InBev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Interbrew)
Aller à : navigation, rechercher

InBev

Description de l'image  InBev.svg.
Création 2004
Personnages clés Peter Harf
Carlos Brito (Président)
Forme juridique Société Anonyme
Siège social Drapeau de Belgique Louvain (Belgique)
Direction de Spoelberch, de Mevius, van Damme
Activité Brasserie, secteur secondaire
Produits Bière, lager et soda
Effectif 120 000
Site web www.inbev.com
Chiffre d’affaires en augmentation 26,5 milliards d'euros en 2008

Inbev est une filiale du groupe brassicole belgo-brésilien Anheuser-Busch InBev. Le siège social est situé à Louvain (Belgique), au même endroit que celui d'Interbrew. Le siège d'exploitation américain se trouve à São Paulo, Brésil. Elle est le premier brasseur au monde (en 2011, part de marché mondial en volume de 18,3 %)[1].

InBev produit plusieurs marques de bière : Stella Artois, Beck's, Brahma, Jupiler, Hoegaarden (bière blanche), Staropramen, Leffe, Bass, Tennents ou Labatt.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 3 mars 2004, Interbrew (issue de la fusion des brasseries Stella Artois basée à Louvain en Belgique et Piedbœuf basée à Jupille également en Belgique) fusionna avec le brasseur brésilien Companhia de Bebidas das Americas (AmBev) pour former InBev. InBev devint dès lors le premier brasseur au monde, avec une part de marché d'environ 13 %, et une production de 190 millions d'hectolitres de bière et 25 millions d'hectolitres de limonades.

En 2008, InBev propose de racheter Anheuser-Busch (troisième groupe mondial) pour 65 dollars par action, ce qui valorise le groupe américain à 46 milliards de dollars. Le 14 juillet 2008, le groupe Anheuser-Busch finit par accepter le rachat par InBev qui a, entre temps, revu son offre à 70 dollars par action portant le rachat à 52 milliards de dollars[2],[3].

Particularités locales[modifier | modifier le code]

Cas de la Budweiser au Canada[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fusion de 2008, Anheuser-Busch était l'un des principaux concurrents d'Interbrew/InBev. Or la Budweiser était un des produits phare d'Anheuser-Busch. En 1980 au Canada, le procédé brassicole d'Anheuser-Busch ne respectait pas les normes canadiennes (notamment le degré minimal d'alcool pour que la boisson soit appelée bière : 5 %), aussi un accord de 18 ans a été trouvé entre Anheuser-Busch et la Brasserie Labatt (filiale d'Interbrew) pour la distribution des produits de la bière américaine au Canada. Il fut aussi décidé que la bière allait être brassée en sol canadien, diminuant, de fait, les coûts de la distribution (aucun traité de libre-échange n'existait alors entre les États-Unis et le Canada). La Budweiser se trouvait donc produite sous deux formes différentes par deux entreprises concurrentes.

En 2008, pour finaliser l'acquisition d'Anheuser-Busch, InBev a dû se séparer de la filiale Labatt USA [4].

Chine[modifier | modifier le code]

InBev dispose en Chine de 36 usines et de 18 marques où elle vend cinq millions de tonnes de bière par an (environ 15 % du marché local)[5].

Marques de bières détenues par InBev[modifier | modifier le code]

Bières à distribution mondiale[modifier | modifier le code]

Autres bières[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Corinne Tissier, « Comment AB InBev est devenu le roi de la bière », sur groupe Express-Expansion,‎ 9 août 2012
  2. Jessica Hall, version française Marc Angrand et Clément Dossin, InBev rachète Anheuser-Busch pour 52 milliards de dollars , Le Point, 14 juillet 2008
  3. Anheuser-Busch : les actionnaires d'InBev approuvent son rachat pour 52 Mds$, Boursier.com, 29 septembre 2008
  4. Denis Lalonde, InBev devra vendre Labatt avant d'acheter Anheuser-Busch, Les Affaires, 14 novembre 2008
  5. Belgique/Chine : le commerce bilatéral connaît une croissance annuelle de 30 % ces trois dernières années - Le Quotidien du Peuple, 23 novembre 2011

Article connexe[modifier | modifier le code]