Insurrection républicaine à Paris en juin 1832

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Insurrection républicaine à Paris de 1832
L'insurrection de juin 1832, gravure sur bois de Beval, 1870.
L'insurrection de juin 1832, gravure sur bois de Beval, 1870.
Informations générales
Date 5 - 7 juin 1832
Lieu Paris
Issue Victoire des forces royales
Belligérants
Drapeau français Royaume de France Red flag.svg Républicains
Commandants
Georges Mouton
Forces en présence
30 000 hommes 3 000 hommes
Pertes
73 morts[1]
344 blessés[1]
93 morts[1]
291 blessés[1]
1 500 prisonniers[2] (dont 82 déportés, les autres relâchés)
Batailles
Trois Glorieuses · Révolte des Canuts · Insurrection républicaine à Paris en juin 1832 · Guerre de Vendée et Chouannerie de 1832 · Révolution française de 1848 · Journées de Juin · Coup d'État du 2 décembre 1851 · Commune de Paris · Semaine Sanglante

L’insurrection républicaine à Paris en juin 1832 a pour origine une tentative des Républicains de renverser la monarchie de Juillet, deux semaines après le décès du président du Conseil, l'énergique Casimir Perier, emporté par l'épidémie de choléra le 16 mai 1832.

Le Compte rendu des trente-neuf[modifier | modifier le code]

39 députés de l'opposition, parmi lesquels quelques républicains et beaucoup de déçus de l'orléanisme, se réunissent chez Jacques Laffitte le 22 mai et décident de publier un Compte rendu[3] à leurs électeurs, censé dresser le bilan de leur action et justifier leur conduite et leurs votes, mais qui constituera en réalité un réquisitoire contre le ministère Perier mis en place le 13 mars 1831 en remplacement de Laffitte. Un projet est rédigé par une commission de six membres[4] et adopté par les 39 le 28.

Le Compte rendu ne condamne pas la monarchie dont « la France de 1830 a pensé, comme celle de 1789, qu'entourée d'institutions populaires[5] elle n'avait rien d'inconciliable avec les principes de la liberté »[6], mais il énumère les promesses que « les hommes du 13 mars »[7] et « le système de la quasi-légitimité » n'ont pas tenues. Il accuse le gouvernement, par ses violations répétées des libertés, d'avoir excité l'agitation et entretenu le désordre, et stigmatise, au niveau international, le refus de soutenir les peuples opprimés (à commencer par les Polonais[8]) qui aurait enhardi l'« Europe des rois » et de la Sainte-Alliance.

Au terme d'un tableau tout en noir, le Compte rendu affirme que la contre-révolution est en marche et qu'elle pourrait triompher : « La Restauration et la Révolution sont en présence ; la vieille lutte que nous avions crue terminée recommence. »[9] En définitive, si le Compte rendu ne mentionne jamais les termes République ou républicain, il constitue la plus violente condamnation de la monarchie de Juillet par ceux-là mêmes qui ont contribué à la fonder, et la péroraison peut d'ailleurs se lire comme un appel implicite à renverser le régime pour établir une république : « Pour nous, unis dans le même dévouement à cette grande et noble cause pour laquelle la France combat depuis quarante ans, […] nous lui avons consacré notre vie, et nous avons foi dans son triomphe. »[10]

Aussitôt publié, ce manifeste fait l'effet d'une bombe. Il galvanise l'opposition républicaine. Celle-ci reçoit, comme souvent sous la monarchie de Juillet, le renfort des légitimistes, qui espèrent toujours pouvoir exploiter des troubles à leur profit. Les uns et les autres se tiennent prêts à exploiter le moindre incident. Ainsi, Deschapelles, président de la société républicaine « La Gauloise », qui participa activement à l'insurrection, était respectivement beau-frère et oncle par alliance des écuyers O'Héguerty de la cour de Charles X en exil[11].

Les funérailles du général Lamarque[modifier | modifier le code]

Statue du général Jean Maximilien Lamarque à Saint-Sever.

Le 2 juin 1832, les obsèques du jeune mathématicien républicain Évariste Galois, tué lors d'un duel, servent de tour de chauffe pour l'opposition, dont les dirigeants attendent les funérailles du général Lamarque, l'une des figures du parti républicain, qui est décédé du choléra et doit être enterré le 5 juin. Ses funérailles ne manqueront pas d'attirer un vaste concours populaire, situation propice au déclenchement d'une insurrection que les sociétés secrètes républicaines préparent activement.

