Internement des Japonais-américains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte des camps
Pancarte présentant les personnes d'ascendance japonaise sommées de se présenter avant leur déplacement.

L’internement des Japonais-américains est l'incarcération dès 1942 d'environ 110 000 ressortissants japonais et américains d'origine japonaise dans des centres appelés « War Relocation Camps », à la suite de l'attaque de Pearl Harbor , durant la Seconde Guerre mondiale.

Cette disposition a été diversement appliqué à travers les États-Unis : les Japonais-américains résidant sur la côte ouest ont tous été internés, alors qu'à Hawaii, où ils étaient au nombre de 150 000 et composaient près d'un tiers de la population de l'archipel, entre 1 200 et 1 800 d'entre-eux ont été touchés par cette mesure. Au total, sur tous les internés, 62 % étaient des citoyens américains.

Le Président Franklin Delano Roosevelt a autorisé ces internements par le Décret présidentiel 9066, qui a permis aux commandants militaires locaux de désigner des "zones militaires" en tant que « zones d'exclusion », à partir de laquelle « toutes les personnes pouvaient être exclues ». Cette faculté a été utilisée pour déclarer que toute personne d'ascendance japonaise était exclue de l'ensemble de la côte Ouest, notamment la Californie dans sa totalité, ainsi qu'une grande partie occidentale des territoires de l'Oregon et de l'État de Washington, mais aussi le Sud de l'Arizona, à l'exception de ceux présents dans des camps d'internement.

En 1944, la Cour suprême des États-Unis a confirmé la constitutionnalité de l'exclusion, tout en notant que les dispositions concernant spécifiquement les personnes d'ascendance japonaise étaient une question distincte hors du champ d'application de la procédure.

En 1988, le Président Ronald Reagan a présenté ses excuses pour l'internement, au nom du gouvernement des États-Unis.
Il a déclaré que les actions du gouvernement étaient fondées sur les préjugés de race, de l'hystérie de la guerre, et sur l'absence de leadership politique. Environ 1,6 milliard de dollars ont été versés aux survivants des internés et leurs héritiers en réparation du préjudice subi.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :