Instruments de musique de Turquie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Liste alphabétique d’instruments de musique de Turquie :

Par famille[modifier | modifier le code]

Cordes pincées
Cordes frottées
Vents
Percussions

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'origine de son nom est douteuse (de l'espagnol laoudo, de l'arabe el-ud) ; l'accordage est inhabituel à la quinte de 4 cordes doubles comme celles des violons alti
  2. Introduit lors des invasions des Oghouzes et des Seldjoukides, cet instrument fait partie des luths à long manche et tout spécialement des luths à bâton, composé d'une demie coque de noix de coco, tendu d'une peau qui sert de caisse sonore ; il a deux cordes accordées à la quinte servies par un archet en crins de cheval dont le montant est courbé en forme d'arc ; on le rencontre encore dans la musique populaire d'Anatolie
  3. Désigne primitivement une trompette faite dans une écorce d'arbre enroulée provenant sans doute du Turkestan et dont la forme récente s'inspire des modèles occidentaux
  4. Grandes cymbales utilisées dans la musique militaire et répandues en Europe grâce à la musique des janissaires
  5. Sorte de tambour sans grelots, instrument réservé aux Mevlevi et autres ordres religieux
  6. Modèle de tambour comportant à l'origine deux petites timbales de métal recouvertes de peau de chèvre, frappé avec des baguettes, le tambour droit donnant la percussion principale, le gauche la percussion secondaire
  7. Même paire de timbales jouées par plusieurs joueurs qui devaient frapper le même rythme, lesdites timbales étant accordées habituellement avec un accord de quarte
  8. Utilisées dans les danses kaşık se tenant comme des baguettes chinoises

Source[modifier | modifier le code]

Kurt et Ursula Reinhard, Turquie, Institut international d'études comparatives de la musique, Buchet/Chastel, Paris, 1969.