Le 5 juin, le convoi funèbre emprunte les grands boulevards jusqu'au pont d'Austerlitz où, entraîné par les meneurs républicains, drapeau rouge en tête, il se transforme en manifestation, qui dégénère en affrontements avec la troupe envoyée pour rétablir l'ordre. Une partie de la garde nationale fait défection et fraternise avec les insurgés. Les combats, indécis, se prolongent jusqu'au soir.

L'insurrection[modifier | modifier le code]

Louis-Philippe qui, après avoir reçu le roi des Belges, Léopold Ier à Compiègne, est allé s'installer au château de Saint-Cloud le 1er juin, est prévenu de la situation le 5 juin par l'un de ses aides de camp, le général Heymès. Il monte sur-le-champ en voiture et rentre à Paris, en compagnie de la reine Marie-Amélie et de Madame Adélaïde. Dans la soirée, dans la cour du Carrousel du palais des Tuileries, il passe en revue les troupes de ligne et les légions de la garde nationale, pour montrer son calme et sa détermination.

Dans la nuit, les troupes commandées par le maréchal Mouton dégagent les quartiers périphériques de la capitale et repoussent les insurgés dans le centre historique de Paris. La bataille s'engage au matin du 6 juin. La garde nationale résiste et les insurgés sont bientôt retranchés dans le quartier Saint-Merri, où se déroulent des combats meurtriers qui font environ 800 victimes ; l'armée compte 55 morts et 240 blessés, la garde nationale, 18 morts et 104 blessés, du côté des insurgés on relève 93 morts et 291 blessés[1]. Dans ses mémoires, le préfet de police Henri Gisquet fait état d'une perte de 18 tués et 104 blessés pour la garde nationale, 32 morts et 170 blessés pour les troupes de ligne et 20 morts et 52 blessés pour la garde municipale, sans compter les victimes qui ne faisaient pas partie de ces trois corps, il estime la perte des insurgés à au moins 80 morts et 200 blessés[2], et 1 500 prisonniers[2].

Les meneurs se dérobent – tel La Fayette, pressentant l'échec du mouvement et parti se cacher en province – ou sont arrêtés. Le 5 au soir, les députés de l'opposition dynastique qui, tels Laffitte ou Barrot, ont signé le Compte rendu, se réunissent à nouveau chez Laffitte, incertains du parti à prendre et finissent par décider, le 6 au matin, d'envoyer une délégation à Louis-Philippe pour lui demander d'arrêter l'effusion de sang en changeant de politique.

Dans la matinée du 6, le roi passe les troupes en revue sur les Champs-Élysées et la place de la Concorde, puis il rend visite aux soldats et aux gardes nationaux dans les quartiers nord de Paris, où il est accueilli partout par des cris de Vive le roi ! À bas les républicains ! À bas les carlistes ! À trois heures et demie de l'après-midi, aux Tuileries, il reçoit Laffitte, Odilon Barrot et Arago à qui il peut annoncer que le dernier îlot de résistance vient d'être réduit et qu'il n'y a donc rien à négocier.

À Barrot qui affirme la nécessité de s'attaquer aux causes des troubles, qu'il impute à ce que « la marche [du gouvernement de V.M.] n'a point répondu à ce que la révolution de Juillet donnait le droit d'en attendre », le roi réplique :

« La révolution de Juillet a eu pour but de résister à la violation de la Charte, et non seulement la Charte a été maintenue dans son intégrité, mais elle a été amendée. [...] La Charte de 1830 est donc devenue ma boussole, car c'est là ce que je vous ai promis, ce que j'ai juré de maintenir et ce que je serai toujours prêt à défendre au prix de mon sang. [...] La publicité de mes engagements et la fidélité avec laquelle je les ai observés aurait dû me préserver de tous les contes qu'on a faits sur le prétendu programme de l'Hôtel de Ville. M. Laffitte, qui était avec moi à l'Hôtel de Ville, sait s'il y en a jamais eu. Il n'y a eu d'autre programme que la déclaration lue par M. Viennet. Je l'ai dit plus d'une fois à M. de La Fayette, et je suis bien aise de vous déclarer de nouveau que ce prétendu programme est une invention complète, et un absurde mensonge. »[12]

La répression[modifier | modifier le code]

Le 6 juin, pour assurer une victoire plus complète, le Conseil des ministres fait signer au roi une ordonnance mettant Paris en état de siège. Les troubles sont alors terminés, mais on craint que les jurys d'assises ne prononcent des acquittements abusifs, comme cela a souvent été le cas depuis 1830 dans les procès mettant en cause des meneurs républicains. En transférant les pouvoirs normalement exercés par les autorités civiles à l'autorité militaire, la déclaration de l'état de siège permet de traduire les prévenus devant le conseil de guerre, beaucoup plus sévère.

