Internet Watch Foundation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir IWF.

L'Internet Watch Foundation (IWF ; en français fondation pour la surveillance d'Internet) est, au Royaume-Uni, une organisation qui se veut indépendante et qui cherche à lutter contre les contenus illégaux sur Internet. L'IWF travaille en collaboration avec les services de police et les fournisseurs d'accès à Internet, à qui elle transmet une liste noire (blacklist) de contenus potentiellement illégaux, qui est ensuite utilisée par de nombreux FAI anglais pour en censurer l'accès à leurs clients.

Originellement créée pour lutter contre la pornographie enfantine, l'IWF a étendu ses actions à la lutte contre les contenus racistes et criminels sur Internet.

IWF et Wikipédia[modifier | modifier le code]

Le 5 décembre 2008, l’Internet Watch Foundation inclut dans sa liste noire un article de Wikipédia et son image associée. Les clients des principaux fournisseurs d’accès à Internet (95 % des clients britanniques, selon l’IWF[1]) sont alors interdits d’accès à ce contenu, qui inclut l’article sur l’album de Scorpions Virgin Killer, sorti en 1976, dont la photo de pochette est jugée « potentiellement illégale » par l’IWF. L’image, qui correspond à la plaquette de l’album, disponible dans bon nombre de commerces, est visible uniquement sur certaines langues du projet[2], en raison de l’interdiction du fair use sur la plupart des Wikipédias. La position de Wikimedia face à cette censure est de déplorer le fait que l'article entier soit banni, et non uniquement l'illustration, pourtant la seule à être sujet à controverse.

Face au scandale déclenché, l'IWF fait marche arrière au bout de quelques jours et lève le filtrage en expliquant dans un communiqué qu'« au vu de l'ancienneté de l'image et de sa large accessibilité, la décision a été prise de retirer la page Internet de notre liste » [3]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Raphael G. Satter, « Wikipedia article blocked in UK over child photo », Associated Press,‎ 2008-12-07 (lire en ligne)
  2. La version anglophone Virgin Killer, finnoise Virgin Killer, géorgienne Virgin Killer, ukrainienne Virgin Killer, russe Virgin Killer.
  3. Olivier Robillart, « La censure de Wikipédia est levée en Grande-Bretagne », sur Silicon.fr, 10 décembre 2008 (page consultée le 11 décembre 2008). Voir également l'article Internet Watch Foundation and Wikipedia sur le Wikipédia anglophone.