Insurrection de Hambourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'insurrection de Hambourg (en allemand Hamburger Aufstand) est une révolte armée lancée le 23 octobre 1923 par la section de Hambourg Parti communiste d'Allemagne (KPD). Ce soulèvement faisait partie de l'opération dite de l'octobre allemand, par lequel l'Internationale communiste escomptait déclencher une révolution dans l'ensemble de l'Allemagne, sur le modèle de la révolution d’Octobre de 1917 en Russie. L'insurrection nationale fut cependant annulée au dernier moment par la direction du KPD ; l'épisode de Hambourg fut la seule partie de l'opération à être déclenchée comme prévu, car les communistes locaux n'avaient pas été informés à temps que l'« octobre allemand » n'aurait pas lieu.

L'insurrection, sans espoir du fait de son isolement, fut écrasée dans la soirée du 23 au 24 octobre. 24 postes de polices (17 à Hambourg, 7 dans la province du Schleswig-Holstein) furent pris d'assaut et 100 personnes trouvèrent la mort.

Contexte[modifier | modifier le code]

Article connexe : Octobre allemand.

Au début des années 1920, la République de Weimar. Durant l'année 1923, la situation économique se détériore rapidement, surtout du fait de l'hyperinflation. L'Occupation de la Ruhr radicalise les débats politiques. En août, une grève entraîne la chute du gouvernement de Wilhelm Cuno. Le contexte politique allemand amène l'Internationale communiste à croire possible qu'une révolution en Allemagne est possible. Des plans d'insurrection sont élaborés à Moscou au cours de réunions entre des dirigeants soviétiques et des représentants du KPD. L'entrée des communistes dans les gouvernements sociaux-démocrates de Saxe et de Thuringe sera l'occasion de lancer une grève générale qui débouchera sur une insurrection nationale et une prise du pouvoir.

Déroulement[modifier | modifier le code]

La conférence des conseils d'entreprise, qui se tient à Chemnitz le 21 octobre, et qui devait décider du lancement de la grève générale, ne se déroule cependant pas comme l'avaient prévu les communistes : les sociaux-démocrates de gauche, dont ils espéraient le soutien, refusent de s'associer à l'action. Décontenancée, la direction du KPD décide d'annuler l'« octobre allemand »[1].

Une erreur dans la chaîne de transmission de l'information aboutit à ce que les communistes de Hambourg, dirigés par Ernst Thälmann, reçoivent au contraire, dans la nuit du 22 au 23 octobre, l'ordre de lancer le soulèvement[1]. À 5 heures du matin, des émeutiers s'en prenent aux commissariats de police, afin de récupérer des armes qui manquent aux insurgés. Alors que le KPD à Hambourg comprend 14 000 membres, seuls 300 jouent un rôle actif dans le soulèvement. Ils s'emparent de 250 fusils.

Après Hambourg, Altona et l'arrondissement de Stormarn se lancent dans l'insurrection. Les postes de police à Bramfeld (de) et Billstedt (de) sont attaqués et vidés. À Bad Oldesloe, Ahrensburg et Rahlstedt (de), des barricades empêchent la circulation routière et ferroviaire. À Bargteheide, le maire est enlevé et une « République soviétique de Stormarn » est proclamée.

À Barmbek-Süd (de), Eimsbüttel (de) et dans le quartier de Schiffbek (de), la révolte est matée au bout de quelques heures. Les insurgés ne reçoivent le soutien de la population qu'à Barmbek, où le KPD avait obtenu 20% des voix lors des précédentes élections, et où des habitants aident à monter des barricades et apportent de la nourriture aux communistes. Ils maintiennent leurs positions toute la journée, avant de se retirer dans la nuit.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le soulèvement fait plus de cent victimes 100 morts et plus de 300 blessés : on compte parmi les victimes 17 policiers, 24 insurgés et 61 civils. 1 400 personnes sont arrêtées. Le principal procès, visant 191 insurgés, lieu en février 1925 au tribunal d'Altona. Ernst Thälmann reste plusieurs mois dans la clandestinité.

À long terme, l'insurrection contribue à empoisonner les relations entre le KPD et le SPD. Les sociaux-démocrates refusent de collaborer avec les communistes. Les chefs du KPD, Heinrich Brandler et August Thalheimer, sont démis de leurs fonctions du fait de la débâcle de l'« octobre allemand ». L'insurrection de Hambourg, seule partie du soulèvement a avoir effectivement eu lieu, entretient au contraire la réputation de Ernst Thälmann qui, soutenu par le Komintern, prend la tête du KPD en 1925[1]. L'insurrection contribue à lui donner une aura héroïque au sein du parti. Il se montre ensuite une stalinien dévoué, et participe activement à la « bolchevisation » du parti, soit à son étroite surveillance par l'Internationale communiste.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Biester : Der Kommunistenputsch 1923. In: Jahrbuch für den Kreis Stormarn (1985), S. 73 - 76
  • Wulf D. Hund: Der Aufstand der KPD. In: Jahrbuch für Sozialökonomie und Gesellschaftstheorie. Hamburg-Studien. Opladen 1983, S. 32 - 61.
  • Serge Tretiakov: Hörst Du, Moskau. Drame sur l'Insurrection de Hambourg. Moscou, 1923.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source, notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jacques Droz, Le Socialisme en Allemagne, in Histoire générale du socialisme, tome 3 : de 1918 à 1945, Presses universitaires de France, 1977, pages 223-225