Internement des Japonais-canadiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Camps d'internements de Japonais en Colombie-Britannique.

L’internement des Japonais-canadiens est l'incarcération de ressortissants japonais et canadiens d'origine japonaise dans des camps d'internement durant la Seconde Guerre mondiale en Colombie-Britannique à l'ouest du Canada.

Les premières mesures d'internement des Japonais-américains furent prises aux États-Unis en décembre 1941, à la suite de l'attaque de Pearl Harbor.
Le gouvernement fédéral canadien suivit cet exemple donna l'ordre d'internement de ces mêmes populations en se basant sur un risque de sabotage et d'espionnage.
De nombreux enfants ont été internés et élevés dans ces camps, comme David Suzuki, Joy Kogawa et Roy Miki.

Le gouvernement canadien avait promis aux Canadiens d'origine japonaise que leurs biens leur seraient rétrocédés après leur libération mais ces actifs ont été bradés aux enchères.

Malgré la crainte largement répandue au sein de la population pendant la Seconde Guerre mondiale, les preuves historiques montrent que les autorités militaires canadiennes et la Gendarmerie royale du Canada ne croyaient pas à une invasion japonaise.
La guerre terminée, les internés ont eu le choix entre l'expulsion vers le Japon ou le transfert vers l'Est des montagnes Rocheuses. Le rapatriement des japonais-canadiens débuta en mai 1946 et concerna 3 964 personnes. Les protestations publiques ont provoqué l'abrogation de la loi et une commission royale a été nommé en 1947 pour examiner la confiscation des biens.

En 1988, le gouvernement canadien a émis des excuses officielles et a annoncé les détails de l'indemnisation des citoyens concernés.
En 2010, il fut établi que les Canadiens japonais ne constituaient pas une menace pour la sécurité nationale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :