Internet en Afrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La pénétration en Afrique est encore très en retard.

La situation d'Internet en Afrique est marquée par un important retard de développement, et un accès à un réseau lent. Malgré cette situation difficile, le déploiement de réseau progresse.

Historique[modifier | modifier le code]

Câbles sous-marins autour de l'Afrique dans les années 2010.

En 1994 on ne comptait que deux pays possédant un réseau internet : l'Afrique du Sud et l'Égypte[1]. La liste s'allongea rapidement pour qu'en 2000 la quasi-totalité des pays puissent avoir un accès au web. Cependant, les premières lignes étaient lentes (entre 9,6 et 64 kb/s) et très rares, l'accès se limitant aux capitales ou aux grands centre urbains, ce qui avait pour effet des prix élevés[1]. En l'an 2000, on comptait une connexion pour 2500 habitants au Sénégal, alors qu'en Europe, ce taux s'approchait du tiers, et parallèlement, 1/100 000 des pages internet mondiales étaient d'origine africaine[2]. En 2010, on comptait 86 217 900 utilisateurs d'internet, soit un taux de pénétration de plus de 8 %, ce qui correspond à 4,8 % des utilisateurs sur le monde[3]. Durant cette période, plusieurs projets ont été avancés, notamment pour connecter par câble de fibre optique l'Algérie et plusieurs pays d'Afrique Centrale[4]. On apprenait également début juin 2010 que France Télécom avait entrepris la construction d'une ligne océanique de 17 000 kilomètres reliant l'Afrique du Sud nommée ACE[5].

Grandes infrastructures[modifier | modifier le code]

Dynamiques d'aménagement[modifier | modifier le code]

À la fin des années 2000, les pays du Maghreb disposaient d'un réseau relativement bien connecté au reste du monde, mais que les manques d'infrastructures étaient les plus marquées en Afrique subsaharienne. Si le continent africain est relié par plusieurs câbles sous marins dont certains à la fibre optique, la distribution de lignes peine à pénétrer à l'intérieur des terres, et se limite aux côtes.

Pays Nombre d'utilisateurs (2009)[6] Population Taux de pénétration (2009)
Drapeau du Maroc Maroc 13 213 000 31 671 474 42 %
Drapeau de la Tunisie Tunisie 3 500 000 10 589 025 33 %
Drapeau du Nigeria Nigeria 43 989 000 149 283 240 30 %
Drapeau de l'Égypte Égypte 20 136 000 84 474 000 24 %
Drapeau de l'Algérie Algérie 4 700 000 36 057 838 13 %
Drapeau du Zimbabwe Zimbabwe 1 423 000 11 651 858 12,2 %
Drapeau de l'Ouganda Ouganda 3 200 000 31 367 972 10,2 %
Drapeau du Kenya Kenya 3 996 000 39 002 772 10 %
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 4 420 000 49 052 489 9 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Association pour le développement de l'éducation en Afrique, « Le développement de l'Internet en Afrique », sur www.adeanet.org,‎ 29 décembre 1999 (consulté le dimanche 20 juin 2010)
  2. Pascal Renaud, « Internet en Afrique : un immense espoir dans la jeunesse », sur www.tic.ird.fr,‎ 16 novembre 2001 (consulté le dimanche 20 juin 2010)
  3. Internet World Stats, « Internet Usage Statistics for Africa », sur internetworldstats.com,‎ 2010 (consulté le dimanche 20 juin 2010)
  4. Pierre Col, « Fibre optique... en Afrique aussi ! », sur www.zdnet.fr,‎ 11 septembre 2009 (consulté le dimanche 20 juin 2010)
  5. « Le consortium de câble sous-marin Africa Coast to Europe (ACE) signe un contrat historique à Paris », sur www.orange.com,‎ 8 juin 2010 (consulté le dimanche 20 juin 2010)
  6. The world factbook : Nombre d’utilisateurs d'internet en Afrique

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]