Une première condamnation à mort, prononcée le 18 juin, fait l'objet d'un pourvoi et la Cour de cassation, dans un arrêt du 29 juin 1832, annule le jugement du conseil de guerre et renvoie les poursuites devant les juridictions de droit commun, motif pris de la violation des articles 53, 54 et 56 de la Charte de 1830 qui prohibent les tribunaux d'exception et garantissent le jugement par jury.

Le jour où tombe l'arrêt de la Cour de cassation, Louis-Philippe s'incline et abroge son ordonnance du 6 juin. Les républicains exultent et stigmatiseront longtemps le « coup d'État de juin 1832 ». Victor Hugo dénonce les « escamoteurs politiques, qui font disparaître l'article 14[13] et qui se réservent la mise en état de siège dans le double fond de leur gobelet ! »[14] Les caricaturistes se déchaînent[15]. Mais, à la surprise générale, les jurys populaires se montrent sévères : ils prononcent 82 condamnations, dont 7 à mort, que le roi commue toutes en déportation.

Monument Aux victimes de juin[modifier | modifier le code]

Monument aux victimes de juin situé dans le cimetière du Père-Lachaise à Paris

Sur ce monument on peut lire, de haut en bas sur la face Nord:

  • Liberté ordre public
  • Aux victimes de juin
  • La ville de paris reconnaissante

Suit une liste de 62 noms de gardes municipaux, gardes nationaux, militaires et civils. Les inhumations s'étant échelonnées, on inhuma en sus de victimes de juin 1832 des victimes d'avril 1834 et de juillet 1835. Cf. Civardi (Jean-Marc), France (Jérôme).- Commémoration et politique au début de la Monarchie de Juillet. Le monument « Aux victimes de Juin » dans le cimetière du Père-Lachaise de Paris 1832-1834-1835, Paris et Île-de-France. Mémoires publiés par la Fédération des sociétés historiques de Paris et de l’Île-de-France. Tom 46, 1995, pp. 227-262. 

Dominique Morge, victime de 1832, sera représenté sur le tableau : Auguste Hyacinthe Debay (1804-65) : Le roi Louis-Philippe rencontrant un garde mourant, le 6 juin 1832 (1835).  

