Insulo de la Rozoj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Insulo de la Rozoj

19641969

Drapeau
Drapeau du Insulo de la Rozoj.
Informations générales
Statut Republique
Langue Espéranto
Monnaie Lire et monnaie de Insulo de la Rozoj
Fuseau horaire UTC +1 (été +2)
Démographie
Population 1 [réf. nécessaire]
Superficie
Superficie 400 m²

Entités précédentes :

Entités suivantes :


Pendant une courte période, l'Insulo de la Rozoj (l'île aux roses en espéranto) a existé en tant que micronation proche de la côte de la province italienne de Forlì, dans l'Adriatique.

L'affaire a débuté en 1964, quand un ingénieur italien, nommé Giorgio Rosa, reçut la permission de tester une nouvelle technique pour la construction d'une grande plateforme de 400 m² dans la mer Adriatique, à quelques kilomètres de la côte italienne. Cette île artificielle était soutenue par des colonnes fortifiées s'appuyant sur le fond de la mer.

Le , l'île artificielle déclara son statut d'état indépendant. L'évolution de la plateforme et ses utilisations scientifiques sont restées mal connues, mais il semble qu'il y avait un restaurant, une boîte de nuit, un marchand de souvenirs et un bureau de poste, ainsi que, peut-être, une station de radio enfreignant les lois italiennes. Il semble aussi qu'un petit groupe d'individus avait racheté l'île à Giorgio Rosa.

La souveraineté de l'île fut marquée par la frappe d'une monnaie, d'un timbre postal (voir photo), et la création d'un nouveau drapeau (le drapeau était de couleur orange, avec en son centre un bouclier blanc orné de trois roses). Le nom officiel du nouveau pays était « Insulo de la Rozoj », et était en espéranto pour montrer le caractère international de l'île. Le nom avait aussi été choisi par rapport à Giorgio Rosa, car Rosa signifie Rose en italien.

Le gouvernement italien, cependant, n'a pas apprécié la constitution illégale de ce nouveau pays dans ses eaux territoriales. Des représentants officiels du gouvernement italien sont venus sur la plateforme et ont pris le pouvoir. Peu de temps après, et contrairement à la volonté des propriétaires, la plateforme fut détruite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Rose Island – A Dream of Freedom by Fabio Vaccarezza, The Cinderella Philatelist, January 2007, (ISSN 0009-6911), pp 42–46
  • (en) How to Start Your Own Country by Erwin S. Strauss, pub. Breakout Productions, Port Townsend, WA, 2nd ed. 1984, (ISBN 1-893626-15-6), pp 129–130.
  • (en) "Republics of the Reefs": Nation-Building on the Continental Shelf and in the World's Oceans, California Western International Law Journal, vol. 25, no. 1, Fall, 1994, pp 105–06.