le Figaro,‎ 24 octobre 2011 (consulté le 25 octobre 2011).
  34. (en) Police probe al-Shabab link to Nairobi attack, Al Jazeera, 24 octobre 2011
  35. Agence France-Presse, « Les shebab appellent à frapper au Kenya, premiers combats au sol en Somalie » (consulté le 28 octobre 201).
  36. (en) « Kenya sinks al Shabaab boats », sur Defense Web,‎ 9 novembre 2011 (consulté le 9 novembre 2011).
  37. Nicolas Gros-Verheyde, « Bavure dans le conflit entre le Kenya et les Al-Shabaab », Bruxelles 2,‎ 9 novembre 2011 (consulté le 9 novembre 2011).
  38. Sahra Abdi ; Benjamin Massot, Hélène Duvigneau, Clément Guillou, « Nouveaux affrontements entre l'armée kényane et Al Chabaab », Le Nouvel Obs,‎ 24 novembre 2011 (consulté le 26 novembre 2011)
  39. « L’Éthiopie va participer aux opérations militaires en Somalie », Réseau francophone de recherche sur les opérations de paix,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 27 novembre 2011).
  40. « KENYA-SOMALIE: Le lourd tribut de l’incursion militaire », Réseaux d'information régionaux intégrés,‎ 16 janvier 2012 (consulté le 6 février 2012)
  41. (en)« Somalia's al-Shabab lose 'key town' to Kenya troops », British Broadcasting Corporation,‎ 2 février 2012 (consulté le 2 février 2012)
  42. « Somalie: succès relatif pour l'armée kényane après 4 mois d'offensive », AFP,‎ 14 février 2012 (consulté le 16 février 2012)
  43. Philippe Chapleau, « Après 200 jours de combat en Somalie, l'armée kenyane veut une rallonge financière », [[Ouest-France|Ouest-France]],‎ 24 avril 2012 (lire en ligne)
  44. « La force de l'Union africaine en Somalie sollicite les occidentaux contre Al-Chabab », sur Le Monde,‎ 12 juin 2012 (consulté le 12 juin 2012)
  45. « Kenya. Qui sont les Shebabs, ces islamistes somaliens ? », sur Ouest-France,‎ 22 septembre 2013 (consulté le 26 septembre 2013)
  46. « Attentat à la grenade meurtrier contre une église de Nairobi », sur France 24,‎ 30 septembre 2012 (consulté le 2 octobre 2012)
  47. AFP, « Somalie: l'armée kényane dit avoir pris Kismayo, dernier bastion islamiste », sur Le Point,‎ 28 septembre 2012 (consulté le 28 septembre 2012)
  48. AFP, « Somalie: les islamistes shebab abandonnent leur dernier bastion de Kismayo », sur Le Nouvel Observateur,‎ 30 septembre 2012 (consulté le 30 septembre 2012)
  49. [PDF]« La prise de Kysmaayo par les armées kényanes et somaliennes »,‎ octobre 2012 (consulté le 29 octobre 2012)
  50. (en) Zachary Elkaim, « Kenya strikes Shabaab camp in Gedo », sur The Long War,‎ 10 janvier 2014 (consulté le 16 janvier 2014)
  51. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/04/97001-20140804FILWWW00289-somalie-un-chef-de-la-police-tue-par-les-shebab.php