1re colonne 2e colonne 3e colonne
Pierre-Hippolyte Aubert
Garde municipal à cheval
Joseph Guenifet
Carabinier au 12e léger
Louis Menard
Soldat au 5e lanciers
François-Michel Bellier
Adjudant-major de la 4e légion de la garde nationale de Paris
Charles Herera
Garde municipal
Jean Moder
Chasseur au 3e léger
Nicolas Béranger
Garde municipal
Jean-François Hervet
Tambour au
Pierre-Auguste Mousseau
Soldat au 42e de ligne
Jean Cartier
Chasseur au 3e léger
François-Marie Kolleter
Voltigeur au 6e de ligne
François Munerel
Soldat au 25e de ligne
Jacques-Louis-Léonard Chollet
Chef d'escadron au 6e dragons
Jean-Baptiste Ladroix
Garde municipal
Jean Pargala
Carabinier au 12e léger
Charles-Joseph Cocquelet
Garde municipal
Eugène Lavrillière
Garde municipal
François Xavier Pernot
Grenadier au 1er de ligne
Pierre Condamine
Carabinier au 14e léger
Émile Lefort
Commis-marchand, Grenadier de la 4e légion de la garde nationale de Paris
Jean-Baptiste Honoré Prévost
Capitaine au 14e léger
Claude Duc
Soldat au 1er de ligne
Louis-Victor Lemoine
Sergent au 25e de ligne
Louis Pussier
Soldat au 3e de ligne
Henri Fauchier
Voltigeur au 16e de ligne
Jean-Marie Lhubert
Carabinier
Jean Raud
Garde municipal
Joseph Folenfant
Soldat au
Jean-Louis Lhubert
Sous-officier à la 3e compagnie des vétérans
Mathias Reybel
Garde municipal
Bernard Forest
Soldat au 14e léger
Dominique Morge
Tourneur en cuivre, Chasseur dans la 6e légion de la garde nationale de Paris
François-Xavier Sattlair
Garde municipal
Pierre Gaultier
Journalier
Antoine Marquez
Chasseur au 14e léger
Dominique Schmitt
Garde municipal
Jean-Julien Geoffroy
Lieutenant de la 2e légion de la garde nationale de Paris
Etienne Mathieux
Vernisseur, Tambour de la 5e légion de la garde nationale de Paris
Pierre-Georges Sénégon
Caporal au 16e de ligne
Félix-Marie Gilles
Garde municipal
Charles-Louis Vanherseque
Voltigeur au 1er de ligne
Pierre Gravet
Capitaine de la 6e légion de la garde nationale de Paris, ancien officier de l'armée.
Claude Weber
Grenadier au 25e de ligne
1re colonne 2e colonne
Jean Antoine Armellini
Voltigeur au 35e de ligne
Dame Rose Geneviève Alizon
Alexis Joseph Bernard
Soldat au 8e de ligne
Dame Febronie Adélaïde Brisne née Frotignon
Jacques Blondy
Voltigeur au 35e de ligne
Nicolas François Lelaire
Ébéniste
Jean-Baptiste Chenut
Garde municipal
Dame Joséphine Pélagie Edhernez née Langdot
Charles Louis Antoine De Mia
Soldat au 32e de ligne
Léonard Dupuis
Garde municipal
François Fayaut
Soldat au 54e de ligne
Jean-Baptiste Gauthiez
Soldat au 8e de ligne
Antoine Charles Clément Gilbert
Capitaine au 32e de ligne
Pierre Honoré Guilliout
Voltigeur de la 7e légion de la garde nationale de Paris
Louis Guitton
Garde municipal
Charles Journier
Tambour de grenadiers au 7e léger
Pierre jean Léon
Soldat au 32e de ligne
Yvon Malgornn
Soldat au 32e de ligne
Paul François joseph Rey
Capitaine de grenadiers au 33e de ligne

L'Insurrection dans des œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

  • L’insurrection de 1832 joue un rôle majeur dans le roman Les Misérables de Victor Hugo. C’est en effet à la barricade de la rue Saint-Denis que l’on voit converger la plupart des personnages principaux du roman ; plusieurs y laisseront leur vie.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Guy Antonetti, Louis-Philippe, Paris, Librairie Arthème Fayard, 2002 (ISBN 270287276X)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e William Duckett (dir.) Dictionnaire de la conversation et de la lecture, Tome XI, p.702.
  2. a, b et c Henri Gisquet, Mémoires, Marchant, éditeur du magasin théâtral, 1840, p.237-238. texte en ligne sur google books
  3. Le terme évoque naturellement le Compte rendu au roi de Necker, à qui Laffitte fait d'ailleurs penser par sa profession de banquier, par sa vaste fortune, par son amour de la popularité et par sa versatilité.
  4. Comte, La Fayette, Laffitte, Odilon Barrot, Mauguin, Cormenin
  5. En 1830, La Fayette avait souhaité[réf. nécessaire] « un trône populaire entouré d'institutions républicaines ».
  6. cité par Guy Antonetti, Op. cit., p. 691
  7. Le ministère Perier a été formé le 13 mars 1831.
  8. Voir l'article : Politique extérieure de la France sous la monarchie de Juillet#La question de la Pologne.
  9. cité par Guy Antonetti, Op. cit., p. 692
  10. ibidem
  11. Pierre Baudrier, « Pour une note supplémentaire dans les éditions des “Mémoires d’Outre-Tombe” : Le sieur Deschapelles », pp. 80-81 dans Généalogie en Yvelines, n° 92, juin 2010.
  12. Odilon Barrot, cité par Guy Antonetti, Op. cit., p. 694
  13. Il s'agit de l'article 54 de la Charte sur l'interdiction des tribunaux extraordinaires.
  14. Victor Hugo à Sainte-Beuve, 12 juin 1832, in Correspondance de Victor Hugo, tome I, 18
  15. L'un d'eux montre Soult et Montalivet comme deux gamins jouant à la guerre dans la salle du Conseil quand deux juges apparaissent et leur lancent : « Levez le siège, polissons ! » (Guy Antonetti, Op. cit., p. 695)